Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Théologie radicale. Sea of Faith

 

La réforme radicale

21 thèses

The Coming Radical Reformation

 

Robert W. Funk

 

21 mars 2009

• 1 • Le Dieu  de l’âge métaphysique est mort : Il n’y a pas de Dieu personnel « là-haut » extérieur au monde des hommes. Il faut prendre acte de la crise théologique actuelle et poser plutôt les questions du sens de l’univers et du but de la vie humaine.

• 2 • L’idée que Dieu a créé directement les espèces a disparu lors des découvertes de Darwin. Cette idée impliquait que la terre et l’humanité étaient au centre du cosmos ce qui n’est plus admissible.

• 3 • L’abandon de la lecture littéraliste de l’histoire d’Adam et Ève dans la Genèse a mis un terme au dogme du péché originel dans la mesure où il aurait son origine dans le Premier Homme. La mort fait partie de la nature et n’est en rien la punition du péché. Le péché n’est pas transmis de génération en génération par le sperme masculin. Comme le dit saint Augustin.

• 4 •  L’idée que Dieu intervienne de temps en temps dans les lois naturelles du monde pour aider les hommes ou les punir n’est plus crédible de nos jours et l’idée de miracle est un affront à sa justice et à son intégrité malgré que bien des gens y croient encore.

•  5 •  La prière n’a pas de sens si elle demande à Dieu d’intervenir de l’extérieur pour pardonner ou transgresser les lois de la nature en apportant des faveurs particulières. La prière de louange est un reste de l’ancien régime et de l’ancien Moyen Orient ; elle est indigne de Dieu. La prière devrait être conçue principalement comme méditation – comme écoute plutôt que comme parole – et comme ouverture aux besoins du prochain.

 

La christologie

• 6 • La divinité de Jésus n’est plus crédible. Elle est une idée du même style que l’ancienne compréhension théiste de Dieu.

• 7 • Un Jésus qui descend du ciel, accomplit certains actes magiques qui libèrent les hommes de la domination du péché, ressuscite de la mort et retourne au ciel est une conception aussi archaïque que la mythologie qui l’a créée et n’est plus crédible. Son retour à la fin des temps et son rôle de juge cosmique ne l’est pas non plus. Nous devons trouver une autre manière de rendre compte de son ministère.

• 8 • La naissance virginale de Jésus est une insulte à l’intelligence moderne et doit être abandonnée. De plus, c’est une doctrine pernicieuse dénigrante pour les femmes.

• 9 • La doctrine de la réconciliation selon laquelle Dieu a tué son propre fils afin de satisfaire sa soif de justice n’est ni logique ni morale. C’est une doctrine monstrueuse issue d’un système sacrificiel primitif dans lequel les dieux devaient être apaisés par l’offrande d’un enfant ou d’un animal.

• 10 • La résurrection de Jésus n’était pas celle de son cadavre. Dire que Jésus est ressuscité des morts est une métaphore. Lorsque certains de ses disciples – probablement guère plus que deux ou trois – comprirent le sens des paroles et des actes de Jésus, ils ne trouvèrent pas d’autres termes pour exprimer leur émerveillement que de dire qu’ils l’avaient vu vivant.

• 11 •  L’attente de son retour en gloire et de son jugement cosmique font partie d’une conception du monde que nous n’avons plus. Ils sous-tendent de plus le désir humain de la punition des ennemis et de ceux qui font le mal et l’espérance d’une récompense pour les pieux et les justes. Tous ces éléments apocalyptiques doivent être rejetés.

 

Le domaine de Dieu révélé par Jésus

• 12 • Jésus enseigne et pratique une éthique basée sur la confiance. Pour lui, le Royaume de Dieu se caractérise par la confiance en l’ordre de la création et l’essentielle bonté du prochain.

• 13 • Il invite ses disciples à célébrer la vie comme s’ils venaient de découvrir un trésor caché dans un champ ou s’ils étaient invités à un grand banquet.

• 14 • Pour Jésus, le domaine de Dieu est un royaume qui ne connaît pas de frontières sociales, un royaume dans lequel il n’y a ni Juif ni Grec, ni homme ni femme, ni esclave ni homme libre, ni homosexuel ni hétérosexuel, ni ami ni ennemi.

• 15 • Pour Jésus, dans le domaine de Dieu, rien ne s’achète. Il n’y a pas d’intermédiaires entre les hommes et Dieu.

• 16 • Pour Jésus, le domaine de Dieu n’exige aucun culte, ni aucun rite pour en marquer l’entrée, pour marquer la purification des pécheurs ou le passage de l’enfance à l’âge adulte.

• 17 • Dans ce royaume, le pardon est réciproque et chacun n’en bénéficie que s’il le donne aussi.

• 18 • Le royaume est un voyage sans fin. On n’y entre qu’en se mettant en mouvement.

 

Le canon

• 19 • Le Nouveau Testament comprend des conceptions extrêmement différentes et contradictoires pour présenter le christianisme. La Bible entière, d’ailleurs, propose des opinions et des conduites très diverses : les Dix Commandements aussi bien que les enseignements de Jésus.


• 20 • Le canon des Écritures adopté par les chrétiens doit être rétréci et élargi à la fois afin de respecter d’une part les anciennes traditions et d’autre part de s’ouvrir aux idées nouvelles. Le canon doit être un ensemble toujours variable de textes anciens et de textes nouveaux à l’image des mythes du roi Arthur et des Chevaliers de la Table ronde. Ou du mythe de l’Ouest américain.

 

Le langage de la foi

• 21 • Lorsque nous rendons témoignage au message de l’Évangile, il nous faut prendre garde à bien nous exprimer dans le registre qu’employait Jésus lui-même dans ses paraboles et ses aphorismes : paradoxes, hyperboles, exagérations, métaphores. De plus nos affirmations doivent toujours être provisoires et sujettes au changement et aux modifications.

 

 Traduction Gilles Castelnau

 

Retour
Retour vers "théologie radicale"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.