Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

 


Caricatures offensantes

et de mauvais goût



Gilles Castelnau

 

15 janvier 2014

Des musulmans abonnés à Charlie Hebdo (on me dit qu’ils sont nombreux notamment au Yémen) sont donc « offensés » par les caricatures de Mahomet (il est vrai de mauvais goût, surtout la reproduction de celle parue jadis dans le journal danois où l’on voit le Prophète une bombe glissée dans son turban.

Nous avons défilé dimanche boulevard Voltaire, en affirmant que nous étions tous Charlie Hebdo (en réponse aux terroristes Kouachi qui avaient cru « avoir tué Charlie Hebdo ») et nous nous souvenions qu’à son époque, le grand Voltaire « offensait » l’Église catholique en terminant toutes ses lettres par la mention (de mauvais goût) « Écrasons l’infâme ».

Ce n’était pas au christianisme qu’il s’en prenait, lui qui était profondément croyant. ( 1 )

Il réagissait contre l’attitude dominatrice qu’avait alors l’Église catholique de France, qui rendait la vie impossible aux philosophes des Lumières (Diderot, Rousseau également), aux protestants (les persécutions étaient terribles sous Louis XV et Louis XVI) et aux libertins. Rousseau et Voltaire avaient dû s’échapper de France et Diderot était en prison.

L'« Écrasons l’infâme » de Voltaire n’était pas une « offense » gratuite faite à l’Église catholique émanant d’un esprit maladivement agressif et intolérant ! C’était la légitime protestation contre l’abus de pouvoir d’une religion totalitaire. L’appel à la liberté de Voltaire a donc été approuvé et honoré par la République qui lui a dressé des statues dans Paris et donné son nom au boulevard où nous défilions.

Lorsque le président turc Recep Tayyip Erdogan s’offusque des caricatures de Mahomet, il ne se rend pas compte que son régime qui pratique l’intolérance islamo-conservatrice, ne peut que susciter des réactions et des protestations de la part de ceux qui se sentent humiliés au nom de Mahomet. Ainsi, entre autres, le respectable patriarche de Constantinople Bartholomé Ier constamment maltraités par la presse du régime, la faculté de théologie orthodoxe toujours interdite…

Et que dire des nombreuses ouvrières et employées de maison catholiques immigrées des Philippines en Arabie saoudite empêchées au nom de Mahomet de se réunir pour prier et lire leur bible ?

Il est arrivé qu’apparaissent aujourd’hui encore en France des inscriptions et des images « offensantes » envers l’Église catholique. On se souvient du « mauvais goût » incontestable d’un crucifix dans un flacon d’urine, de l’amusant pastiche d’une Eucharistie où les apôtres étaient représentés en femmes et de la photo d’une jolie fille crucifiée à moitié-nue. Des conservateurs catholiques se sont à leur tour insurgés comme ces « offenses » sans prendre conscience que les pressions des autorités catholiques pour rendre obligatoires les décisions éthique du Vatican révulsait les non-catholiques.

Ceux qui se sentent « offensés » par des provocations de « mauvais goût » devraient réfléchir avant de se plaindre : ne serait-ce pas à juste titre qu’ils sont ainsi mis en question ? et leur éventuelle protestation (sans parler de leur violence) ne révèle-t-elle pas tout simplement leur attitude totalitaire ?

 

___________________

( 1 ) « Ce n'est plus aux hommes que je m'adresse. c'est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes, et de tous les temps ; s'il est permis à de faibles créatures perdues dans l'immensité, et imperceptibles au reste de l'univers, d'oser te demander quelque chose, à toi qui as tout donné, à toi dont les décrets sont immuables comme éternels. » (Traité de la Tolérance, 1763)

 


Retour vers "libres opinions"
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.