Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

CES QUESTIONS QUI INQUIÈTENT LA FOI

 

Les Évangiles ont-ils déformé les paraboles de Jésus ?

 

 

Alain Houziaux

 

 

15 avril 2010

Jésus a prêché ses paraboles aux alentours des années 30. Mais le texte de ces paraboles que nous lisons dans les Evangiles, lui, date au plus tôt, des années 60 à 70. Et une question se pose : est-ce que la manière dont Matthieu, Marc et Luc ont rédigé ces paraboles a été tout à fait fidèle aux paroles de Jésus, ou, consciemment ou inconsciemment, ont-ils infléchi et actualisé les paroles de Jésus dont ils avaient connaissance par la tradition orale pour qu’elles « collent » davantage aux questions qui se posaient alors dans la communauté chrétienne.
Ces questions, c’étaient celles-ci : primo, l’Eglise chrétienne doit-elle continuer à reconnaître la légitimité du Judaïsme dont elle est issue ? Secundo, de quelle manière doit-on accueillir dans l’Eglise les convertis qui ne sont pas d’origine juive , à savoir les païens de Rome, d’Athènes ou d’ailleurs qui se convertissent à l’Evangile, principalement grâce à l’action missionnaire de Saint Paul ?

A ce sujet, l’Eglise naissante était divisée en deux courants. Celui de Pierre considérait que le christianisme n’était pas une religion nouvelle, et était seulement l’une des branches du judaïsme. Pour être chrétien, il fallait donc d’abord être juif et se soumettre aux prescription du judaïsme. Pour ce courant, les païens qui se convertissaient au Christ devaient, pour être accueillis dans l’Eglise, se faire circoncire, respecter le sabbat et manger cacher. En revanche, Paul et ses disciples considéraient que l’on pouvait être chrétien sans être juif et que les païens qui se convertissaient au Christ (les « pagano-chrétiens ») n’avaient pas à se faire juifs et devaient être accueillis dans l’Eglise exactement de la même manière que les chrétiens d’origine juive (les « judéo-chrétiens »).

Et, apparemment, les paraboles de Jésus telles qu’elles sont rédigées dans nos Evangiles, semblent voler au secours des options de Paul et préconiser l’accueil sans condition des pagano chrétiens dans l’Eglise, même si cela scandalise Pierre et les judéo-chrétiens.

Prenons l’exemple de la parabole du fils prodigue de Luc 15. Le fils prodigue représente les pagano chrétiens : il a vécu fort longtemps loin de la maison du père (c’est-à-dire loin de la terre d’Israël et du Dieu d’Israël et de Jésus-Christ) dans un pays païen puisqu’on y élève des cochons, et il a fréquenté des prostituées (image de l’idolâtrie païenne). Et c’est sur le tard qu’il rejoint la maison du Père, c’est-à-dire l’Eglise du Dieu d’Israël et de Jésus-Christ. En revanche, le fils aîné, lui, représente les chrétiens d’origine juive qui, depuis leur naissance, sont restés fidèles à la maison du Père. Et la parabole montre que les pagano chrétiens, tout comme le fils prodigue, doivent être accueillis dans l’Eglise et participer à la fête du veau gras (image peut-être du repas eucharistique) même si les judéo-chrétiens, tout comme le fils aîné, s’en offusquent et menacent de refuser de communier à la même table.

De même, dans la parabole des ouvriers de la onzième heure (Mat. 20, 1-16), les ouvriers de la onzième heure représentent les pagano chrétiens qui se sont ralliés sur le tard à la « vigne » du Dieu d’Israël et de Jésus-Christ. Les ouvriers de la première heure, eux, représentent les judéo chrétiens dont les ancêtres étaient depuis la « première heure » au service de Dieu. Et le parabole montre que les nouveaux venus (les chrétiens d’origine païenne) reçoivent la même grâce (le même salaire) que les chrétiens d’origine juive.

Et la parabole de l’intendant malhonnête, ou plutôt habile (Luc 16,1-8) ? Elle paraît tout à fait scandaleuse sauf si on la lit comme une justification de la position de Paul. L’intendant représente l’Eglise de Paul et les métayers les païens qui souhaitent se convertir au Christ. L’intendant diminue la dette des métayers, c’est-à-dire les exigences auxquelles ils devraient être soumis, tout comme Paul atténue les exigences de la loi juive vis-à-vis des païens convertis, puisqu’ils n’ont ni à se faire circoncire, ni à respecter le sabbat, ni à manger kascher. Et le maître (qui représente Dieu) loue l’intendant, justifiant ainsi la position du courant de Paul.

 

Un message hostile au Judaïsme ?

 

Dans la parabole des vignerons révoltés (Mat. 21, 33-46), ces vignerons représentent les juifs qui mettent à mort le fils du maître (autrement dit les juifs ayant crucifié le Christ). Du coup le maître donne la vigne en fermage à d’autres vignerons, c’est-à-dire à des non-juifs.
Conclusion : dans l’Eglise, les païens convertis doivent prendre le relais des juifs et de la mission du peuple juif.

Et la parabole du Grand Banquet (Mat. 22 1-14) ? Le roi appelle à son banquet d’abord les juifs, et ceux-ci se récusent ; le roi envoie alors ses serviteurs pour aller chercher « tous ceux qu’ils trouveront, méchants et bons ». Dans le contexte des années 60 à 90, ces serviteurs représentent Paul et ses disciples qui parcourent le monde gréco-romain pour appeler les païens au banquet de la bonne nouvelle du Christ. Ces paÏens sont ainsi appelés à remplacer les juifs qui ont refusé d’y participer.

Et la parabole des talents (Mat. 25, 14-30 ; Luc 19,12-27) ? Dans le contexte des années 60 à 90, les deux premiers serviteurs représentent les missionnaires du courant de Paul. Ils mettent les talents qu’ils ont reçus (le trésor de la Parole de Dieu) dans le commerce du monde païen et, du coup, ils rapportent de nouveau talents en gagnant à l’Evangile de nombreux convertis d’origine païenne. En revanche, le troisième serviteur représente le judaïsme et sans doute aussi le courant de Pierre qui refuse, de faire fructifier le talent qu’ils ont reçu en terre païenne. Et le Maître de la vigne conclut « retirez son talent à ce troisième serviteur et donnez le à celui qui a dix talents », autrement dit, retirez leur mission aux juifs et au courant de Pierre au profit du courant missionnaire de Paul.

Certes, cet antijudaïsme est bien inquiétant. Et une question se pose : qu’est ce que Jésus lui-même a voulu prêcher et enseigner par ces paraboles ?

Pour Jésus, le fils prodigue, les ouvriers de la onzième heure, les pauvres et les estropiés invités au grand festin, les métayers de la parabole de l’intendant avisé représentent d’abord ceux qui étaient considérés comme de mauvais juifs (les publicains, les collecteurs d’impôts, les femmes de mauvaise vie) par les juifs bien pensants, sûrs d’être dans la vérité et la vertu. Mais il est aussi tout à fait possible aussi qu’ils représentent également les païens, qui sont eux aussi au bénéfice de la grâce de Dieu comme cela avait déjà été prêché avant Jésus par les prophètes de l’ancien Testament.

Mais ce que Jésus n’a certainement jamais prêché, c’est que la mission des chrétiens devait remplacer celle du peuple juif. Jésus a certes voulu réformer le Judaïsme de son temps, mais il n’a jamais pensé créer une Eglise nouvelle.

Le christianisme ne doit être rien d’autre que le Judaïsme pour les non-juifs.

 

----------------

 

Bibliographie : Gérard Israël, Alain Houziaux et Khaleb Bentoumès, Le Coran, Jésus et le Judaïsme,DDB 2004.

 

 

Retour vers Alain Houziaux

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.