Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion



 

L'aura pâlissante

de saint Jean-Paul II

 

 

Gilles Castelnau


 

11 juin 2020

Sous ce titre, la catholique Christine Pedotti revisite dans le journal Le Monde le souvenir de Jean-Paul II à l'occasion du centenaire de sa naissance. Elle en profite pour écorner son image de « superstar ». Elle publie « L'Ombre d'un saint » cette semaine chez Albin Michel.

Je suis de ceux qui pensent qu'elle serait mieux inspirée de consacrer son grand talent et son dynamisme créateur à annoncer l'Évangile à notre monde chaviré qui en a tant besoin plutôt qu'à les gaspiller sans espoir contre le mur de glace de l'immobile institution catholique. Il y a maintenant cinq siècles que les protestants l'ont bien compris !
D'autant plus que c'est Jean-Paul II qui a détruit un à un les grands espoirs d' « aggiornamento » que le Concile avait fait naître.

Moi qui suis un vieux pasteur, je me désole justement d'avoir assisté durant mon ministère à ce détricotage de l'amitié œcuménique.

Dans les années 1960-1970 je déjeunais chaque semaine à la table des prêtres de ma ville. Ma poche à serviette était de couleur rouge car l'archiprêtre avait dit : « c'est la couleur du Saint-Esprit et vous en avez particulièrement besoin. » J'avais souri de cette plaisanterie fraternelle !

• Nous étions convenus de faire ensemble tout ce que nous n'étions  pas obligés de faire séparément. Je me souviens notamment d'une exposition « bol de riz » comme on disait à l'époque de la lutte contre la faim dans le monde, organisée conjointement par nos deux églises auquel le maire et le sous-préfet participaient.

• Je me souviens d'une collecte au temple destinée à restaurer l'orgue catholique qui avait été suivie d'une collecte à l'église pour rempailler les chaises du temple. Le trésorier protestant m'avait encouragé en souriant à recommencer souvent car le montant catholique était considérablement plus important que celui de notre – petite – communauté protestante !

• Je me souviens d’« expositions bibliques » dans des églises, où protestants et catholiques, ensemble, promouvaient la connaissance historique et critique de la Bible, où les « guides » étaient formés conjointement par le prêtre, le pasteur et le rabbin local. Où même des évangéliques - d'habitude si sectaires - participaient jusqu’à lire la Bible lors de la messe catholique ! Merveille de la fraternité spirituelle.
 

Les choses ont bien changé.
 
Souvenons-nous.
• Les échanges de chaire.
Pasteur invité à l'église à l'occasion de la Semaine de l'unité mais pas seulement, je choisissais librement le texte biblique sur lequel je souhaitais prêcher et je prononçais l'homélie à la place du prêtre.
Puis, je ne pouvais plus choisir le texte.
Puis, ce n'était plus l'homélie que seul le prêtre prononçait : ce n'était plus qu'une simple « prise de parole » qui m'était octroyée.
Puis les invitations se sont faites rares.
 
• Les célébrations œcuméniques de baptêmes.
Elles se déroulaient selon une égalité stricte.
Dans le temple pour le 1er enfant, par exemple et à l'église pour le 2e etc.
Le prêtre prenait l'enfant dans ses bras, le pasteur mettait l'eau en prononçant les paroles, et le contraire la fois suivante.
Il y avait égalité du temps de parole de la liturgie préparée ensemble. Le baptême était inscrit dans les deux registres, catholique et protestant.
Puis le baptême ne pouvait plus avoir lieu au temple.
Puis seul le prêtre fonctionnnait selon la seule liturgie catholique.
Puis le registre protestant ne pouvait plus entrer dans l'église.
Puis il n'y a plus eu de baptême œcuménique.
 
Les mariages œcuméniques.
L'égalité était stricte entre le pasteur et le prêtre. Les textes étaient choisis par les deux conjoints.
Le prêtre faisait prononcer aux conjoints le « oui » fondateur exigé par l'Eglise catholique et le pasteur faisait « développer (non pas répéter)  la signification de ce oui ».
La signature se faisait dans les deux registres, catholique et protestant.
Puis il n'y a plus eu de mariage œcuménique.
 
L'autre jour deux jeunes prêtres catholiques se sont arrêtés à la porte d'un temple ouvert pour le culte et ont posé des questions montrant leur ignorance radicale du protestantisme.

Les théologiens catholiques
Je pense aussi à tous ces excellents théologiens catholiques qui m'ont permis de préciser ma pensée et de progresser dans la foi. Ils ont tous été interdits, suspendus, maltraités. J'écris leurs noms avec reconnaissance et respect :
Jacques Pohier, Jean Vimort, Louis Evely, Eugen Drewermann.
Aujourd'hui Jacques Musset, José Arregi et d'autres, suspendus eux aussi.
Et mes maîtres dans la théologie de la Libération :
Père Leonardo Bof, archevêque Oscar Romero, Dom Helder Camara (qui disait : « Lorsque je nourrissais les pauvres on disait que j’étais un saint. Et lorsque je demandais pourquoi ils étaient pauvres on me reprochait d’être communiste ! », Père Gustavo Gutierrez, Mgr Miguel Estéban.

 
Jean-Paul II a voulu, disait-on, « resserrer les boulons »
Ils sont maintenant bloqués.
Cela convient manifestement aux fidèles du XXIe siècle.
Je suis navré de la perte de cette belle fraternité.
Et je pense que Christine Pedotti ferait bien de comprendre qu'avec ses belles idées, elle se trompe d'église !
 


Retour vers "libres opinions"

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.