Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Prière du pèlerin


Frère Dino

Texte affiché dans l’église du Cebreiro (Espagne)

sur le Chemin de Compostelle

 

Traduit et transmis par

Peter et Florence van der Heijde

 

 

Quand bien même j’aurais parcouru tous les chemins,
franchi montagnes et vallées d’est en ouest,
si je n’ai pas découvert la liberté d’être moi-même,
alors je ne suis pas encore arrivé.

Quand bien même j’aurais partagé tous mes biens
avec des personnes d’autres langues et cultures ;
quand bien même j’aurais pour amis des pèlerins du bout du monde
et dormi dans les mêmes gîtes que des saints et des princes,
si, demain, je ne suis pas capable de pardonner à mon voisin,
alors je ne suis pas encore arrivé.

Quand bien même j’aurais porté mon sac du premier au dernier jour
et soutenu les pèlerins à bout de forces,
ou cédé mon lit à quelqu'un arrivé après moi,
donné ma gourde sans aucune contrepartie,
si, une fois de retour chez moi et à mon travail,
je ne suis pas capable de semer autour de moi la fraternité,
le bonheur, l’unité et la paix,
alors je ne suis pas encore arrivé.

Quand bien même j’aurais chaque jour mangé et bu à satiété,
disposé tous les soirs d’un toit et d’une douche,
reçu des soins pour mes blessures,
si je n’ai pas vu en tout cela l’amour de Dieu,
alors je ne suis pas encore arrivé.

Quand bien même j’aurais visité tous les monuments
et admiré les plus beaux couchers du soleil,
appris à dire bonjour en toutes les langues,
goûté l’eau de toutes les fontaines,
si je n’ai pas deviné qui est Celui qui, sans rien attendre en retour,
m’offre tant de beauté et de tant de paix,
alors je ne suis pas encore arrivé.

Si j’arrête à présent de marcher sur ta route,
de poursuivre ma quête et de vivre en cohérence avec ce que j’ai appris ;
si, dorénavant, je ne vois pas en toute personne, ami ou ennemi,
un compagnon de route ;
si, encore aujourd’hui, le Dieu de Jésus de Nazareth,
n’est toujours pas pour moi le seul Dieu de ma vie,
alors je ne suis pas encore arrivé.

 

_______________________________

 

Ce beau texte est la transcription du passage de l’apôtre Paul :

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges,
si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.
Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance,
quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes,
si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.
Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres,
quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien.
(1 Corinthiens 13 )

 

________________________________

Voir aussi de Peter van der Heijde

Harry Kuitert, voir les choses autrement

Recension : Dieu n'existe pas et Jésus est son fils

 

 


Retour
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.