Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



Égypte

les athées

 

Claudine Castelnau

 

 

15 janvier 2018

En Egypte, un projet de loi visant à criminaliser les gens se déclarant athées devrait être examiné par le Parlement égyptien alors même que la Constitution égyptienne reconnaît la « liberté de croyance » à ses citoyens.

« Je ne sais pas si le projet de loi visant à criminaliser les athées sera adopté par le Parlement. Mais que ça passe ou non, le mal est fait. Son annonce est déjà une incitation à agir contre les non-croyants. C’est une sorte de carte blanche donnée aux extrémistes pour nous agresser », explique à La Croix, Ahmed Hussein Harqan, l’une des figures de l’athéisme les plus connues en Égypte.
Le jeune homme, ancien salafiste qui a grandi en Arabie Saoudite a pris ses distances avec la religion et se déclare libre-penseur. Sur sa chaîne YouTube, il ose questionner l’existence même de Dieu et dénonce « les cheikhs qui prêchent avec virulence à la télévision contre les athées et mettent nos vies en danger. »

En Egypte, les non-croyants ont mauvaise presse ; en décembre dernier, « la Cour des affaires familiales d’une ville à quelques kilomètres du Caire aurait jugé qu’une mère n’était pas apte à garder ses enfants car elle appartenait à des groupes athées.

Un juriste qui suit ces affaires pour une ONG de défense des droits de l’homme parle de quatre affaires récentes liées à l’athéisme.  « Lorsque les athées sont inquiétés par la justice, ils sont généralement condamnés pour blasphème, car aujourd’hui rien n’interdit légalement de ne pas croire en Dieu. Même si, dans les faits, c’est risqué et fortement réprouvé par la morale », raconte un avocat qui dénonce un simulacre de procès contre l’un de ses clients accusé de blasphème : villageois et avocats étaient venus le conspuer et ils criaient tellement que cet avocat n’a pas pu plaider et la Cour a condamné son client à de la prison.  

« Dans notre société, dit cet homme de loi en colère, cité par La Croix, il y a des tabous dont on ne peut parler : le sexe, la politique et les religions. Toute la société s’unit contre ceux qui brisent les tabous. Les tribunaux sont censés appliquer la loi et non pas leurs croyances. »

La question de l’athéisme n’est pas nouvelle en Egypte mais elle a connu un nouvel essor avec la multiplication des réseaux sociaux après la révolution de 2011. Ce qui est nouveau, en revanche, selon Ishak Ibrahim, un chercheur, c’est l’ampleur des campagnes publiques contre l’athéisme : « Le régime actuel s’en est fait le chantre, avec de premières campagnes en 2013 et 2014. Elles sont menées par le ministre de la jeunesse, de concert avec les Églises et Al-Azhar, l’une des plus importantes institutions de l’islam sunnite au monde [...] Le principe est identique quand ce gouvernement lutte contre les athées ou les homosexuels, il veut contrôler la société », précise-t-il.

Et un jeune égyptien athée discret : « La religion, musulmane ou chrétienne, sert à instrumentaliser la population, estime-t-il. On essaie de l’amadouer et d’empêcher toute forme de rébellion en promettant un monde meilleur après la mort. » 

« Il ne faut pas oublier, ajoute-t-il, que le régime s’est imposé en écartant les Frères musulmans du pouvoir. Faire la chasse aux athées lui donne une caution morale. Cela lui permet de montrer qu’ils sont de bons croyants [ces gens qui gouvernent]. »

En attendant, il ne fait pas bon se déclarer athée en Egypte. Ni ailleurs dans le monde musulman !

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.