Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


Drapeaux

 

Claudine Castelnau

 

 

17 octobre 2017

La Catalogne aura fait parler d’elle ces jours-ci comme jamais. Comme l’écrit Le Monde le 12 octobre :  « La crise catalane, c’est une sorte de Brexit à l’envers. Une région qui veut sortir “Catalexit” mais pour rester. Sortir du cadre de l’Etat-nation espagnol mais rester dans l’Union européenne. » Et garder son drapeau...

Et à propos de drapeau européen, Jean-Luc Mélanchon, le chef de file de la France insoumise, refuse que le drapeau en question soit présent à l’Assemblée nationaleet veut le remplacer par celui des Nations-Unies alors que le président Macron souhaite au contraire qu’il soit reconnu officiellement comme ayant définitivement sa place dans l’Hémicycle. Jean-Luc Mélanchon rejette ce projet et dénonce « un emblème européen confessionnel » contraire à la laïcité française.
S’adressant au Président français, il a déclaré : « Je rappelle que notre opposition à cet emblème ne tient pas au fait qu’il prétend être celui de l’Europe, mais parce qu’il exprime une vision confessionnelle de l’Union et cela à l’heure où plus que jamais religion et politique doivent être séparées. Le refus du traité constitutionnel de 2005 [les Français ont voté non par référendum en mai 2005 pour une Constitution européenne], dans lequel cet emblème était proposé, vaut décision du peuple français sur le sujet. »

Le site « Les Décodeurs du Monde.fr », des journalistes du quotidien qui vérifient « déclarations, assertions et rumeurs en tous genres », selon leur charte, a vérifié la déclaration de Mélenchon sur le drapeau européen.

A l’origine, le drapeau européen crée en 1955 « symbolise non pas l’Union européenne [...] mais le Conseil de l’Europe, une organisation de défense des droits de l’homme et de la culture ». Après plusieurs projets, c’est celui d’un fonctionnaire européen, Arsène Heitz, qui est retenu : un cercle d’étoiles sur un fond d’azur. Fervent catholique il racontera plus tard qu’il s’est inspiré de la médaille miraculeuse qui représente la Vierge entourées de 12 étoiles d’or (apparition rue du Bac à Paris). Le bleu est aussi associé à Marie. Mais ce n’est pas la religion catholique qui est mis en avant :

« Les étoiles symbolisent les idéaux d’unité, de solidarité et d’harmonie entre les peuples d’Europe », précise le site de l’Union européenne. « Qualifier le drapeau européen d’emblème confessionnel, comme le fait Jean-Luc Mélenchon, peut apparaître exagéré », jugent Les Décodeurs. Quant au douze étoiles, c’est, selon le Conseil de l’Europe, un signe de la « perfection et de la plénitude comme l’union de nos peuples devrait l’être. »

En 2005, le non des Français au référendum n’avait rien à voir avec le drapeau européen, ni sa couleur. « Le traité de Lisbonne, [un traité européen adopté en 2007 après l’échec de Maastricht et ratifié par les 27 Etats membres de l’Union européenne] ne fait plus référence au drapeau. En revanche, dans la déclaration 52 qui lui est associée, seize pays reconnaissent le drapeau étoilé comme le symbole de leur appartenance à l’Union européenne : la Belgique, la Bulgarie, l’Allemagne, la Grèce, l’Espagne, l’Italie, Chypre, la Lituanie, le Luxembourg, la Hongrie, Malte, l’Autriche, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie et la Slovaquie. La France ne fait pas partie de la liste. »

 

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.