Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


Angela Merkel

 

 

Claudine Castelnau

 

 

25 septembre 2017

La chancelière allemande a été réélue dimanche pour un quatrième mandat. Mais sa victoire est assombrie par la percée historique du parti de droite nationaliste AfD à la Chambre des députés et la quête d'une coalition qui s'annonce compliquée.

A la veille des élections allemandes, Le Monde le 23 septembre a publié un portrait sur deux pages de la chancelière. « Qui est Mme Merkel finalement ?, Quelle est sa filiaion idélogique ou intellectuelle ? [...] Dans quelles pratiques du pouvoir s’enracine-t-elle ? », se demande le quotidien et un journaliste de la Frankfurter Allgemeine Zeitung, un quotidien centre-droit de Francfort, auteur d’un livre collectif sur la chancelière répond : « Merkel n’a pas de conviction ou plutôt, si, elle en a une : c’est que le pouvoir doit rester entre ses mains ».

Un procès en opportunisme, sévère. Et Volker Resing, un autre biographe d’Angela Merkel (auteur d’un livre : Die Protestantin) relève son culte de la discrétion. Comment l’expliquer ? « Il pense que la réponse est à chercher dans son éducation, celle d’une fille de pasteur protestant ayant passé 35 années de sa vie en République démocratique allemande (RDA), de l’autre côté du rideau de fer. »

Volker Resing explicite : « En bonne protestante, Angela Merkel s’est astreinte dès son plus jeune âge à une discipline intérieure très stricte. Elle a été élevée avec l’idée qu’il faut se contrôler, qu’on ne doit pas montrer ses sentiments. A cette pudeur s’est ajoutée une prudence liée à l’environnement dans lequel elle a grandi. La maison du pasteur Kasner [son père] à Templin, dans le Brandebourg était très fréquentée, beaucoup de gens passaient et discutaient [...] Elle a appris très tôt que le silence était une arme, qu’en dire le moins possible était la meilleure façon de se protéger ».

De ses années passées en RDA, Angela Merkel a gardé aussi une aversion totale pour les idéologies et les grands système d’explication du monde et à l’inverse, un pragmatisme revendiqué : Elle considère que les idéologies aveuglent les hommes. Elle a vu par ailleurs q’un système politique (celui de RDA) reposant sur une idéologie pouvait s’effondrer du jour au lendemain [comme le Mur !]

Enfin, Thomas Wieder, correspondant à Berlin du Monde et auteur de ce protrait de la chancelère ajoute que le mot « “liberté” est l’un des grands mots qu’Angela Merkel rétive au maniement des concepts utilise volontiers [...] La liberté et le christianisme, pour Angela Merkel les deux sont inextricablement liés. C’est ce qu’elle a affirmé, le 30 octobre 2014, dans l’église de Templin, la ville de son enfance, où le pasteur l’avait invitée à s’exprimer sur le thème “Christianisme et responsabilité politique” à l’occasion de l’anniversaire de la publication des 95 thèses de Martin Luther (30 octobre 1517). Ce jour-là, la chancelière, citant le traité de Luther “De la liberté du chrétien”, a expliqué que la liberté était selon elle, le message principal du christianisme. Plaidant pour le “droit à faire des erreurs”, elle a avoué ce jour-là que le “doute” était au cœur de sa façon d’aborder les problèmes [...] Le pragmatisme encore, mais fondé sur une lecture chrétienne du monde. Prononcé dans l’église de sa jeunesse, là même où elle fut confirmée en 1970, ce discours aux accents de prêche a frappé les observateurs qui y ont vu un étonnant moment de vérité de la part d’une chancelière d’habitude si réticente à se mettre à nu. Mais dans une relative discrétion, la rencontre n’avait même pas été inscrite à son agenda officiel. »

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.