Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



L’enfant Jésus

était un « dreamer »

 

Claudine Castelnau

 

 

15 janvier 2018

« L’enfant Jésus était un "dreamer", un migrant en Egypte. » C’est le titre d’une nouvelle de l’agence américaine Religion News Service le 9 janvier.

Et qu’est-ce qu’un « dreamer » ? C’est un enfant qui est entré illégalement aux Etats-Unis, depuis le Mexique, le Salvador, le Guatemala et le Honduras et la majorité d’entre eux vit en Californie, au Texas, en Floride ou à New York et a aujourd’hui entre 15 et 36 ans. Ce sont eux, ces « dreamers », que le Président américain voulait renvoyer hors de son Amérique blanche, au-delà du mur qu’il rêve de construire à la frontière avec le Mexique.

Ces jeunes, on parle d’au moins 800 000, ont fait leur éducation en Amérique, ils n’ont aucun lien avec leur pays d’origine dont ils ne parlent pas la langue. Trump veut en finir avec le programme fédéral crée sous Obama en 2012, le Dream Act (abréviations pour Development, Relief, Education for Alien Minors) qui aurait offert une résidence permanente aux enfants arrivés illégalement aux Etats-Unis mais n’a jamais réussi à être adopté par le Parlement.

Les plus conservateurs de sa base considèrent que le programme Daca est inconstitutionnel et porte préjudice aux emplois et à la culture américaine, 8 Etats se proposant de poursuivre l’Etat fédéral tandis que 15 Etats sont contre ces lois anti-immigration de même que la plupart des politiciens démocrates et une majorité de politiciens républicains, dont le président du Sénat ou le sénateur de l’Arizona John McCain.

Enfin un important groupe de leaders évangéliques ont écrit à Trump pour lui dire que ces « dreamers » sont « des personnes de premier plan dans leurs églises et leurs communautés. »

« Alors, conclut Religion News Service, que certains chrétiens dénoncent l’amnistie déclarée par Trump contre la déportation de centaines de milliers de jeunes, paraît incompréhensible : Nous clôturons le temps de Noël en entendant ces chrétiens. N’ont-ils pas compris que Jésus, Marie et Joseph étaient des réfugiés qui fuyaient pour sauver leur vie et trouver un refuge en Egypte ? Ne réalisent-ils pas que l’Enfant Jésus était un “dreamer” en Egypte ?
Tous les Américains blancs ont des ancêtres qui sont arrivés comme réfugiés ou immigrants. Nombre d’entre eux ont fui la persécution politique ou religieuse, mais des millions sont aussi venus parce que l’Amérique leur offrait des possibilités économiques pour eux et leurs familles. Aujourd’hui les réfugiés et les immigrants viennent exactement pour les mêmes raisons. Certaines églises chrétiennes se sont déclarées églises sanctuaires, selon une ancienne tradition qui interdisait aux autorités séculières d’envahir une église pour se saisir d’un condamné. Alors que les églises ne peuvent garantir aujourd’hui une protection, ces églises se sont symboliquement rangées du côté des sans papiers et non seulement les accompagnent lorsqu’ils sont arrêtés mais payent leur défense judiciaire. Il est temps de cesser de faire de la politique et de commencer à agir comme des gens craignant Dieu. Sinon, au jour du Jugement nous entendrons :
"J'étais étranger et vous ne m'avez pas recueilli [...] toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ils iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle." » Matthieu 25  


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.