Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

 

 

Il n’y a rien qui ressemble

autant au christianisme

que l’islam

 

 

Roger Parmentier

 

 

1er août 2011

Il n’y a rien qui ressemble autant au christianisme que l’Islam,

- au bon christianisme et au mauvais christianisme
au bon quand les uns et les autres nous pratiquons l’extrême générosité et l’extrême miséricorde préconisées par Jésus pour mettre fin aux injustices et aux souffrances de ce monde, ce Jésus que nos frères Musulmans respectent infiniment,

- mais le mauvais christianisme, celui du complexe de supériorité des chrétiens et du mépris des autres, chrétiens qui se sont imaginés pendant des siècles que l’Évangile devait se proclamer l’épée à la main et en faisant usage de façon abominable contre les hérétiques et les idolâtres.

Et malheureusement les musulmans nous ont imités. Et comme nous avons imaginé à tort que l’Évangile de Jésus était dominateur, des Musulmans ont imaginé à tort que l’Islam devait être dominateur.

- Nous ferions bien d’en revenir les uns et  les autres aux inspirations originelles, un « Dieu  clément et miséricordieux » pour les uns, et à Jésus « venu non pour être servi, mais pour servir ». Sur ce terrain-là nous sommes bien plus proches que nous ne le pensons, respecter l’Islam et l’Évangile, aimer les Musulmans et les chrétiens, en sentiments et en actes, comme beaucoup le font déjà…

- Si nous n’acceptons pas de réaliser cette transformation radicale de nos mentalités et de nos comportements, nous allons voir se développer des guerres fratricides, qui sont en bonne voie, hélas.

- Quand l’Islam est né la situation du christianisme n’était pas belle à voir : à côté d’authentiques disciples de Jésus on a vu de développer un christianisme davantage attaché à des paroles de soi-disant chrétiens plutôt qu’à l’Évangile si porteur d’avenir de Jésus, un christianisme qui s’était converti aux théocraties, au mode impérial et impérialiste de fonctionnement, considérant follement que tous les sujets du souverain devaient être chrétiens comme lui, un christianisme qui persécutait les chrétiens « ariens » et massacrait les Wisigoths « ariens » et bien d’autres… Bel exemple aux futurs Musulmans !

On peut tenter de comprendre que si les Musulmans ont une connaissance insuffisante de Jésus et de son Évangile, nous y sommes certainement pour beaucoup. Nous l’avons tellement délaissé nous-mêmes et remplacé par nos doctrines, nos institutions, nos traditions… Et si les uns et les autres nous en revenions vraiment l’Évangile ?

De même on peut comprendre que Mohammed et les Musulmans soient indignés que la tradition hébraïque, prolongée chez les chrétiens, aient privilégié la descendance juive d’Abraham, par Isaac, au détriment de sa descendance arabe, par Ismaël…

Et que les uns et les autres aient conservé la tradition, élaborée par les Hébreux, qu’Israël était le peuple choisi parmi tous les autres, que Yahvé était le « Dieu d’Israël », tous les autres étant des « faux-dieux », et qu’ils pouvaient conquérir au fil de l’épée « la terre promise », le pays de Canaan, des Cananéens qui ne les avaient vraiment pas invités à venir les remplacer…

On peut, et on doit comprendre les tristesses, les souffrances, les indignations, les colères et les comportements qui s’en inspirent. Évidemment les Musulmans aussi peuvent et doivent examiner les mentalités et les comportements qui font souffrir les chrétiens…

Mais en disciple de celui qui a appris à tout le monde qu’il ne fallait pas ôter la poussière de l’œil de notre frère, avant d’avoir ôté la poutre qui est dans notre œil, nous sommes convaincus que les Chrétiens doivent eux-mêmes changer profondément… La route sera dégagée pour les rencontres fraternelles.

 

 

Frères chers, si vous estimez que cet appel est spirituellement fondé et pourrait aider les consciences en nos temps d’islamophobie, peut-être pourriez-vous l’adopter (ou tout autre analogue), le modifier autant que nécessaire, et le proclamer en fonction de vos responsabilités. Je crois qu’un tel appel est nécessaire et urgent.

 

Il me semble qu’il serait bon que d’autres confessions chrétiennes s’y associent... Voulez-vous le leur proposer ?

 

 

Retour
Retour vers Roger Parmentier

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.