Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des imagesz

 

Manfred invoquant l’esprit des Alpes, 1826-1830

 

 

Charles Gleyre

1806-1874

Le romantique repenti


musée d’Orsay
jusqu’au 11 septembre 2016

 

 

Gilles Castelnau


13 mai 2016

Les commissaires Guy Cogeval, président des musées d'Orsay et de l'Orangerie, Côme Fabre, conservateur au musée du Louvre et Paul Perrin, conservateur au musée d'Orsay ont réussi une très belle exposition.

Charles Gleyre est un peintre suisse qui a vécu presque toute sa vie à Paris et y a réalisé une belle carrière artistique.
Il commence par voyager longuement dans les « pays exotiques » de l’Outre-Méditerranée.
Il s’installe à Paris et deviendra, en quelques années, à l’âge de 37 ans, professeur à l’École des beaux-arts. Il a, dit-on, formé plus de 500 peintres, dont Gérôme, Monet, Bazille, Renoir et les futurs impressionnistes que seront  Renoir, Sisley et Bazille.

C’est un homme pleinement engagé dans le mouvement romantique de son temps. On y fait la découverte passionnée de l’expression libre de ses états d’âme. On est successivement et en même temps entousiaste et désolé, amoureux et déçu. On laisse libre cours à des rêves fantastiques, morbides ou magnifiques. On s’ouvre à des mondes surnaturels, à l'inspiration divine…

Manfred invoquant l’esprit des Alpes. Ce tableau mis ci-dessus en exergue, illustre le drame en vers de Lord Byron, qui enchantait alors tout le monde. Il se plaît à peindre son héros principal, tourmenté et passionné, campé sur un surplomb improbable au dessus des précipices vertigineux, sous un terrible ciel d’orage, « invoquant l’esprit des Alpes » magnifiant ainsi la grandeur de l’âme humaine qui s’élève dans l’infini de la pensée spirituelle.

 

Nubienne, 1838


Il est évident que durant son séjour de 3 ans en Sicile, en Grèce, en Égypte et au Proche-Orient, jamais Charles Gleyre n’a pu croiser le chemin de telles belles filles nues ! Mais l’imagination que l’on peut se faire des pays du soleil est plus forte que le monde réel. L’univers que les romantiques fantasment est plus enchanté, plus beau et plus souriant que celui que l’on voit dans la vie ordinaire.

 

Les brigands romains, 1831

 

« Les brigands romains » étaient, au Louvre, il y a quelques année le « tableau du mois » et Vincent Pomarède, le conservateur de l’époque, en avait raconté l’étrange histoire issue d’un rêve échevelé du jeune Charles Gleyre, qui lui apportait sans doute un peu d’apaisement dans son délire amoureux déçu :

Son auteur séjournant à Rome, fréquentait la Villa Médicis, son directeur Horace Vernet et... la fille de celui-ci, la charmante Louise dont il était amoureux. Mais le père était intransigeant et la fille peu compréhensive.
Il est vrai que si l’on regarde de près le visage du prisonnier on ne peut qu’être frappé de sa ressemblance avec l’autoportrait d’Horace Vernet.

Quant au brigand de gauche dont l’expression du visage et la force du geste manifestent une convoitise passionnée, il ressemble peut-être lui aussi à l’autoportrait du peintre que nous avons.

La belle Louise, sur le tableau, cache trop son visage pour être reconnue.

 

Les Illusions perdues ou le Soir, 1842

 

Ce tableau a obtenu un grand succès au Salon de 1842. Le poète, assis tristement à droite, a laissé tomber sa lyre à se pieds. Il n’a pas trouvé place dans la barque pleine de jolies femmes qui le narguent ou se détournent. L’amour qui tient le gouvernail assis sur le rebord tourne lui aussi la tête et jette des fleurs dans l’eau. On compatit à la grande désillusion du poète.
Charles Gleyre avait peint pour le duc de Luynes des fresques au château de Dampierre. Mais le duc avait ensuite engagé Ingres et celui-ci les avait fait effacer pour continuer le travail à sa manière. Cela s’était su et la réputation du jeune Gleyre en avait souffert, alors qu’il était en cruel beson d’argent.
Émile Zola rapporte les faits :

Au château de Dampierre, où les deux artistes avaient à peindre des fresques dans la même salle. M. Ingres, arrivant pour se mettre à l'œuvre, aurait exigé qu'on badigeonnât deux fresques que M. Gleyre avait déjà exécutées, déclarant qu'il ne pouvait travailler en un tel voisinage.

 

Le major Davel, 1848-1850

 

Charles Gleyre n’oublie pas qu’il est suisse et son pays pense à lui. Le canton de Vaud lui commande une toile commémorative de la mort d’un de ses héros de la liberté.

Le major Davel, officier dans l’armée suisse, avait cherché en 1723 à provoquer une révolte à Lausanne contre l’autorité centralisatrice de Berne. Il fut livré aux Bernois et décapité.
Cette peinture connaîtra à Lausanne un succès considérable.

 

La Danse des bacchantes, 1849

 

La peinture de scènes historiques, religieuses ou allégoriques représentaient ce qu’on appelait « le grand genre » et autorisait les belles nudités.

 

Le Déluge, 1856

 

Cette scène étrange qui ne correspond à aucun passage biblique, représente le moment où le Déluge ayant cessé, deux anges ont un vol de reconnaissance au-dessus de la terre et y découvrent une première pousse verte signifiant la vie qui commence à renaître. Dans le récit de la Genèse c'est une colombe, envoyée par Noé, qui lui rapporte dans son bec une feuille d'olivier.

 

 

________________________

voir aussi sur ce site :
Gilles Castelnau, Jean-Léon Gérôme

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

arati  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.