Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


Trump et les évangéliques

 

Claudine Castelnau

 

 

18 décembre 2017

Le Président Trump a encore perdu !
Tant mieux. Car sous l’impulsion de ses amis républicains évangéliques, qui ont voté en masse pour lui et à qui il doit quelques satisfactions, il avait promis d’assouplir « l’amendement Johnson », une loi de 1954 qui empêche les églises et autres établissements religieux exonérés d’impôts de soutenir officiellement un candidat lors d’une élection.

Donc un frein mis à l’activité politique des amis évangéliques conservateurs de Donald Trump, ce qu’ils supportent très mal, le considérant comme une atteinte à leur liberté d’expression et alors même que la loi est peu appliquée et qu’un seul cas a été recensé.

Selon le New York Times Donald Trump avait fanfaronné : « Je me débarrasserai et détruirai totalement l’amendement Johnson », ajoutant qu’il autoriserait les « représentants religieux à parler librement et sans peur de sanctions. »
Et le Président l’avait promis personnellement à Jerry Falwell junior, un leader évangélique éminent qui l’a soutenu dans sa course à la Maison Blanche et n’hésitait pas à déclarer que Trump « vivait une vie d’amour et de solidarité pour les autres, comme Jésus l’a enseigné. »

La suppression de l’amendement Johnson était en bonne place sur l’agenda politique de ces évangéliques blancs avec la nomination d’un juge conservateur à la Cour Suprême, la loi santé d’Obama, l’aide de l’Etat au Planning familial, et l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Mais ce mois-ci, la suppression de l’amendement Johnson a été refusé par le Sénat.

Au bout d’une année de présidence, le seul succès de Trump, c’est l’installation à venir de l’ambassade américaine à Jérusalem. Et l’on a vu le résultat de cette décision sur le plan international. Mais comme l’a déclaré Falwell : « Tant que le Président n’aura pas un Sénat avec de vrais Républicains, il ne pourra changer ce qu’il veut. »

Alors, prions pour qu’il n’y ait jamais de « vrais » Républicains au Sénat. Ceux qui y sont ont déjà fait assez de dégâts !

 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.