Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


La Défense ou l’appel aux armes, 1879 (détail)

 

 

 

Le musée Rodin


collection permanente

 

 

musée Rodin


 

Gilles Castelnau

 

18 mai 2017

A l’occasion du centenaire de la mort d’Auguste Rodin, le Grand Palais organise la belle exposition dont ce site rend compte.

Le musée Rodin de Paris présente de nombreuses autres œuvres, dont certaines sont des doublons du Grand palais.

En voici des exemples.


L’Age d’airain, 1877

 

Cette statue est la première d'Auguste Rodin. Elle est mentionnée dans le compte-rendu du Grand Palais.

Le cartel dit :

[...] la sculpture au modelé sensible et vibrant déconcerte et suscit une polémique. L’auteur est accusé à tort d’avoir réalisé un moulage sur nature, c’est-à-dire une empreinte prise directement sur le corps du jeune soldat belge, Auguste Neyt, qui a posé pour lui.

 

Monument aux Bourgeois de Calais : Jacques de Wissant, 1888

 

Ce monument est mentionné dans le compte-rendu du Grand Palais.

Le cartel dit :

Le corps de Jacques de Wissant semble s’arracher douloureusement au sol et le visage, libéré par la main, exprime toute la tension de la volonté. Le Monument aux Bourgeois de Calais commémore un épisode de la guerre de Cent Ans (1337-1453) : six bourgeois se sacrifient en se rendant au roi d’Angleterre pour sauver leurs concitoyens.

 

L’Adieu, vers 1905

 

Le musée Rodin présente plusieurs de ces statues douces et tendres, parfois sensuelles, qui font contraste avec les représentations terribles que Rodin aime aussi sculpter pour sa Porte de l'Enfer.

 

La Porte de l’Enfer, 1880- vers 1890

 

Rodin créa plus de 200 figures pour cette Porte sans jamais la monter. C’est seulement peu avant sa mort en 1917 que le premier conservateur du musée Rodin, Léonce Bénédite, réussit à convaincre le sculpteur de le laisser reconstituer ce chef d’œuvre. Rodin mourut avant que cela fut réalisé.

 

 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.