Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Spiritualité

 


le fait Jésus

 


Philippe Lestang

 

“le souffle de l’esprit”
ACTES SUD

96 pages – 9 €

 

 

Recension Gilles Castelnau

 

18 juillet 2012

Philippe Lestang est un laïc catholique qui s’efforce, avec chaleur et conviction de présenter avec un langage simple et souriant, dans uncharmant petit livre, la foi chrétienne dans sa spécificité catholique, de manière à montrer qu’elle est tout à fait acceptable pour un esprit moderne et qu’elle est source de joie, de paix et de fraternité.

Évidemment il n’explique pas les grands dogmes de la Trinité, de la Divinité du Christ, de l’Immaculée conception et de l’Assomption de Marie ou l’Infaillibilité du pape. Il ne justifie pas non plus l’éthique officielle de l’Église catholique concernant le contrôle des naissance, l’IVG, le divorce, le célibat des prêtres ou l’homosexualité.
Sa réflexion contourne ces difficultés et se centre sur l’essentiel : la relation personnelle à Dieu.

En voici quelques passages qui inciteront sans doute à acquérir ce petit ouvrage.

 

.

 

page 11

DIEU ?

Chaque homme a des convictions, plus ou moins fortes. “Croire”, c'est avoir une conviction ; André Comte-Sponville, philosophe athée, explique qu'il "croit" que Dieu n'existe pas. Nous changeons parfois de convictions, et considérons par exemple comme vrai ce qui nous semblait faux ou impossible auparavant (ou le contraire).

Existe-t-il un ou des êtres supérieurs ? Max Planck, physicien célèbre, estimait "qu'on peut parfaitement concevoir, et qu'il n'est peur-être pas invraisemblable que notre intellect humain ne soit pas le plus haut, mais qu'il se trouve en quelque autre lieu ou à quelque autre époque des êtres dont l'intelligence surpasse la nôtre d'aussi loin que la nôtre dépasse par exemple celle des infusoires”. Il ne s'agit pas ici d'extraterrestres venant d'une autre étoile, ni nécessairement d'un Dieu créateur, mais d'entités se situant à un niveau très élevé par rapport à notre univers.

L'existence éventuelle de relIes entités n'est pas absurde : il est impossible logiquement d'affirmer qu'il n'existe aucune entité ou ensemble d'entités supérieures à l'homme, peut-être aussi différentes de nous que nous le sommes d'une amibe, et éventuellement indifférentes à nous, c'est-à-dire ne s'occupant pas le moins du monde de l'homme. Comment nous, chétives créatures d'une petite banlieue de l'univers, pourrions-nous affirmer que nous savons tout sur celui-ci, et sur les dimensions et réalités qui le composent ? Nous faisons partie de l'univers; nous ne pouvons pas, par nature, le voir" de l'extérieur" et affirmer le comprendre entièrement. Comment serait-il possible de démontrer qu'il nexisre pas d'êtres supérieurs à nous ? L'existence d'entités supérieures est donc tout à fait possible. Elle est même vraisemblable. L'inverse est moins imaginable : pourquoi et comment serions-nous le sommet d'un univers dont les lois résulteraient du pur hasard ? Que des résultats aussi magnifiques qu'une aile de papillon, ou aussi complexes que le cerveau d'un homme, résultent du pur hasard est aussi peu probable que de créer une œuvre littéraire majeure en appuyant au hasard sur les touches d'un davier. Et s'il y a des "lois" de développement de l'univers, il y a lieu de se demander pourquoi il y a ces lois ! Supposer qu'il existe une ou des intelligences supérieures à l'homme est donc assez logique. [...]

 

page 15

La conviction des chrétiens est que Jésus est un homme, mais en même temps plus qu’un homme. Il est révélation de Dieu : il est ce que nous pouvons voir de Dieu sous la forme d’un homme. Jésus a aussi annoncé qu'il serait présent au milieu des croyants par un être invisible, l'Esprit Saint, qui guiderait ceux qui se fient à lui.
Est-ce croyable ? Mais qu’est-ce qui est croyable et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Si un être supérieur existe, comme c'est possible, pourquoi ne pourrait-il pas se manifester à nous sous la forme d'un homme ?

 

 

LE SALUT

page 42

Vivre en chrétien, c'est entrer toujours plus dans une communion avec Dieu, et avec tous les hommes. C'est cette communion, cette vie dans l'amour, qui constitue déjà le salut. Le salut, le royaume, ce n'est pas : "Que dois-je faire pour être sauvé après la mort ?" mais : "Quelle est la meilleure façon de commencer sur terre la relation d'amour avec tous les hommes ?" Et c'est aussi ce qui nous préparera le mieux à l'au-delà.

Aimer vraiment, c'est aimer toutes les personnes que nous rencontrons. Il faut comprendre que cela ne veut pas dire ressentir des sentiments affectueux pour elles; c'est agir en pensant que Dieu les aime, même si nous avons beaucoup de mal à les aimer. Les accepter ; ne pas les juger; penser que derrière leur attitude il y a peut-être de bonnes raisons que nous ne connaissons pas; et que s'ils sont pécheurs, nous le sommes aussi. Avoir une attitude de paix. […]

C'est Dieu à qui nous ouvrons la route, pour que ce soit lui qui agisse en nous et dans les autres. C'est pour cette raison que l'ermite, ou la moniale carmélite, etc., sont aussi « efficaces » que ceux qui agissent dans le monde; car c'est l'action, souvent invisible, de Dieu qui est importante. Et la prière est le meilleur chemin pour permettre à Dieu d'agir.

 

 

UNE APPROCHE EXPÉRIMENTALE

 

page 61

Un point essentiel sur lequel la doctrine chrétienne devrait être revue est celui du « péché des origines ». […] Le point en discussion ici est de savoir si vraiment Jésus « nous réconcilie » avec Dieu, par rapport à une faute passée qu’il faudrait qu’il nous pardonne, comme le disent les Épîtres de Paul et la liturgie. Ou si en réalité ce qu’apporte Jésus c’est la possibilité d’aller vers Dieu,  sans qu’une faute originelle ou une chute collective aient fait suite à un état initial d’harmonie.[…]

La question qui se pose est de savoir pourquoi l'Église s'accroche à cette histoire de chute. Dire clairement qu'il n'y a pas eu de chute initiale et que l'histoire de la révélation est celle d'une montée vers Dieu, en quoi est-ce difficile ? C'est qu'il y aurait beaucoup de conséquences à en tirer ! Le canon de la messe, qui fait souvent référence à la chute, et un certain nombre de textes de saint Paul seraient remis en cause. Cela obligerait à admettre que saint Paul, comme les auteurs du Premier Testament, s'exprime en fonction des conceptions de son époque. Et à réécrire les textes des prières de la messe. Ce qui retient les responsables, ce sont probablement des peurs : peurs pour eux-mêmes, peurs pour l'Église. Pour eux-mêmes : peur d'abandonner ce à quoi ils tiennent, de s'apercevoir qu'ils s'accrochaient à des façons de raisonner fausses; et aussi pour l'avenir, peur de l'inconnu: où va-t-on, quelle théologie peut remplacer celle qui est ainsi déstabilisée ? Pour l'Église, que cela la détruise plus ou moins, que cela remette en cause son autorité et sa tradition. J'y vois un manque de confiance dans le Seigneur: si c'est lui qui est présent et qui nous conduit, laissons-nous aller entre ses mains, acceptons la vérité. […]

La croix n’est pas un « sacrifice » offert à Dieu, mais un témoignage d’amour total, éclairé par la résurrection : voilà ce que Dieu est et fait !

 

 

CONTREPOINT

 

page 94

Le catholicisme a beaucoup évolué depuis les origines. Les chrétiens du Ier siècle seraient surpris par beaucoup de nos cérémonies, et par notre monde occidental que l'on dit parfois chrétien. Il s'agit de poursuivre l'évolution de la réflexion et des pratiques, et de redresser ce qui est peut-être discutable ou erroné.


Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

rcus Borg  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.