Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 



Thomas Cole Une croix dans la solitude 1845


New Frontier


Thomas Cole

la peinture de paysages américains

 

Musée du Louvre
aile Denon, 1er étage, salle 32
pavillon de Flore, au-delà de la Grande galerie

jusqu’au 16 avril 2012

Cette petite exposition a été réalisée en partenariat
avec le High Museum of Art, le Crystal Bridges Museum of American Art et la Terra Foundation for American Art

 

 

Voir sur ce site :

New Frontier II

New Frontier III

 

Gilles Castelnau

18 janvier 2012

Le Louvre possède un seul tableau américain, Une Croix dans la Solitude, de Thomas Cole que cette petite exposition met en valeur, en l’accompagnant de trois autres du même peintre : La Tempête, le grand Paysage et Le Bon pasteur et d’une Vue de Rutland d'Asher B. Durand.

Le sublime américain de Thomas Cole est bien représenté dans le tableau de la Croix dans la solitude, possédé par le Louvre et qui forme à juste titre le cœur de cette petite exposition. Au premier plan, un Indien se recueille sur une tombe surmontée d’une massive croix blanche.

 


La croix dans la solitude, détail

Un mur peint en trompe-l’œil sur lequel une inscription de Cole renvoie au poème de la britannique Felicia Dorothea Hemans, The Cross in the Wilderness, qui a donné son nom au tableau. Publié en 1827 dans le recueil The Amulet, le poème évoque la douleur d’un chef indien pleurant sur la tombe de celui qui lui a révélé la parole divine.

La contemplation intériorisée de la présence divine dans la représentation d’une nature vierge et apaisée, avec parfois un symbole religieux, a connu un succès considérable auprès du public américain et de ses peintres en général.

 


Thomas Cole, Le Bon pasteur, 1848

 

Le visiteur français sera étonné de découvrir ces paysages américains tranquilles en cette première moitié du 19e siècle, alors qu’en France Ingres peignait ses excellents personnages de la bourgeoisie parisienne, et que Delacroix et Géricault enthousiasmaient le monde par leur puissant style néo-baroque.
La France n’avait plus vu de tableaux de paysages depuis les grands ciels et les arbres magnifiques de Nicolas Poussin qui servaient de cadre à une histoire mythologique ou historique qui donnait son sens au tableau.

 

Nicolas Poussin, Orphée et Eurydice, 1650

Le Lorrain, lui aussi peintre du 17e siècle et dont on dit que Thomas Cole l’admirait beaucoup, peignait surtout des villes et des ports que ses recherches sur la lumière s’efforçaient seulement de mettre en valeur.

 

Le Lorrain, Port de mer au soleil couchant, 1639

C’est plus tard qu’à la suite de Corot, les impressionnistes français déploieront leur technique sophistiquée pour nous émerveiller avec leur représentation de la lumière transfigurant les humbles réalités de la vie quotidienne.

 

Jean-Baptiste Corot, le Chemin de Sèvres (1855-65)

Thomas Cole, par contre, était originaire d’Angleterre et participait au grand mouvement de pensée déiste du protestantisme libéral anglo-saxon que son sentiment religieux amenait à la recherche de Dieu dans la nature.
L’Anglais John Constable, dont Thomas Cole suivait l’exemple, peignait des paysages qui avaient une valeur en eux-mêmes par leur pureté et leur grandeur, qui ne servaient pas de cadre à une scène sujet du tableau comme les Français du 17siècle, et qui ne cherchaient pas à émerveiller le spectateur par une esthétique raffinée comme le feront si bien les impressionnistes.

 

John Constable Le Phare de Harwich, 1820

Les protestants libéraux anglais et allemands, à la suite de Jean-Jacques Rousseau, découvraient dans la nature la réalité mystérieuse et presque sensible au cœur de l’infini divin. La foi, pour eux, consistait à se laisser baigner, imprégner de cette présence qui subjugue, fascine, étonne et enivre.

 


Caspar Friedrich, Paysage d’hiver, 1811

En Allemagne, Caspar Friedrich écrivait : « Le peintre ne doit pas peindre seulement ce qu'il voit en face de lui, mais aussi ce qu'il voit en lui ». Il disait aussi : « Le divin est partout jusque dans un grain de sable ».

 


Caspar Friedrich, Arbre Solitaire, 1822

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.