Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 


Mesure COVID

 

Maud Thiria


 

12 avril 2020

Jour 3

à huit heures du soir


 
les vieux
toujours absents
fantômes
apparaissant
parfois le rideau
tremble
 
à huit heures du soir
 
les vieux
seuls
dans leur chambre
en face de
moi
dans leur EHPAD
 
à huit heures du soir
 
rue de l'Ave Maria
ça ne s'invente pas
les vieux
seuls
immobiles
 
à huit heures du soir
 
que se passe-t-il
ils sont
debout
à la fenêtre
par quel miracle
 
à huit heures du soir
 
eux
toujours confinés
sortent enfin
prendre
l'air
 
à huit heures du soir
 
battant des mains
leurs doigts
serrés
os de baguettes
 
à huit heures du soir
 
c'est beau d'entendre
cela
le son d'un
nous
attendu
dans l'air noir
 
à huit heures du soir
 
la musique de
notre fragilité
aux mains
de ceux qui
soignent
 
à huit heures du soir
 
battant
la mesure
du vide
notre humanité
reconnue
 
à huit heures du soir
 
notre mort entrevue
notre vie essentielle
frappées dans l'air
des mains
l'espoir
 
à huit heures du soir
 
leur fallait-il
ce confinement pour
se sentir liés
au monde
 
à huit heures du soir
 
nous fallait-il
ce confinement pour
nous relier à eux
les vieux
d'en face
 
à huit heures du soir
 
nous tendre les mains
vers la lueur
quitte à mourir
d'applaudissements
 
à huit heures du soir

 

.

 

10 avril 2020


Jour 1

seuls
les sdf confinés
sans domicile
au même coin
de rue
les fous
les pauvres
les mal lotis
sortis
d'on ne sait où
et qui hurlent ou
pleurent
sous le ciel
gris
Paris

sur mon chemin

seuls
ceux qui courent
en diagonale
du fou
suant crachant
leurs poumons
à un mètre
de sécurité
tu parles
se mouvant
ensablés dans leur
con finement

sur mon chemin

seul
ce type
en nage
en rage
que je croise
qui
me crache
dessus
nouvelle arme
après les
seringues brandies
au temps fort
du sida
me crache ses mots
« crève »
au visage
me crache
aux pieds
évitée de
justesse
sa haine du monde
« crève »
résonne à mes oreilles
encore en sourdine
me salit
qui me lavera
de ce mot
pas de gel
de masque ni
de gants
contre la haine

sur mon chemin

seule
qu'ai-je fait
aujourd'hui
printemps 2020
pour voir et
entendre
cela
qu'ai-je fait
à part sortir un peu
acheter de quoi me nourrir
et mes enfants
pour quel demain


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.