Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

A.C.T.U.E.L.

Tentations

André Landouze
dominicain
Paru dans « Témoignage chrétien » en 1986

 

28 avril 2003
Assis dans le métro, désert moderne
où règne l'anonyme solitude, il avait « le Monde » entre les mains. Les nouvelles étaient mauvaises : inflation, chômage, grèves réprimées par un libéralisme musclé, travail de nuit des femmes, assassinat de Malik... quelques signes de renaissance et de maturité : le mouvement étudiant, les évêques de France au secours du CCFD, bonne tenue de la foi...

- « Enfin, où vais-je donc ? » pensait-il en tâtant son estomac après une si longue grève de la faim. A Barbès, un jeune homme, bon chic bon genre, monta et s'assis tout près. Vite, ils échangèrent quelques mots sentis.

Jugez-en :
Satan (car c'était lui) :
- Je te donne des milliards de dollars et de roubles sans oublier les stocks « CEE » et toutes les subventions agricoles. Rien que pour le blé avec lequel on fait ce pain que tu aimes tant, en 85, 512 millions de tonnes ! Sans compter tout le reste. Sois riche, tout cela est à toi si tu me dis : « salut ».

Jésus (car c'était lui) :
- Je suis le Pain de vie. Il faut vous mettre à l'oeuvre pour obtenir non pas cette nourriture périssable, mais la nourriture qui demeure en vie éternelle...

A la cantonade il ajouta à l'intention des chrétiens du XXe siècle :
- Méfiez-vous des armes riches, des techniques sophistiquées, des grandes bouffes et abondances cruelles pour Ethiopiens, Indiens et autres sans pain.

.

Brusquement, il se retrouva sur une tour de Notre-Dame. Satan lui criait :
- Jette-toi, si tu viens de Dieu, fonce, tu feras mieux que Moon, gourous, sectes, Lourdes & Cie. Tu seras l'Astre des voyances et des religions, tu amuseras le bon peuple.
Jésus répliqua :
- Pas d'autre signe que celui de Jonas.

Et toujours pour les chrétiens d'après, il ajouta :
- Méfiez-vous des médias devenus idoles, des conversions transformées en « establishment », des voyages superstar, d'une Parole qui se prendrait pour un haut lieu, fut-il Rome ou Jérusalem !

.

Soudain , il ne sentit plus ses jambes. Au sommet de la butte Montmartre, Satan le pressait :
- Ecoute, une bonne fois, si tu me dis bonjour, tu feras mieux que Reagan, Gorbatchev, Robespierre, Attila et Napoléon réunis. Tu seras à ton gré dictateur ou président, avec tous les royaumes de la terre et leur gloire, à perte de vue et à perpétuité.
Jésus, tu tac au tac :
- Le Fils de l'Homme n'est pas venu pour être servi mais pour servir... Ceux qu'on regarde comme les chefs des nations les tiennent sous leur pouvoir... Si quelqu'un veut être grand parmi vous qu'il soit votre serviteur.

Et pensant à nous, il compléta :
- Méfiez-vous des grandes et moyennes puissances, blocs et zones d'influences, des États et des états-majors, de l'esprit de croisade façon Reagan ou Khomeyni et des manipulations démocratiquement camouflées... Et puis, inspiré, ne sentant plus la fatigue, il congédia l'Adversaire.

 

.

Jésus se retrouva seul dans le métro, « le Monde » entre les mains. Il descendit à l 'Étoile. Il avait une faim de loup. Il voulu acheter un sandwich au café du coin et s'étonna qu'on refuse sa monnaie. « Passant considérable », il continua sa route, itinérant, nu et livré. Mené par l'Esprit de liberté.

 

.

 

Moralité ? Le combat du Christ est le nôtre : Non à l'exploitation économique, oui à la répartition des biens. Du pain pour chaque pays, et la dignité pour les Palestiniens aussi. Non au politicien ou au scientifique qui abuse de son pouvoir, oui à une culture et une politique qui soient signes d'une charité aux dimensions du monde. Non à l'aliénation psycho-religieuse de masse, oui au service humain de la vie et à la réciprocité évangélique entre Dieu et les hommes. Au nom du Verbe fait chair qui respecte et promeut chaque être humain.
La tentation (épreuve) est toujours une montagne mais pour la soulever, il n'y faut qu'un peu de foi, gros comme un grain de sénevé.

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.