Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

A.C.T.U.E.L.

 

Cantique de Marie

 

Théologie de la libération

Amérique latine

.

Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur,
Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,
Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante.
Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
Parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses.
Son nom est saint,
Et sa miséricorde s'étend d'âge en âge
Sur ceux qui le craignent.
Il a déployé la force de son bras ;
Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.
Il a renversé les puissants de leurs trônes,
Et il a élevé les humbles.
Il a rassasié de biens les affamés,
Et il a renvoyé les riches à vide.
Il a secouru Israël, son serviteur,
Et il s'est souvenu de sa miséricorde
Luc 1.46-54

.

17 octobre 2002
C'est un cantique en l'honneur des pauvres
. On dit qu'il remplissait d'épouvante les tsars de Russie. Maurras de son côté a parlé du « germe révolutionnaire » de ce Magnificat.
Depuis longtemps le peuple du Nicaragua a aimé le réciter et très souvent les paysans superstitieux le portent comme une amulette.

- Quelqu'un dit : Les puissants, c'est la même chose que les riches. Les puissants sont riches et les riches sont puissants.

- Un autre : C'est la même chose que les orgueilleux parce que les puissants et les riches sont orgueilleux.

- Teresa : Marie dit que Dieu a « élevé les humbles » c'est justement cela qu'il a fait avec Marie.

- Maria : C'est aussi cela que Dieu a fait avec Jésus qui était pauvre, avec Marie et avec tous les autres qui ont suivi Jésus et qui étaient pauvres.

- Moi je leur demande : Qu'est-ce qu'aurait dit Hérode s'il avait su qu'une femme du peuple avait proclamé que « Dieu détrônait les puissants, élevait les humbles, rassasiait de biens les affamés et renvoyait les riches vide » ?

- Natalia éclate de rire : Qu'elle était folle !

- Rosita : Qu'elle était communiste !

- Laureano : Non seulement il aurait dit que la Vierge était communiste, mais en fait, elle était réellement communiste.

- Je demande : Et qu'est-ce qu'on dirait au Nicaragua si on entendait ce dont on parle ici à Solentiname ?

- Plusieurs : Que nous sommes communistes !

- Quelqu'un demande : Qu'est-ce que ça veut dire « il a rassasié de biens les affamés » ?

- Un jeune répond : Les affamés vont manger.

- Un autre : La révolution.

- Laureano : C'est cela la révolution : le riche ou le puissant est abaissé et le pauvre, celui qui était au bas de l'échelle est élevé.

- Un autre encore : Si Dieu est contre les puissants, il ne peut donc être qu'avec les petits.

- Andrea demande : Cette promesse que les petits auront des biens, c'est une promesse pour ce moment-là ou est-ce maintenant qu'elle doit s'accomplir ? Je pose la question parce que je ne sais pas.

- Un des jeunes répond : C'est pour le futur qu'elle a parlé, il me semble, parce que c'est tout juste si nous commençons à voir cette libération qu'elle annonce.

- Alejandro : Quand elle dit :
« Il a secouru Israël, son serviteur, et il s'est souvenu de sa miséricorde »
cette nation d'Israël, c'est le peuple nouveau que Jésus a formé, c'est le peuple que nous sommes.

- William : C'est le peuple qui sera libéré comme autrefois le peuple fut libéré de la dictature d'Égypte où il n'était que de la merde, seulement une main d'oeuvre bon marché. Mais le peuple ne peut être libéré par d'autres. C'est lui-même qui se libère. Dieu ne fait que le guider vers la Terre promise, mais c'est lui qui doit se mettre en marche.

- Oscar, le mari d'Andrea, demande : Peut-on utiliser la force pour dépouiller les riches de leurs richesses ? Le Christ n'a pas forcé le jeune homme riche. Il lui a dit : « Si tu veux... »

- Je réfléchis un moment avant de répondre ; puis, en hésitant, je lui dis : on pourrait le laisser partir dans un autre pays.

- William : Mais sans qu'il emporte ses richesses !

- Felipe : Qu'il les emporte !

- Le dernier mot est laissé à Marie : Marie a chanté l'égalité, une société sans classes sociales, tous pareils.

 

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.