Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images





 

im445.erlt/im445.garcon.jpeg


Jeunes garçons jouant sur la plage
, 1884

 


Albert Edelfelt

1854 - 1905

Lumières de la Finlande



musée  du Petit Palais

jusqu'au 10 juillet 2022


Gilles Castelnau

 

 

4 avril 2022

 

On avait aimé la peinture danoise que le Petit Palais nous avait révélée en 2002 et on adore la peinture finlandaise qu’il nous propose aujourd’hui.

La paix et l’harmonie des paysages finlandais d’Albert Edelfelt, leur lumière tamisée, la tendresse apaisée des protestants luthériens qu’il aime peindre nous transportent dans l’atmosphère heureuse d’une vie fraternelle et heureuse.

Jeunes garçons jouant sur la plage, 1884  (Tableau est placé ci-dessus en exergue)

 Les Parisiens ont adoré le dépaysement extrême où Edelfelt leur emmenait dans ces immenses horizons lumineux où de gentils garçons se contentent de presque rien pour jouer tranquillement.

Les empires se bousculent et se remplacent les uns les autres, une grande pauvreté se développe dans les sociétés industrialisées, on ne sait pas s’il faut parler suédois, finlandais ou russe : c’est aux Français que ce tableau s’adresse et ils sont saisis de sa spiritualité.

 

im445.erlt/im445.bapteme.png

En route pour le baptême
, 1880
 

Edelfelt s’est fait connaître à Paris où il était venu, à 20 ans, suivre les leçons du peintre pompier Gérôme

il y a été si heureux et y a connu un si vif succès, qu’il s’y est définitivement installé.  

Sauf bien entendu pendant l’été où il retournait chaque année en Finlande pour y retrouver les paysages et les habitants paisibles que finalement il aimait profondément. Il avait fait construire une petite maison à Haikko, sur la côte sud de la Finlande, près de sa ville natale de Porvoo et pas loin d’Helsinki.

Une famille se rend au temple pour le baptême du nouveau-né que sa mère,vêtue de rouge, tient dans ses bras. Lenteur, simplicité dans la lumière septentrionale pénétrante. Ce tableau a connu, à Paris, un accueil enthousiaste et a une médaille au Salon.

Il est la répétition d’une scène presque identique de l’enterrement d’un bébé dont le petit cercueil remplace dans le bateau l’enfant assis devant le rameur, qui avait reçu une médaille au Salon.

im445.erlt/im445.culte.jpg

Service divin au bord de la mer, Finlande
, 1881

Finlande est russe à l’époque d’Edelfelt. Il ne se révoltera pas contre cette nationalité imposée par l’Empire tsariste et il peindra même le portrait officiel de Nicolas II et ceux de toute sa famille.

Mais enfin s’il aime la France et accepte la Russie, il est avant tout finlandais. Mais aussi Suédois car il appartient par sa mère à la noblesse suédoise qui dominait la Finlande jusqu’à la guerre avec la Russie et c’est en suédois qu’il parle le plus volontiers.

La robe noire du pasteur est caractéristique du culte protestant nordique et cette représentation tranche d’une certaine manière avec l’orthodoxie russe et le catholicisme français.
Ce tableau a reçu une médaille au Salon et a été acheté par l'État français

 

/im445.erlt/im445.bouleaux.png

Sous les bouleaux
, 1882

 

Finalement Edelfelt n’aura pas connu de Finlande indépendante mais il aura toujours cherché à représenter l’âme profonde de son peuple dans ses portraits et ses paysages.

im445.erlt/im445.mer.png

En mer, golfe de Finlande, 1883


Ce n’est certes pas à Paris que l’on peut vivre une telle scène de lutte avec la mer. Coyez comme cet homme maintient calmement malgré le vent la barre de son bateau et comme cette jeune fille s’initie sans crainte à ce dur métier. Courageux peuple finlandais.


/im445.erlt/im445.berta.jpg

Portrait de Berta Edelfelt
, sœur de l’artiste, 1884


L’éducation protestante a appris à la jeune Berta qu’elle dispose, certes, d’un bien joli col en dentelle et qu’elle peut porter bravement son chapeau rouge mais que son visage ne doit présenter aucune coquetterie provocante ou malicieuse et que son regard doit refléter le sérieux et l’assurance de celle qui ne doit son existence qu’à la bienveillance gratuite du Dieu de Jésus-Christ.

 

im445.erlt/vpasteur.jpg

Portrait de Louis Pasteur
, 1885

 

L’originalité de ce tableau est de ne pas représenter seulement le portrait du modèle mais de le situer, pour ainsi dire, en pleine activité. Edelfelt en a tiré une brillante renommée.

Le cartel d’Anne-Charlotte Cathelineau, conservatrice au Petit Palais explique :

Edelfelt rencontre Louis Pasteur par l’intermédiaire de son fils Jean-Baptiste, qui lui suggère d’exécuter son portrait. Le peintre s’y attelle au printemps 1885, alors que le savant travaille à ses recherches sur le vaccin contre la rage. Pasteur peut être considéré comme une figure titulaire pour la carrière d’Edelfelt : le triomphe de son portrait au Salon de 1886 parue un réel tournant dans la reconnaissance du peintre, en le faisant accéder au rang de portraitiste international.

 

im445.erlt/im445.lux.jpg

Au jardin du Luxembourg
, 1887

Edelfelt est toujours à Paris. Il montre qu’il regarde les modestes nounous gardeuses d’enfants avec le même regard attentionné et amical qu’il avait en Finlande.

Après avoir passé 15 ans à Paris, il retournera s’installer dans sa maison de Haikko à l’âge de 35 ans et il y restera jusqu’à sa mort (prématurée à 51 ans).

 


 

 Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction


 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.