Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

Fatima

mai-octobre 1917

 

une fausse compréhension de Marie

 

Gilles Castelnau

 

En ce qui concerne les phénomènes d'apparitions et de voyances, nous prenons la Bible et notamment les évangiles comme une norme à laquelle nous comparons tout. Et justement il ne nous semble pas, en tant que protestants, que les jeunes voyants de Fatima, aient eu des visions qui soient en accord avec le message des évangiles.

Situons-nous dans le contexte de l'époque : 1917 au Portugal. Trois petits paysans portugais ont une vision et mentionnent entre autres la « conversion » de la Russie qui est en plein début de la Révolution communiste.

Ces petits voyants disent qu'il faut faire des sacrifices pour les « pécheurs », car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles.
Pour la paix du monde et pour la fin de la guerre, il faut réciter le chapelet tous les jours.

Pour discerner le vrai du faux, revenons à la Bible, et puisque ces jeunes voyants pensent qu'ils ont vu la vierge Marie, relisons les paroles bibliques de Marie :

Il a déployé la force de son bras ;
Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.
(Pensons au tsar de Russie !)
Il a renversé les puissants de leurs trônes,
Et il a élevé les humbles.
(Pensons aux pauvres paysans russes ou portugais !)
Il a rassasié de biens les affamés,
(1917 était précisément une année de famine en Russie comme au Portugal)
Et il a renvoyé les riches à vide. Luc 1. 51

La Révolution russe commençait à ce moment-là et battait son plein précisément dans les mois des apparitions (mai - octobre 1917). Elle se fixait alors trois objectifs : devant la misère atroce qui sévissait dans les plaines russes, il fallait d'une part donner la terre aux paysans, d'autre part l'usine aux ouvriers, et enfin la liberté aux nationalités opprimées.

La Russie était un des pays les plus arriérés d'Europe. En février 1917, une vague de grèves fut provoquée par la mauvaise situation alimentaire, la lassitude de la guerre, le spectacle, face à la misère du peuple, du luxe de privilégiés dans l'entourage du Tsar, scandaleusement enrichis : on assista alors à une vague de grèves et de manifestations, de revendications de salaires et de mots d'ordres politiques.

A ces grèves, le patronat russe répondit par le lock-out.

La période de mai à octobre 1917 fut tout entière remplie, en Russie, de la lutte des bolchéviks qui organisaient des manifestations de masse contre le gouvernement du Tsar et luttaient contre les socialistes modérés et les mencheviks.

Lénine proposa le partage des terres aux paysans et la formation de comités de paysans pauvres. Il était évident, à l'époque que c'était bien cela qui devait être fait de toute urgence.

Le grand espoir était encore celui du passage pacifique de la Russie du tsarisme au socialisme.

Mais le Tsar, le gouvernement russe de Saint-Pétersbourg fit au contraire appel aux cosaques qui tirèrent sur la foule et dispersèrent les manifestants. L'armée chassa des rues des centaines de familles ouvrières mourant de faim et les journées de juillet 1917 firent 40 morts et 80 blessés.

La misère et le désespoir étaient affreux.

C'est à ce moment-là que les petits paysans du Portugal, déclarèrent que les humbles et les affamés de Russie et du Portugal devaient faire pénitence, une pénitence qui ne se tournait pas vers l'humanité et la justice. Ils portaient eux-mêmes une ceinture avec des clous à l'intérieur pour se faire souffrir et voulaient faire des sacrifices.
Alors que l'Esprit de Résurrection émanant de l'Évangile aurait dû les pousser à appeler leurs parents et les adultes du village à lire le Magnificat de Marie et sous son influence, s'impliquer en adultes conscients et organisés, en véritables enfants de Dieu, lutter avec courage et dynamisme pour un monde plus humain, en Russie et au Portugal, et résister à la tentation bien humaine de se sentir toujours faibles et dépendants d'interventions surnaturelles et providentielles.

Manifestement ces enfants étaient au contraire influencés par un état d'esprit de passivité, de soumission à la loi du plus fort, seigneur du lieu, patron, propriétaire, à l'acceptation de l'idée que les pauvres étaient invités à faire toujours des sacrifices. Ils ne comprenaient rien au grand espoir naissant de la Révolution russe.

Le Magnificat de Marie

Il a renversé les puissants de leurs trônes, et il a élevé les humbles,

est une parole d'Évangile autrement dynamique que leur appel à faire des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles.

Pour la paix pour le monde et pour la fin de la guerre, il faut réciter le chapelet tous les jours.

Ils ne dirent rien non plus de l'attitude colonialiste du gouvernement portugais en Angola et au Mozambique qui ne faisait pas que du bien.

Jésus-Christ nous a pourtant appris à ne pas nous conduire en suppliants sans participation active à la libération sociale globale. Il faut redouter l'anesthésie et la paralysie sociale induites par le message des petits voyants.

Le Magnificat de Marie invite l'humble à être élevé, c'est le riche qui doit faire les sacrifices ; c'est le puissant qui est humilié alors que la vocation de l'affamé est d'être rassasié. La véritable Marie qui parlait ainsi n'est en rien responsable de la voyance de ces pauvres petits portugais.

 

 

Voir aussi

Gilles Castelnau

L'Assomption de Marie
Les protestants et Marie

La spiritualité protestante, les fêtes que les protestants ignorent
Fatima
La leçon de Marie à Jésus

 

Max Ernst

Jésus fessé par Marie

 

Tissa Balasuriya

Marie est-elle de droite ?

 

Alain Houziaux

Le culte de la vierge Marie, pourquoi ?

 

Jean Besset 

Marie

 

Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.