Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


 Le prince Harry et Meghan Markle

 

Claudine Castelnau

 

 

4 décembre 2017

Le prince Harry, fils cadet du prince Charles et de la princesse Diana et cinquième dans l’ordre de succession au trône, a annoncé le 27 novembre ses fiançailles avec l’actrice américaine Meghan Markle.

L’agence de nouvelles religieuses Religion News Service résume ainsi la nouvelle ce jour-là : « Le prince Harry se mariera avec une Américaine divorcée et l’Eglise est d’accord. »

L’Eglise, c’est l’Eglise d’Angleterre, Eglise anglicane établie de la province d’Angleterre dont sa grand-mère, la reine Elizabeth II est gouverneur suprême. Si aujourd’hui, il semble acquis que le divorce de Meghan Markle n’est pas un obstacle à son mariage avec le prince Harry, il n’en n’a pas toujours été ainsi : en 1936, le roi Edouard VIII qui voulait épouser une Américaine deux fois divorcée provoqua une tempête dans la monarchie britannique et dans l’Eglise anglicane et il dû abdiquer.

Et la princesse Margaret, sœur de la reine a du renoncer en 1953 à son histoire d’amour avec le capitaine Peter Townsend, divorcé, plutôt que de perdre titre et rang, l’Eglise anglicane ayant refusé de bénir une telle union.

En 2005, le prince Charles, divorcé de Diana a eu un mariage civil avec Camilla Parker Bowles dont le mari était vivant. Mais l’archevêque de Cantorbéry a ensuite béni le couple dans la chapelle du château de Windsor, demeure privée de la reine.

Depuis l’Eglise d’Angleterre accepte dans certaines conditions un mariage religieux de divorcés, à condition que leur divorce n’ait pas été causé par leur relation ni provoqué de scandale – ce qui était le cas de Charles et Camilla qui n’ont pas eu un mariage religieux mais une simple bénédiction.

Aujourd’hui, l’archevêque de Cantorbéry a souhaité de nombreuses années de bonheur au couple Harry /Meghan. La fiancée, de mère protestante et de père épiscopalien (anglicans américains) devra tout de même être baptisée (car elle n'était pas baptisée) et confirmée selon le rite anglican, avant son mariage en mai 2018. La reine, qui a approuvé le mariage, y tient, en tant que gouverneur suprême de l’Eglise d’Angleterre, dit-on...

Remarque : les protestants ont deux sacrements, bibliques, le baptême et la cène. Les anglicans ajoutent à ces sacrements des « rites sacramentaux » : confirmation, mariage, onction des malades, absolution et ordination. L’éventail des positions théologiques dans l’anglicanisme permet aussi des conceptions différentes de ces sacrements et rites sacramentaux.

 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.