Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens     

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique


Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie


Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs



Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 


 




« Évangile et liberté »

Autopsie d'une mort annoncée


Conseil d’Administration du mensuel Évangile et liberté




17 octobre
2023



Un projet

« L’audace, en définitive, fait partie de l’ADN du libéralisme ! » C’est par ces mots que Pierre-Olivier Léchot, alors président de l’association Évangile et liberté, concluait son rapport d’activité en octobre 2021 lors de l’Assemblée générale de notre association.
Ce rapport présentait un projet « audacieux » : « Projet de développement d’Évangile & liberté ». Il s’agissait d’engager une partie substantielle de nos réserves pour « tenter de faire d’une mort à petit feu une renaissance ». Pour cela le projet que le président Léchot a exposé durant le conseil d’administration du 5 juin 2021 et fait voter au cours de cette même réunion, prévoyait de relancer la communication de l’association et la croissance des abonnements en créant pour cela un poste salarié.


Rompant ainsi avec la tradition du bénévolat, cet ambitieux projet de relance reposait principalement sur un poste salarié, très correctement rétribué (2500 € nets par mois en temps partiel à 80 %, représentant un coût annuel brut pour l’association de 51 176 €). Le président Léchot appuyait entre autres son projet sur un mécénat suisse qui aurait couvert ce salaire pendant une période ; il n’en fut rien.

C’est Abigaïl Bassac (épouse du président Léchot) qui a été embauchée pour ce travail dès le 1er septembre 2021.
L’entrée d’Évangile & liberté dans le XXIe siècle allait enfin se faire et cela se verrait !

 Un échec

La mise en œuvre s’effectua très lentement et fut stoppée net quand fut annoncé au C.A. du 9 avril 2022 le départ d’Abigail Bassac en congé-maternité. La salariée bénéficiait dès lors d’une clause du contrat de travail qui prévoyait qu’en cas de congé maternité ou d’arrêt maladie elle toucherait non pas uniquement les indemnités journalières de la Sécurité sociale comme prévu légalement pour tout salarié mais l’intégralité de son salaire, complété par l’association.

Un an après sa prise de fonction, un groupe d’administrateurs a tiré la sonnette d’alarme en montrant que financièrement ce projet n’était pas réaliste, qu’il ne pourrait jamais porter les fruits attendus et qu’il mettait en danger l’association et le journal à très court terme.

Certains conseillers déploraient également la totale absence de changement dans notre politique de communication, notamment sur les réseaux sociaux, ainsi que le manque d’information sur le travail réalisé.

La réalisation n’était pas au rendez-vous. Nos réserves financières ne permettant que deux ans de vie à ce projet, il était certain que le retard pris ne pourrait jamais, malgré toutes tentatives, espérances ou rêves, faire que la courbe s’inverse et que le navire ne sombre pas. À la suite de ces objections, le président Léchot, le 23 septembre 2022, puis le vice-président, le 1er octobre suivant, présentaient leurs démissions à quelques jours des Journées de la Grande-Motte.

 Une agonie

À l’issue du congé maternité et des congés payés d’Abigaïl Bassac le 6 janvier 2023, le nouveau bureau accède à sa proposition d’une rupture conventionnelle de contrat. Malheureusement cette démarche amiable n’a pas abouti : le 10 janvier 2023, Mme Bassac présente un certificat d’arrêt de travail, qui sera renouvelé par périodes successives jusqu’à ce jour. Elle bénéficie dès lors de la clause de salaire intégralement versé précisée dans le contrat, citée plus haut.
Finalement, Mme Bassac a entamé une procédure contre l’association Évangile & liberté auprès des Prud’hommes pour « discrimination en raison de sa grossesse et de sa maternité », avoir été « victime de harcèlement moral », et d’autres griefs demandant des indemnités qui pourraient atteindre 80 000 €.

Constatant la dégradation continue qui a mené à l’épuisement complet de notre trésorerie, le Conseil d’administration du 5 septembre 2023 a dû prendre la douloureuse décision d’un dépôt de bilan.

 Une fin et après …

Ce numéro est donc le dernier d’Évangile & liberté.

Mais est-ce pour autant la fin du protestantisme libéral ?

Non, c’est seulement la fin d’une période. Peut-être n’avons-nous pas été assez vigilants sur nos modes de fonctionnement, nous reposant sur un trop petit réseau de personnes dévouées et convaincues. Nous sommes arrivés à un essoufflement qui nécessite aujourd’hui de nous ouvrir à plus large pour retrouver un autre souffle.
Non ce n’est pas fini, nos convictions restent vivantes ! Nous avons la ferme assurance que ce que nous avons à proposer en matière de foi et de compréhension du religieux reste d’une grande pertinence dans notre monde. Face à tous les fondamentalismes et littéralismes, face aux conservatismes et aux moralismes religieux qui veulent imposer une éthique d’un autre siècle, face aux dogmatismes qui violent ce sanctuaire qu’est la conscience, le protestantisme libéral aura toujours à se poser comme le garant d’une liberté de croyance.

Oui nous avons de l’audace, celle de croire que dans notre monde nous pouvons et nous ferons, d’une manière renouvelée, toujours résonner ensemble.

 

 

 

 

 


Retour vers libres opinions
Vos commentaires et réactions

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : gilles@castelnau.eu
Il ne s'agit pas du réseau Linkedin auquel nous ne sommes pas rattachés.
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque