Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

La leçon de Marie à Jésus

 


Tableau du Caravage (1605)

 

Gilles Castelnau

 

2 février 2004
Ce que la Bible dit de Marie
me semble bien présenté par ce tableau du Caravage, qui était d'ailleurs un peintre catholique, La Vierge au serpent de 1605, qui est à la villa Borghese à Rome. Il représente Marie en train d'apprendre à l'enfant Jésus, petit garçon de 5 ou 6 ans, à marcher sur un horrible serpent. Ce serpent symbolise évidemment toutes les puissances du mal qui menacent les hommes, avec une force redoutable, mortelle. Ces forces du mal contre lesquelles Jésus s'est dressé pendant tout son ministère et qu'il nous enseigne à vaincre, par la puissance de l'Esprit divin :

Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et toute la puissance de l'ennemi Luc 10. 19.

Marie, après avoir dit

Je suis la servante du Seigneur Luc 1. 38

pour avoir cet enfant venu de Dieu, a dû ensuite, l'éduquer et l'initier à ce qui devait être le symbole de toute sa vie et devrait être celui de tout homme : marcher sur le mal.

Marie lui a sans doute enseigné ses premières prières, lui a expliqué son destin, qui est celui de tout fidèle, déjà bien connu dans l'Ancien Testament. Et grâce à elle aussi Jésus a bien accepté de vouer sa vie à cette lutte à ce salut du monde, jusqu'à ce qu'il se soit tellement identifié à cette vocation que, pour nous, il n'est plus tant l'homme-Jésus que le Christ, le Fils du Dieu Très-Haut.

Marie, par son acceptation de cette mission, entre dans la grande chaîne de tous les fidèles, à commencer par Abraham, Moïse, le prophète Élie, le roi David. Elle collabore avec Dieu pour son oeuvre en ce monde en apprenant à son fils, avec tendresse et la fermeté, que l'on peut marcher sur les serpents, qu'il le faut ; elle l'a encouragé à surmonter sa peur et sa répulsion, à résister à la tentation de la fuite, de l'indifférence ; à ne pas pactiser, transiger, chercher son seul avantage, son seul profit, son égoïsme, son prestige... son niveau de vie !

La foi, c'est bien cela. Marie, bénie entre toutes les femmes parce qu'elle a été mêlée de façon privilégiée au grand combat de Dieu ; Marie qui a fait émerger Jésus des brumes de l'enfance jusqu'à être pleinement le Christ. Bien d'autres, avec elle, y ont aussi contribué. Luc mentionne les rabbins enseignant dans le temple, qui s'émerveillaient de l'intelligence avec laquelle Jésus comprenait les choses de Dieu : souvenons-nous de l'aisance avec laquelle, plus tard, il citait le prophète Esaïe dans la synagogue de Nazareth pour y enraciner sa vocation Luc 4. 17.

Joseph aussi, bien sûr, dont la Bible ne nous rapporte que la profession et le nom. Tous ceux, modestes inconnus qui lui ont appris, comme nous le faisons encore aujourd'hui pour nos enfants, à se reconnaître dans les récits bibliques : eux aussi, à leur manière, lui ont appris à marcher sur les serpents. Jusqu'à ce que ni maître ni mère n'aient plus d'importance :

heureuse est la femme qui t'a porté en elle et qui t'a allaité,

lui crie quelqu'un. Mais il répond :

heureux plutôt ceux qui écoutent la Parole de Dieu et lui obéissent Luc 11. 28.

Jusqu'à ce que transparaisse, seule, pour nous la silhouette de Celui en qui nous reconnaissons l'authenticité de la vie humaine, en qui nous contemplons la Présence divine elle-même : le Fils du Très-Haut devenu Dieu parmi nous, l'Unique, le sauveur de sa mère, de ses maîtres, de ses disciples, de tous ceux qui veulent bien, comme nous, apprendre de Lui à marcher vraiment sur les serpents, dans l'Esprit de Dieu.

 

Voir aussi

Gilles Castelnau

L'Assomption de Marie
Les protestants et Marie

La spiritualité protestante, les fêtes que les protestants ignorent
Fatima
La leçon de Marie à Jésus

 

Max Ernst

Jésus fessé par Marie

 

Tissa Balasuriya

Marie est-elle de droite ?

 

Alain Houziaux

Le culte de la vierge Marie, pourquoi ?

 

Jean Besset 

Marie

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.