Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion

 

 

Comment lutter
contre la pédophilie dans l’Église ?


Christine Pedotti
directrice de Témoignage Chrétien

 

article paru dans Le Monde
le samedi 12 janvier 2019

Propos recueillis par Cécile Chambraud

 

 

Voir aussi : Christine Pedotti :
Comment lutter contre la pédophilie dans l’Église ?
Qu’avez-vous fait de Jésus ?
Jésus, l’homme qui préférait les femmes

 

 

12 janvier 2019

La crise de la pédophilie n'est pas un épiphénomène dont on ne parlera plus dans cinq ou sept ans, quand on aura rendu effective la tolérance zéro. C'est la conséquence d'une crise ancienne, qui est l'inadéquation de la forme actuelle du catholicisme avec nos sociétés.

Celles-ci font de grands progrès en termes de régulation des pouvoirs et de protection des droits des personnes. Ce système-là n'est pas en œuvre dans l'Eglise.

Celle-ci a raté une marche dans le chemin de la modernité, celui de l'émancipation. Si on ne fait pas les réformes nécessaires, le système ecclésial deviendra totalement muséographique.

L'article 26 du Directoire pour le ministère et la vie des. prêtres, établi par le Vatican, critique « la tentation de l'égalitarisme et du démocratisme » !

L'Eglise considère au fond que son modèle d’organisation est en contradiction avec celui de nos sociétés, et elle dit :

« Chez nous, pas de démocratie, pas de parité, pas d'égalité des droits. On n'a pas besoin de système de régulation des pouvoirs, car notre pouvoir est un service que nous rendons au nom de Dieu. »

Il y a une tension entre une conception de l'Eglise considérée comme une société parfaite, et une conception de l'Eglise comme peuple de Dieu. Persister dans la théologie ancienne de la société parfaite, où les plus parfaits des parfaits sont les prêtres, les évêques, entre en conflit avec des sociétés plus horizontales. L'Eglise ne tiendra pas longtemps si elle ne prend pas en charge la question de la démocratie et le droit des femmes.

 



Retour vers "libres opinions"

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

rtin Luther  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.