Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Réflexion

 

La souffrance
peut-elle avoir un sens ?

 

2 mars 2004
Les protestants, en général
, refusent tout sens spirituel et toute utilité à la souffrance. Mais à mon avis, ils ont tort. Et ce, pour trois raisons au moins.

- D'abord, la souffrance nous apprend à être plus humbles, plus miséricordieux et plus tolérants vis-à-vis des autres. En effet, quand on n'a jamais souffert, on ne sait pas ce que c'est que d'être faible, médiocre, et même égoïste, aigri. Mais quand on est passé par la souffrance, on le sait, parce qu'on a été soi-même égoïste, aigri, faible et impuissant. Et c'est alors que l'on apprend à devenir humble vis-à-vis de soi-même et compréhensif vis-à-vis d'autrui. C'est l'expérience de la souffrance qui rabote notre « ego », nos jugements tout faits et trop rapides. C'est l'expérience de la souffrance, et même celle du pêché, qui nous rend humains et qui nous fait perdre notre dureté.

Quand on recrute des écoutants pour SOS Amitié, c'est-à-dire des personnes pour répondre aux appels téléphoniques des désespérés, on ne recherche pas des saints, des êtres irréprochables et vertueux. On recherche seulement des personnes qui ont beaucoup souffert et peut-être aussi un peu péché.

La vérité de l'homme, c'est celle de sa médiocrité et de sa faiblesse. Et c'est celle de sa souffrance. Et c'est cette faiblesse et cette souffrance qu'il faut comprendre et même aimer. C'est ce que disait la philosophe Simone Weil : « Le péché est la méconnaissance de la misère humaine. Et la sainteté, c'est le fait de la comprendre et même de l'aimer ».

 

- Deuxième point. Contrairement à ce que l'on pense souvent, les épreuves ne nous font pas perdre nos convictions. Bien au contraire, elles les rendent plus vraies, plus fortes et je dirais plus insubmersibles. Ceux qui sont passés par les camps de prisonniers ont souvent découvert des convictions plus sûres et plus résistantes. Le philosophe Cioran le disait : « tant que l'on n'a pas souffert, on vit souvent dans le faux et dans le faux semblant ». On triche, on fait semblant d'avoir des convictions que l'on n'a pas vraiment. Par contre, lorsqu'on souffre, on découvre, comme le dit Jésus, « l'unique nécessaire » (Luc 10.43) c'est-à-dire ce qui nous est vraiment indispensable. Oui, il vaut mieux croire peu mais bon et sûr.

Ce qui compte vraiment, ce qui maintient en nous la vie et le courage, c'est différent pour chacun d'entre nous. Cela peut être le visage d'une femme, le nom d'un village, la candeur d'un enfant. Cela peut être un mot d'ordre que nous ont laissé nos parents. Cela peut être aussi un verset de la Bible.

Pour moi, ce qui est mon roc et mon soutien lorsque, à force de souffrance, de solitude et de dépit, je n'ai plus rien de sûr à quoi me raccrocher, c'est la force tranquille de cette affirmation de saint Paul : « rien ne pourra te séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ » (Romains 8,38). Nous sommes aimés et acceptés tel que nous sommes, même si, à cause de notre souffrance, nous nous sentons devenir inacceptables et insupportables pour les autres et pour nous-mêmes. Nous avons le droit d'être aigres, d'être faibles, d'être inutiles. Nous avons ce droit par grâce. C'est le droit que Dieu nous donne dans sa grâce.

 

- Et voici mon troisième point pour dire que la souffrance a un sens. Lorsque nous ferons le bilan de notre vie, nous découvrirons que les moments qui ont le plus compté pour nous, ce sont ceux où nous avons souffert. J'ai toujours été frappé par ces anciens combattants qui, au soir de leur vie, reprennent inlassablement le récit des moments qu'ils ont vécus dans les tranchées, dans la peur, dans la boue, dans les privations. On dit quelquefois que ce sont les souffrances qui font un homme. Je dirais aussi bien que ce sont les souffrances qui font une vie, une vraie vie.

Vivre la vie, c'est « éprouver » la vie. « Éprouver » est un mot curieux. On dit de la même manière « éprouver » de la joie et « éprouver » de la souffrance. Comme si la vraie vie, la vie pleinement vécue, c'était toujours quelque chose qui vous marque et que l'on ressent dans sa chair et dans son c�ur.

Oui, heureux celui qui, au soir de sa vie, pourra vraiment dire, comme le disent les Béatitudes, heureux je suis car j'ai su ce que c'est que pleurer, heureux je suis car j'ai su ce que c'est que d'avoir les entrailles lacérées par l'émotion, heureux je suis car j'ai su ce que c'est que souffrir d'amour. Heureux je suis car ainsi j'ai éprouvé la vie. Et j'en rends grâce.

Beaucoup pensent que l'on est conduit à rendre grâce lorsque l'on est heureux. Il me semble que c'est plutôt lorsque l'on se retrouve encore vivant après avoir connu les tranchées de la guerre et les brûlures de la vie.

C'est sans doute ce que voulait dire Antonin Artaud, ce poète à qui aucune souffrance n'a été épargnée. « On ne parvient à Dieu qu'après avoir traversé un déchirement et une angoisse ».

 

.

 

Excursus

Le scandale de la souffrance

 

Pour tenter d'expliquer le scandale de la souffrance, certains se hasardent à dire que les souffrances, ce sont des épreuves que Dieu nous envoie. C'est d'ailleurs le message du Livre de Job. Dieu envoie des épreuves à ce pauvre malheureux Job. Il lui retire ses enfants, ses troupeaux et ses biens. Et pourquoi donc ? Pour tester sa fidélité et sa foi !

Personnellement, je l'avoue, je trouve cela inacceptable, cette idée que Dieu pourrait nous envoyer successivement cancer, divorce, suicide d'un de nos enfants etc... et tout cela pour savoir si, malgré tout, nous continuerons à aller au temple le dimanche suivant pour chanter : « Je louerai l'Eternel » ou bien « Compte les bienfaits de Dieu ».

Bien, me direz-vous, soit. Mais dans ce cas, pourquoi est-ce que Dieu ne les empêche pas, ces souffrances, s'il est tout-puissant ?

Dieu ne les empêche pas parce qu'il ne peut pas les empêcher. Je m'explique. Dieu, c'est la force de la vie. Mais, Dieu, cette force de la vie et des résurrections ne peut pas empêcher qu'il y ait des microbes, des cataclysmes, des rages de dents et des camps de concentration. Comme le dit le credo, c'est en tant que Père que Dieu est tout-puissant. Ce que Dieu peut faire en tant que Père, c'est susciter et ressusciter la vie, l'amour et même le rire et la joie en dépit des maladies, des souffrances et du pêché des hommes. Dieu est tout-puissant dans ce qu'il peut et sait faire, c'est-à-dire dans ce qui relève de son être de Père. Il est « tout » puissant mais il ne peut pas « tout » faire.

 

Extrait de
L'épreuve, le courage et la foi
Alain Houziaux
(Bayard 1999)

.

 

Citation

 

« Dieu ne préserve pas l'homme de la foudre, il préserve l'homme foudroyé »

Pasteur Charles Wagner

 

Retour vers "Alain Houziaux"
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.