Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Sea of Faith Network (NZ) Newsletter

 

Sea of Faith - Nouvelle Zélande : textes en français

 

Foi et croyance

 

The New Story of Faith and Belief

 

Karen Armstrong

Membre du Westar Institute

bulletin de Sea of Faith - Nouvelle Zélande
juin 2013

traduction Gilles Castelnau

Voir sur ce site : Sept théologiens radicaux récents

24 août 2016

On ne fait plus de différence, de nos jours, entre la foi et la croyance mais il n ‘en était pas ainsi autrefois. A l’origine, le sens du mot « foi » était proche de « confiance », comme lorsqu’on dit qu’on a foi en un ami ou un idéal.

La foi n’était pas une attitude intellectuelle mais plutôt une vertu. C'était l’affirmation que l’on entretenait scrupuleusement par des rites et les mythes des Écritures que, malgré toutes les évidences contraires, la vie avait une valeur et une signification ultime.

Le mot latin credo  – que l’on traduit maintenant par « je crois » - provient, semble-t-il, de cor dare, « donner son cœur ».
Lorsqu’on proclamait : « credo in unum Deum », on n’affirmait pas tellement que l’on croyait en l’existence d‘une divinité unique mais plutôt que l’on engageait sa vie envers Dieu.

Lorsqu’au 11e siècle, saint Anselme de Cantorbéry disait « credo ut intellagam »  (j’ai foi afin que je puisse comprendre), il ne se soumettait pas aveuglément aux doctrines religieuses dans l’espoir que, non crédibles comme elles lui paraissaientr, elles puissent un jour faire sens pour lui dans la mesure où il renonçait à son intelligence critique.

Sa prière devrait, en fait, être traduite ainsi : « je m’engage afin que je puisse comprendre ». La signification des dogmes ne lui serait ainsi révélée que lorsqu’il mènerait une réelle vie chrétienne encadrée par la mythologie traditionnelle et ses rites.

Mais de nos jours les gens pensent plutôt que pour vivre une religion ils faut d’abord en avoir approuvé les principes. C’est d’ailleurs une saine pratique scientifique : établir d’abord le principe de base puis le mettre en pratique.

Il est vrai que ce n’est pas ainsi que la religion a fonctionné jusqu’à maintenant.

 

 

Retour vers "libres opinions"
Retour vers Sea of Faith - Nouvelle Zélande
Vos commentaires et réactions

 

 

v it libérs du sacré

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.