Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

A.C.T.U.E.L.

 

L'Évangile selon Josette

D'après Luc 7.36-50

 

Roger Parmentier

 

5 février 2003
Je m'appelle Marie... Comme tous les soirs je roulais doucement
au volant de ma Renault - il faisait froid - je m'étais enveloppée un peu plus que d'habitude, mais pas trop... pour laisser paraître mes charmes.
Une Jaguar me double, puis se rabat. Je guette. Un homme cravaté me fait signe... Je l'ai déjà vu� il est du 6e arrondissement, client habitué du boulevard de Ceinture. Je me gare, je stoppe, je monte dans la Jag : soirée éclair, juste le temps d'une caresse... et tout le reste. Vite fait, bien fait... et... bien payé.
Je fais attention de ne pas me faire coincer à la sortie, car il y a un mec qui m'attend souvent pour récupérer le fric... Je retrouve en hâte ma Renault... Je recommence à rouler au pas.

Un type pas comme les autres attend au carrefour. Il me fait signe de la main. Nadia et Sylvie m'en ont parlé : il vient souvent depuis l'ouverture des boites non loin du parcours. Il est étrange. Il parait qu'il est beau, il dit des mots exceptionnels... on dit même qu'il a du soleil dans les yeux...
Je commence à le suivre, lentement car il est à pied. Il marche, il marche... le voilà qui arrive boulevard des Belges. Tiens ! ... dans l'immeuble de Simon... un de ceux qui viennent parfois au boulevard.

Ce Simon, c'est un homme de bien, assez gentil ma foi, mais... un peu hautain, méprisant. « Bien pensant » certes... il doit fréquenter une paroisse par là. Il travaille au Barreau, paraît-il.
Jésus entre chez lui... me voilà bien attrapée... moi qui mourais d'envie de le suivre jusqu'au bout : comment oser entrer dans l'allée de ce petit hôtel particulier ? Mais tant pis, je n'y tiens plus. Je prends dans ma voiture le parfum que je garde avec mes maquillages... Je me retrouve donc juste avec ce parfum... Qu'est-ce que je vais dire ? rien ! j'entre en trombe.

Simon est là, à table avec d'autres très collet montés... et puis ce gars qui tranche : je le reconnais... au soleil ... qu'il porte dans les yeux. D'un seul coup je pleure, je tombe à ses pieds, je le parfume, je l'embrasse, je le caresse avec mes grands cheveux : je suis folle !
Va-t-on me sortir avec pertes et fracas ? silence... Simon me regarde de travers. Les autres attendent. Mais je ne vois plus rien...

L'autre... accepte mon geste. Il me regarde tout droit et sans attendre, il me fait relever et ajoute :
« Le poids de ton passé ne pèse plus sur toi ! ».

Temps de silence, plein, intense... Je suis en sueur. J'ai le coeur en fête, je ne sais pas pourquoi cet homme me regarde ainsi, avec le coeur... moi la femme partagée, dispersée, bafouée... je me retrouve debout, joyeuse.
Simon n'a plus aucun pouvoir : finies les manières, les falbalas, les mondanités. Jésus est là, c'est bien lui, simple, droit et tendre.

Le repas est interrompu... chacun repart dans ses foyers. Et moi je suis seule... je reprends ma Renault, je repars sur la route... peut-être une autre route. Je découvre l'amour qui est en moi.

Groupe Corps-prière
Lyon

 

Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.