Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Connaissance de la Bible

 

 

Jesus Seminar

 

Authenticité des paroles de Jésus

 

 

The Jesus Seminar: Decisions of Authenticity

 

Robert Funk

 

Les résultats complets du Jesus Seminar sont publiés par Robert Funk dans un livre :
The Five Gospels, What Did Jesus Really Say? The Search for the Authentic Words of Jesus

Cet article en donne l'essentiel

Voici les paroles de Jésus que les « Compagnons du Jesus Seminar » ont considérées comme presque certainement (paroles rouges) ou probablement (paroles roses) authentiques.

Voir sur ce site la présentation du Jesus Seminar, son fonctionnement et la signification des couleurs.

Les références bibliques entre parenthèses indiquent les passages parallèles, c’est-à-dire où la même parole se retrouve dans d’autres évangiles.

L’évangile de Thomas est un texte apocryphe en langue copte contemporain des évangiles canoniques.

G.C.

 

.

 

 

Marc 2.19 (Matthieu 9:15a ; Luc 5:34)


Jésus dit : Les amis de l'époux peuvent-ils jeûner pendant que l'époux est avec eux ? Aussi longtemps qu'ils ont avec eux l'époux, ils ne peuvent jeûner.

Une parole de ce genre remonte probablement à Jésus car il est clair que lui-même et se disciples ne jeûnaient pas, contrairement aux disciples de Jean-Baptiste et aux pharisiens comme le montre le verset 18 :

Les disciples de Jean et les pharisiens jeûnaient. Ils vinrent dire à Jésus : Pourquoi les disciples de Jean et ceux des pharisiens jeûnent-ils, tandis que tes disciples ne jeûnent point ?

 

.

 

Marc 3.27 (Matthieu 12:29 ; Lc 11:21-22, Thomas 35:1-2)

Personne ne peut entrer dans la maison d'un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort ; alors il pillera sa maison.

Jésus veut dire que l’on ne peut pas pénétrer le domaine de Satan (ou des démons) sans en être maître. Il est difficile d’admettre que les premiers chrétiens aient attribué une formule aussi robuste et colorée à Jésus s’il ne l’a pas réellement prononcée.

De plus cette parole se retrouvant dans les trois évangiles synoptiques ainsi que dans celui de Thomas, on peut penser qu’elle avait pris place dans la tradition orale précédant la rédaction des évangiles.

 

.

 

Marc 4.21 (Mt 5:15, Lc 8:16, Lc 11:33, Th 33:2-3)

Marc 4.21 Apporte-t-on la lampe pour la mettre sous le boisseau, ou sous le lit ? N'est-ce pas pour la mettre sur le chandelier ?

Matthieu 5.15 on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

Luc 8.16 Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d'un vase, ou ne la met sous un lit; mais il la met sur un chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière.

Luc 11.33 Personne n'allume une lampe pour la mettre dans un lieu caché ou sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière.

Thomas 33 ce que tu entendras de ton oreille proclame le sur les toits car personne n’allume une lampe et la met sous un buisson ni dans un endroit caché mais il la met sur un lampadaire afin que tous ceux qui vont et viennent voient sa lumière.

Cette paroles a reçu l’approbation pour 4 raisons

.1. c’est bien le style de Jésus de parler par images qu’il ne faut pas prendre littéralement.

.2. la mise en pratique de cette parole est ambiguë.

.3. les 5 évangiles mentionnent cette parole.

.4. La forme en est brève et facile à mémoriser.

Mais cette approbation n’est que rose car la forme de cette parole est différente dans les 5 évangiles.

 

.

 

Marc 10.25 (Mt 19:24 ; Lc 18:25)

Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.

Une telle exagération est caractéristique de beaucoup de paraboles et d’aphorismes de Jésus. Il est d’ailleurs plus probable que cette parole vienne de Jésus lui-même car un de ses disciples se serait sans doute exprimé de manière plus sérieuse

La disproportion humoristique entre le chameau et le trou de l’aiguille a été dès le début considéré par les premiers chrétiens comme une difficulté que certains ont tenté de corriger. Des scribes grecs ont remplacé (dans les 3 évangiles, note de GC) le mot de « chameau » (kamelon) par « corde » (kamilon) pour diminuer l’incompatibilité.

Des lecteurs modernes ont prétendu – à tort – que le « trou de l’aiguille » était le nom d’une petite porte par laquelle un chameau aurait pu franchir avec difficulté. L’existence même de ces tentatives est une marque de l’authenticité de cette parole.

 

.

 

Marc 12:17

Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

Thomas 104

Rendez à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu et à moi ce qui est à moi.

Tout commande l’authenticité de cette phrase. D’abord son côté énigmatique. Il évite le piège qui est lui est tendu sans pour autant résoudre la question : il mentionne la différence entre la demande de Dieu et celle de l’empereur mais il ne dit pas s’il faut payer l’impôt ou le refuser.
Néanmoins les premiers chrétiens ont compris qu’ils devaient payer l’impôt.
Paul en a parlé en Romains 13:1-7 et a conclu qu’il fallait rendre aux autorités ce qu’elles réclamaient car les magistrats sont des ministres de Dieu.

 

.

 

 

Matthieu 5:38-41 (Luc 6:27-28, 32-35)

38 Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. 39 Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre. 40 Si quelqu'un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. 41 Si quelqu'un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. 42 Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi. 43 Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 44 Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, 45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même ? 47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même ? 48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

La parole du verset 42
Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.
dans son raccourci universel et son humour paradoxal est inapplicable car celui qui s’y risquerait serait immédiatement ruiné. Elle est inconnue de la culture globale de l’époque et il est inconcevable qu’elle soit une création de la communauté chrétienne. Elle est donc certainement authentique.

La parole du verset 44 :
aimez vos ennemis
est, selon la tradition, au cœur de l’enseignement de Jésus. Le Jesus Seminar la place cette parole au 3e plus haut rang d’authenticité des paroles de Jésus. Les deux autres sont le commandement de tendre l’autre joue (verset 39) et les Béatitudes (Luc 6.20-22).

Cette injonction est paradoxale dans la mesure où celui qui aime ses ennemis n’a en fait plus d’ennemis.

 

.

 

 

Matthieu 6:9-23 (Luc 11:2-4)

9 Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; 10 que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; 13 ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! 14 Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; 15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. 16 Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. 17 Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, 18 afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. 19 Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; 20 mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. 21 Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. 22 L'œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; 23 mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres !

verset 9 : Notre Père. Jésus a, sans aucun doute, employé le terme araméen « abba » pour s’adresser à Dieu. Le nom de Dieu était sacré et ne devait pas être prononcé (dans les manuscrits de la mer Morte, les textes concernant la vie de la communauté disaient que celui qui prononcerait le nom de Dieu, même accidentellement, serait exclu). Jésus utilise une forme familière de salut, puis demande que le nom de Dieu soit sacré. Ce paradoxe semble caractéristique de son enseignement.

 

.

 

 

Matthieu 7:7-8 (Luc 11:9-10, Thomas 2:1-4 ; 92:1 ; 94:1-2)
.

7 Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l'on vous ouvrira. 8 Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe.

Cette promesse d’exaucement de toutes les demandes est une grosse et surprenante exagération, pour ne pas dire plus. C’est la raison qui a incité plusieurs Compagnons du Jesus Seminar a penser qu’elle provient de Jésus lui-même. Ils lui ont donné la couleur rose.

 

.

 

Matthieu 11:7-8 (Luc 7:24-25, Thomas 78:1-3)


7 Comme ils s'en allaient, Jésus se mit à dire à la foule, au sujet de Jean : Qu'êtes-vous allés voir au désert ? un roseau agité par le vent ? 8 Mais, qu'êtes-vous allés voir ? un homme vêtu d'habits précieux ? Voici, ceux qui portent des habits précieux sont dans les maisons des rois.

L’ironie et la vivacité de ces questions rhétoriques, la critique implicite des beaux vêtements de la classe dirigeante sont typiques de Jésus, de sa faveur pour les pauvres :

Luc 6.20 Heureux vous qui êtes pauvres, et de son dédain pour les vêtements :

Luc 6.29 Si quelqu'un prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre encore ta tunique.

Luc 12:22-28 22 Jésus dit ensuite à ses disciples: C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. 23 La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. 24 Considérez les corbeaux : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier ; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux ! 25 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? 26 Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste ? 27 Considérez comment croissent les lis : ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. 28 Si Dieu revêt ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans les champs et qui demain sera jetée au four, à combien plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi ?

Une majorité de compagnons a donc pensé que Jésus a effectivement dit quelque chose de ce genre.

 

.

 

Matthieu 18:12-14 (Luc 15:4-7, Thomas 107:1-3)


12 Si un homme a cent brebis, et que l'une d'elles s'égare, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres sur les montagnes, pour aller chercher celle qui s'est égarée ? 13 Et, s'il la trouve, je vous le dis en vérité, elle lui cause plus de joie que les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées. 14 De même, ce n'est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu'il se perde un seul de ces petits.

Ce berger se conduit d’une manière imprudente, ce qu’un berger ordinaire ne ferait pas. Une telle exagération est typique des paraboles de Jésus. Elle est comparable à celle du trésor :

Matthieu 13.44 (Thom 109:1-3) Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache ; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a, et achète ce champ. 45 Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. 46 Il a trouvé une perle de grand prix ; et il est allé vendre tout ce qu'il avait, et l'a achetée.

 

.

 

Mt 18:23-25

23 C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. 24 Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. 25 Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée. 26 Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. 27 Emu de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. 28 Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois. 29 Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai. 30 Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait.

Si ce récit remonte à Jésus lui-même - comme le pensent la majorité des Compagnons - il doit être lu comme une parabole et non comme une allégorie. Une parabole n’a qu’une seule pointe, alors qu’une allégorie est un récit codé.

Lu comme une parabole le récit oppose l’homme qui veut pardonner et celui qui s’y refuse et invite ainsi le lecteur à s’identifier à l’un ou à l’autre.

 

.

 

Matthieu 20:1-15


1 Car le royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui sortit dès le matin, afin de louer des ouvriers pour sa vigne. 2 Il convint avec eux d'un denier par jour, et il les envoya à sa vigne. 3 Il sortit vers la troisième heure, et il en vit d'autres qui étaient sur la place sans rien faire. 4 Il leur dit : Allez aussi à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera raisonnable. 5 Et ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers la sixième heure et vers la neuvième, et il fit de même. 6 Etant sorti vers la onzième heure, il en trouva d'autres qui étaient sur la place, et il leur dit : Pourquoi vous tenez-vous ici toute la journée sans rien faire ? 7 Ils lui répondirent : C'est que personne ne nous a loués. Allez aussi à ma vigne, leur dit-il. 8 Quand le soir fut venu, le maître de la vigne dit à son intendant : Appelle les ouvriers, et paie-leur le salaire, en allant des derniers aux premiers. 9 Ceux de la onzième heure vinrent, et reçurent chacun un denier. 10 Les premiers vinrent ensuite, croyant recevoir davantage ; mais ils reçurent aussi chacun un denier. 11 En le recevant, ils murmurèrent contre le maître de la maison, 12 et dirent : Ces derniers n'ont travaillé qu'une heure, et tu les traites à l'égal de nous, qui avons supporté la fatigue du jour et la chaleur. 13 Il répondit à l'un d'eux : Mon ami, je ne te fais pas tort ; n'es-tu pas convenu avec moi d'un denier ? 14 Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi. 15 Ne m'est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux ? Ou vois-tu de mauvais œil que je sois bon ?

Dans cette parabole les premiers ouvriers reçoivent moins et les derniers plus que ce qu’ils attendaient. Cela correspond à la vision qu’a Jésus des pauvres et des riches :

Luc 6:20 Heureux vous qui êtes pauvres, le Royaume de Dieu vous appartient

Marc 10:25//Matt 19:24//Luke 18:25 Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. En conséquence, les compagnons ont accordé la couleur rouge à cette parole bien qu’elle ne soit attestée que par Matthieu.

 

.

 

Luc 6:20-21 (Mt 5:3-6, Th 54, Th 69:2)

20 Alors Jésus, levant les yeux sur ses disciples, dit: Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous! 21 Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés! Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie !

Les Compagnons du Jesus Seminar étaient unanimes à penser que Jésus était lui-même l’auteur de ces trois premières béatitudes. Ils étaient également convaincus que les béatitudes attestées par Luc aux pauvres, à ceux qui pleurent et à ceux qui ont faim sont les plus authentiques.

 

.

 

Luc 6:41-42 (Mt 7:3-5, Th 26:1-2)

41 Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? 42 Ou comment peux-tu dire à ton frère : Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille qui est dans l'œil de ton frère.

Thomas 26

Tu vois la paille dans l’œil de ton frère mais ne vois pas la poutre dans ton œil lorsque tu auras ôté la poutre de ton œil alors tu verras la paille de l’œil de ton frère et tu pourras l’ôter

La comparaison absurde d’une paille et d’une poutre est bien dans la manière de Jésus. Thomas en conserve une forme abrégée. Les 3 versions ont reçu la couleur rose à cause de leurs petites différences.

 

.

 

Luc 9:58 (Mt 8:20, Th 86:1-2)

Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids : mais le Fils de l'homme n'a pas un lieu où il puisse reposer sa tête.

Il est clair que Jésus a beaucoup en commun avec les philosophes cyniques de son temps. Néanmoins les compagnons du Jesus Seminar ont pensé que cette parole ascétique se singularise par rapport à l’enseignement social habituel de Jésus et est suffisamment frappante pour avoir retenu l’attention de ses disciples.

De plus, les images employées sont vivantes et concrètes. Enfin, Jésus ne parle pas de lui-même à la première personne mais se nomme le « Fils de l’homme ».

 

.

 

Luc 9:59-60 (Mt 8:22)


Il dit à un autre : Suis-moi. Et il répondit: Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon père. 60 Mais Jésus lui dit: Laisse les morts ensevelir leurs morts; et toi, va annoncer le royaume de Dieu.

Le 5e commandement est : « honore ton père et ta mère », ce qui, à l’époque, implique de s’occuper correctement de leur enterrement. Or, par cette parole, Jésus appelle son disciples à déshonorer son père, ce qui n’était pas socialement acceptable. Les Compagnons du Jesus Seminar ont pensé que seule l’authenticité d’une telle parole pouvait expliquer sa présence dans l’évangile.

 

.

 

Luc 10:30-35


30 Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. 31 Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. 32 Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. 33 Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. 34 Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. 35 Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. 36 Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?

Cette parabole joue sur l’animosité existant entre Judéens et Samaritains. Si l’origine samaritaine du sauveur du blessé n’avait pas été mentionnée, tout le monde aurait écouté cette histoire sous l’angle du blessé. Telle qu’elle est la parabole met en lumière l’opposition des deux groupes ethniques. Le Jesus Seminar a considéré ce texte comme typique de la provocation habituelle de Jésus.

 

.

 

Luc 11:24-26 (Mt 12:43-45)


24 Lorsque l'esprit impur est sorti d'un homme, il va dans des lieux arides, pour chercher du repos. N'en trouvant point, il dit : Je retournerai dans ma maison d'où je suis sorti ; 25 et, quand il arrive, il la trouve balayée et ornée. 26 Alors il s'en va, et il prend sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s'y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première.

Les Compagnons ont pensé que cette parole qui n’a, certes, guère de ressemblance avec les autres enseignements de Jésus doit lui être néanmoins attribuée car elle ne peut avoir été inventée par la première Eglise à cause de son originalité. En effet les exorcismes étaient considérés comme définitifs et le retour des démons était impensable une fois qu’ils étaient expulsés.

 

.

 

Luc 12:22-31 (Mt 6:25-34, Th 36)


22 Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. 23 La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. 24 Considérez les corbeaux : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier ; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux ! 25 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? 26 Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste ? 27 Considérez comment croissent les lis : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. 28 Si Dieu revêt ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans les champs et qui demain sera jetée au four, à combien plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi ? 29 Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets. 30 Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin. 31 Cherchez plutôt le royaume de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

La confiance en Dieu pour la nourriture et le vêtement à laquelle invite ici Jésus est la même que celle qui fait donner à celui qui demande et prêter à celui qui ne remboursera pas, qui remarque qu’un riche n’entre pas plus facilement dans le Royaume de Dieu qu’un riche ne passe par le chas d’une aiguille, qui envoie les disciples sans argent, nourriture, ni sac, qui affirme que Dieu surveilles les moineaux et compte les cheveux de nos têtes.

Les compagnons du Jesus Seminar ont marqué en rouge ou en rose toutes ces paroles de Jésus et considèrent qu’elles représentent le centre de son enseignement. Ils soulignent néanmoins que les mots mêmes qu’a effectivement prononcés Jésus ne sont pas forcément exactement ceux-ci.

Un portrait du Jésus historique commence ainsi à apparaître.

 

.

 

Luc 13:6-9

6 Il dit aussi cette parabole : Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint pour y chercher du fruit, et il n'en trouva point. 7 Alors il dit au vigneron: Voilà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n'en trouve point. Coupe-le: pourquoi occupe-t-il la terre inutilement? 8 Le vigneron lui répondit: Seigneur, laisse-le encore cette année ; je creuserai tout autour, et j'y mettrai du fumier. 9 Peut-être à l'avenir donnera-t-il du fruit; sinon, tu le couperas.

La brièveté de ces courtes phrases fait penser à un style oral ainsi que la chute finale abrupte et le manque final d’application pratique ont suffi à engager les Compagnons à accorder les couleurs rouge ou rose à ce texte.

 

.

 

Luc 13:20-21 (Mt 13:33, Th 96:1-2)


20 A quoi comparerai-je le royaume de Dieu ? 21 Il est semblable à du levain qu'une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, pour faire lever toute la pâte.

Le levain connotait l’idée de corruption et de mal. Jésus l’utilise donc de manière choquante pour désigner le Royaume de Dieu, ce qui est bien dans sa manière. Un peu comme la phrase les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers.
Les Compagnons ont donc pensé que cette parole était certainement authentique.

 

.

 

Luc 14:16-24 (Mt 22:1-14, Th 64:1-12)

16 Un homme donna un grand souper, et il invita beaucoup de gens. 17 A l'heure du souper, il envoya son serviteur dire aux conviés : Venez, car tout est déjà prêt. 18 Mais tous unanimement se mirent à s'excuser. Le premier lui dit : J'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voi r; excuse-moi, je te prie. 19 Un autre dit : J'ai acheté cinq paires de bœufs, et je vais les essaye r; excuse-moi, je te prie. 20 Un autre dit : Je viens de me marier, et c'est pourquoi je ne puis aller. 21 Le serviteur, de retour, rapporta ces choses à son maître. Alors le maître de la maison irrité dit à son serviteur : Va promptement dans les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. 22 Le serviteur dit: Maître, ce que tu as ordonné a été fait, et il y a encore de la place. 23 Et le maître dit au serviteur : Va dans les chemins et le long des haies, et ceux que tu trouveras, contrains-les d'entrer, afin que ma maison soit remplie. 24 Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon souper.

La surprise des auditeurs de cette parabole en entendant que les invités ne viennent pas est aussi grande que leur surprise d’entendre qu’on les remplace par des pauvres. Ceci est caractéristique de l’enseignement de Jésus.

 

.

 

Luc 15:11-32

11 Il dit encore: Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père : Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche. 14 Lorsqu'il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. 15 Il alla se mettre au service d'un des habitants du pays, qui l'envoya dans ses champs garder les pourceaux. 16 Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait. 17 Etant rentré en lui-même, il se dit : Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! 18 Je me lèverai, j'irai vers mon père, et je lui dirai : Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, 19 je ne suis plus digne d'être appelé ton fils ; traite-moi comme l'un de tes mercenaires. 20 Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. 21 Le fils lui dit : Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils. 22 Mais le père dit à ses serviteurs : Apportez vite la plus belle robe, et l'en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. 23 Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous ; 24 car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir. 25 Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu'il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. 26 Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c'était. 27 Ce serviteur lui dit: Ton frère est de retour, et, parce qu'il l'a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras. 28 Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d'entrer. 29 Mais il répondit à son père : Voici, il y a tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. 30 Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c'est pour lui que tu as tué le veau gras ! 31 Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j'ai est à toi ; 32 mais il fallait bien s'égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu'il est revenu à la vie, parce qu'il était perdu et qu'il est retrouvé.

Cette parabole peut vraisemblablement être attribuée à Jésus.

.1. Jésus avait la réputation de fraterniser avec les « pécheurs » comme il est dit dans

Marc 2.15-17
15 Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie se mirent aussi à table avec lui et avec ses disciples ; car ils étaient nombreux, et l'avaient suivi. 16 Les scribes et les pharisiens, le voyant manger avec les publicains et les gens de mauvaise vie, dirent à ses disciples : Pourquoi mange-t-il et boit-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie ? 17 Ce que Jésus ayant entendu, il leur dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

Luc 7.33-34
33 Jean Baptiste est venu, ne mangeant pas de pain et ne buvant pas de vin, et vous dites: Il a un démon. 34 Le Fils de l'homme est venu, mangeant et buvant, et vous dites : C'est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie
.

.2. Le vocabulaire de ce récit mêle des termes propres à Luc et d’autres qui lui sont étrangers. Mais c’est une habitude de Luc de reproduire dans son style une histoire qu’il n’a pas rédigée lui-même.

.3. Cette parabole n’est pas un résumé de la pensée de Luc selon laquelle l’Évangile est rejeté par les juifs et accepté par les païens, comme il est dit dans

Actes 28.27-28
27 Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, Qu'ils ne comprennent de leur cœur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. 28 Sachez donc que ce salut de Dieu a été envoyé aux païens, et qu'ils l'écouteront.

Ici au contraire l’invitation est faite au frère aîné d’entrer dans la joie du repas paternel. Cette parole vise les juifs qui écoutent et ceux qui n’écoutent.

 

.

 

Luc 16:1-8a


1 Jésus dit aussi à ses disciples : Un homme riche avait un économe, qui lui fut dénoncé comme dissipant ses biens. 2 Il l'appela, et lui dit: Qu'est-ce que j'entends dire de toi? Rends compte de ton administration, car tu ne pourras plus administrer mes biens. 3 L'économe dit en lui-même: Que ferai-je, puisque mon maître m'ôte l'administration de ses biens ? Travailler à la terre ? je ne le puis. Mendier ? j'en ai honte. 4 Je sais ce que je ferai, pour qu'il y ait des gens qui me reçoivent dans leurs maisons quand je serai destitué de mon emploi. 5 Et, faisant venir chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : Combien dois-tu à mon maître ? 6 Cent mesures d'huile, répondit-il. Et il lui dit : Prends ton billet, assieds-toi vite, et écris cinquante. 7 Il dit ensuite à un autre : Et toi, combien dois-tu ? Cent mesures de blé, répondit-il. Et il lui dit : Prends ton billet, et écris quatre-vingts. 8 Le maître loua l'économe infidèle de ce qu'il avait agi prudemment.

Ce récit n’est pas moraliste comme le sont les enseignements édifiants en langue grecque juifs ou chrétiens, son exceptionnelle valeur et son application pratique énigmatique ont poussé les Compagnons à l’attribuer à Jésus.

 

.

 

Luc 17:20-21 (Th 113:2-4)


Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit: Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. 21 On ne dira point: Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

Il est indiscutable que Jean Baptiste, l’apôtre Paul et les premiers chrétiens partageaient généralement la conviction que la fin du monde était proche. La question est : Jésus partageait-il cette conviction ou le Royaume de Dieu était-il, à ses yeux, déjà présent, dans les gens et parmi eux ? La 2e solution est suggérée par cette parole ainsi que par Luc 11.20 :

Si c'est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous.

Comme celle-ci est peu courante dans le judaïsme de cette époque qui était généralement apocalyptique, les Compagnons ont opté l’authenticité de cette parole.

 

.

 

Luc 17:33

Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera.

Cette version de cette parole, qui apparaît six fois dans les évangiles, a été jugée par les Compagnons comme étant la plus proche de ce que Jésus a effectivement dit : elle ne contient pas les petits ajouts que l’on trouve en

Matthieu 10.39

Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera.

Marc 8.35

Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.

Matthieu 16.25

Celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

De plus, elle est tout à fait paradoxale : comment peut-on sauver sa vie en la perdant ? et comment peut-on perdre sa vie en la sauvant ? De telles contradictions paraissent caractéristiques de nombreuses paroles de Jésus.

Certes, Luc a placé cette parole dans un contexte d’avertissements apocalyptiques, mais ceci semble incontestablement secondaire et les Compagnons ont pensé à un aphorisme prononcé en dehors de ce contexte et lui ont attribué la couleur rose.

 

.

 

Luc 18:1-8

- La première partie du récit (versets 1-5)

1 Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher. 2 Il dit : Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu et qui n'avait d'égard pour personne. 3 Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire : Fais-moi justice de ma partie adverse. 4 Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même : Quoique je ne craigne point Dieu et que je n'aie d'égard pour personne, 5 néanmoins, parce que cette veuve m'importune, je lui ferai justice, afin qu'elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête.

L’attitude du juge y est comparable à celle de l’ami importun :
Luc 11.5-8 : Si l'un de vous a un ami, et qu'il aille le trouver au milieu de la nuit pour lui dire : Ami, prête-moi trois pains, 6 car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n'ai rien à lui offrir, 7 et si, de l'intérieur de sa maison, cet ami lui répond : Ne m'importune pas, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi sommes au lit, je ne puis me lever pour te donner des pains, 8 je vous le dis, même s'il ne se levait pas pour les lui donner parce que c'est son ami, il se lèverait à cause de son importunité et lui donnerait tout ce dont il a besoin.

Elle est non conventionnelle comme celle du maître de l’intendant malhonnête (Luc 16:1-8a
 ci-dessus).

Cette double ressemblance a décidé les Compagnons à lui accorder la couleur rose.

 

- La deuxième partie du récit (versets 6-8)

6 Entendez ce que dit le juge inique. 7 Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ? 8 Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

Il s’agit évidemment d’une composition de l’évangéliste et les Compagnons lui ont donné la couleur noire (non-authentique).

 

.

 

Luc 11:43 et 20:46-47 (Marc 12:38-39, Matthieu 23:5-7)


Luc 11.43

Malheur à vous, pharisiens! parce que vous aimez les premiers sièges dans les synagogues, et les salutations dans les places publiques.

Luc 20. 46

Gardez-vous des scribes, qui aiment à se promener en robes longues, et à être salués dans les places publiques; qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les festins. 47 Ils dévorent les maisons des veuves, et font pour l'apparence de longues prières. Ils seront jugés plus sévèrement.

Marc 12. 38-39

Gardez-vous des scribes, qui aiment à se promener en robes longues, et à être salués dans les places publiques ; 39 qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les festins. 40 Ils dévorent les maisons des veuves, et font pour l'apparence de longues prières. Ils seront jugés plus sévèrement.

Le premier texte de Luc (11.43) provient de la Source Q

Le second texte 2(0:46-47) est copié dans Marc (voir l’hypothèse des deux sources

et y prend la mention des maisons des veuves qu’il ajoute) à la parole initiale.

Les Compagnons ont donc accordé la couleur rose au premier texte de Luc 11.43.

 

.

 

Thomas 10

J’ai semé du feu dans le monde et voici que je le préserve jusqu’à ce qu’il s’embrase.

Luc 12.49

Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu'ai-je à désirer, s'il est déjà allumé ?

Les Compagnons ont donné le rose au texte de l’évangile de Thomas et seulement le gris à celui de Luc.

En effet Luc place dans l’avenir l’embrasement du feu, ce qui n’est pas dans la pensée de Jésus qui parle toujours au présent. Par contre le présent et bien le temps mentionné par Thomas.

 

.

 

(Mt 13:31-32 // Luc 13:18-19, Mc 4:30-32

Thomas 20:1-4

Le Royaume des Cieux est semblable à une graine de moutarde, la plus petite de toutes les graines. Lorsqu’elle tombe dans une terre labourée, elle devient un grand arbre où s’abritent les oiseaux du ciel.

Matthieu 13.31-32

Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. 32 C'est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.

Il est peu probable que ce soit Jésus qui ait comparé le Règne de Dieu à une simple graine. L’idée du grand arbre a dû être ajoutée ultérieurement et a restructuré la parole originelle sous l’influence d’Ezéchiel 17.22-23 et de Daniel 4.-11-12, 20-23.

Ezéchiel 17.22-23 22 Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel: J'enlèverai, moi, la cime d'un grand cèdre, et je la placerai; j'arracherai du sommet de ses branches un tendre rameau, et je le planterai sur une montagne haute et élevée. 23 Je le planterai sur une haute montagne d'Israël; il produira des branches et portera du fruit, il deviendra un cèdre magnifique. Les oiseaux de toute espèce reposeront sous lui, tout ce qui a des ailes reposera sous l'ombre de ses rameaux.

Daniel 4.11-12 11 Cet arbre était devenu grand et fort, sa cime s'élevait jusqu'aux cieux, et on le voyait des extrémités de toute la terre. 12 Son feuillage était beau, et ses fruits abondants; il portait de la nourriture pour tous; les bêtes des champs s'abritaient sous son ombre, les oiseaux du ciel faisaient leur demeure parmi ses branches, et tout être vivant tirait de lui sa nourriture.

Daniel 4.20-23 20 L'arbre que tu as vu, qui était devenu grand et fort, dont la cime s'élevait jusqu'aux cieux, et qu'on voyait de tous les points de la terre; 21 cet arbre, dont le feuillage était beau et les fruits abondants, qui portait de la nourriture pour tous, sous lequel s'abritaient les bêtes des champs, et parmi les branches duquel les oiseaux du ciel faisaient leur demeure, 22 c'est toi, ô roi, qui es devenu grand et fort, dont la grandeur s'est accrue et s'est élevée jusqu'aux cieux, et dont la domination s'étend jusqu'aux extrémités de la terre.

 

.

 

Thomas 31

Nul n’est prophète pour ses proches, nul n’est médecin dans sa maison.

Marc 6.4

Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie, parmi ses parents, et dans sa maison.

Les Compagnons ont donné le rose à cette parole. En effet il n’y a pas de précédent concernant une parole de ce genre dans les milieux juifs. Les Compagnons ont pensé qu’elle convenait au ministère de Jésus mais que la tradition ultérieure ne l’aurait pas inventée.

 

.

 

Thomas 39:3

Soyez attentifs comme le serpent et simples comme la colombe

Matthieu 10.16b

Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes.

Cette parole qui était peut-être proverbiale est paradoxale dans la mesure où elle invite à deux attitudes contradictoires et simultanées. Cette contradiction interne a incité les Compagnons à la considérer comme authentique.

 

.

 

Thomas 97:1-4

Le Royaume du Père peut être comparé à une femme qui porte un vase rempli de farine. Tandis qu’elle marche sur le chemin, l’anse du vase se brise et la farine se déverse derrière elle sur le chemin. Ne sachant rien elle ne s’inquiète pas. Rentrée à la maison elle pose le vase et le trouve vide.

Cette parabole ne se trouve que dans l’évangile de Thomas. Elle est semblable à la parabole rapportée en Matthieu 13.33 :

Le royaume des cieux est semblable à du levain qu'une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu'à ce que la pâte soit toute levée.

On s’attendrait à ce qu’elle revienne à la maison avec un vase plein pour indiquer la réussite du royaume. Le sens de cette parabole est à chercher du côté de la surprise de la femme : le Royaume est du domaine de l’inattendu. Ou alors du domaine du petit, comme la parabole de la graine de moutarde.

 

.

 

Thomas 98:1-3

Le Royaume du Père peut être comparé à un homme qui veut tuer un grand personnage. Il dégaine d’abord son poignard chez lui et perce le mur pour juger de la force de sa main. Alors il pourra tuer le grand personnage.

L’homme faible peut vaincre le puissant en se préparant sérieusement. D’autre part ce récit est scandaleux.

Ces deux raisons ont incité les Compagnons à accorder la couleur rose ou même rouge à ce texte.

 

Traduction Gilles Castelnau

Retour
Retour vers « connaissance de la Bible »
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

rcus Borg  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.