Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


Le Rêve


Picasso 1932

 

Année érotique

 

 

musée Picasso-Paris

exposition en partenariat avec la Tate Modern de Londres 

jusqu’au 11 février 2018

 

Gilles Castelnau

 

Voir aussi sur ce site
Le musée Picasso



23 novembre 2017

Les commissaires de l’exposition, Laurence Madeline et Virginie Perdrisot, nos proposent les toiles que Pablo Picasso a réalisées durant l’année 1932.

C’est une période tranquille et heureuse pour Picasso et pour sa compagne Marie-Thérèse Walter. C’est d’ailleurs elle qu’il peint dans « le Rêve » placé ci-dessus en exergue. Elle est représentée dans un sommeil paisible où elle « rêve » sans doute à la paix de leur bonheur. Rien de particuliièrement « érotique » dans cette exposition mais une heureuse sensualité amoureuse

 

Nu au fauteuil noir

 

C’est encore Marie-Thérèse qui dort tranquillement. Les courbes sont douces dans ces tableaux, les couleurs claires et vives. On dirait presque du Matisse (Picasso et lui étaient de grands amis).
Il a 51 ans et il vend très bien ses tableaux. Ils est riche. Il viennent d’emménager dans le château de Boisgeloup, près de Gisors qu’ils viennent d’acheter. Elle a 23 ans, ils sont ensemble depuis 5 ans et leur amour est total. Elle est belle et sensuelle. Leur liaison enchanteresse et tendre. Dans 3 ans ils auront ensemble une fille, Maya et leur liaison prendra fin car Pablo – qui est un homme à femmes – en aimera alors une autre.

 

Jeune fille devant un miroir

 

Mais pour le moment il vit une période de plénitude tendre et cela se voit dans la douceur des toiles de cette année 1932. Les commissaires ont bien choisi. Il n’en a pas toujours été ainsi. Picasso avait connu précédemment une période pénible que les commissaires n’exposent pas afin que l’on demeure dans l’heureuse année 1932 :

 

Femme assise, 1927

 

Cette femme assise était Olga Khokhlova, une russe qu’il avait aussi aimée, qu’il avait d’ailleurs épousée et dont il avait eu un fils, Paul. Mais voyez comme sa peinture était alors grinçante !

 

Baigneuse, 1928

 

Cette baigneuse au corps désarticulé et agité, aux affreux cheveux raides et au visage sans expression révèle une existence malheureuse que les commissaires nous ont épargnée.

 

 

La Lecture

 


Mais les commissaires en restent – heureusement - à la tranquillité de l’année heureuse 1932.

 

Joueur de flûte et nu couché


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.