Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Franz Xavier Winterhalter, Napoléon III empereur, avant 1861

 

Spectaculaire Second Empire


1852-1870

 

musée d’Orsay

jusqu’au 15 janvier 2017

 

Gilles Castelnau

 

28 septembre 2016

C’est une très grande et somptueuse exposition que nous offre le musée d’Orsay. De très nombreux tableaux magnifiques, des gravures, des statues, de très beaux meubles, des vases en très grande quantité. Reflets splendide d’un régime et d’une société riches et créatifs, heureux et conquérants.
Comme l’écrit une visiteuse sur le registre disposé à la sortie : « Il y avait tout, il ne manquait rien, sauf peut-être la présentation des vêtements de l’époque qui l’auraient pourtant mérité. » J’ajouterais ce qui manquait était évidemment une égale description de la misère du peuple si bien décrite en littérature par Émile Zola et en peinture par Alfred Stevens par exemple.

 

William Bouguereau, L’Empereur visitant les inondés de Tarascon (Salon de 1857)

 

L’Empereur s’est acquis un prestige élevé en s’impliquant dans le malheur des populations inondées.

 

Ingres, Madame Moitessier, 1856

 

Ingres a su exprimer l’idéal de beauté et de calme réussite de la grande bourgeoisie de ce temps.

 

Gustave Boulanger, répétition du joueur de flûte et de la femme de Diomède chez le prince Napoléon, 1861

 

Dans le beau décor imité du style pompéien, une vie culturelle intense se développait heureusement.

 

Pierre Tetar van Elven, Fête de nuit aux Tuileries le 10 juin 1867

 

A l’occasion de la visite des souverains étrangers à l’Exposition universelle vers 1867. L’Empereur savait exprimer par d’immenses fêtes toujours très réussies le prestige de son gouvernement.

 

Auguste Renoir, La Grenouillère, 1869

 

Les impressionnistes et leurs amis partageaient tranquillement des loisirs plus sains dans une proximité découverte avec la nature

 

Gustave Guillaumet, Prière du soir dans le Sahara, 1863

 

La colonisation avait, certes, les aspects brutaux que l’on connaît, mais elle permettait aussi la découverte admirative de populations inconnues jusque là et l’intérêt suscité par leur spiritualité.
Mais sous l’Empire les petites Filles modèles de la comtesse de Ségur apportaient des confitures aux pauvres, car il y avait des pauvres qui n’avaient pas de confiture.
La Vierge de Lourdes précisait bien à la petite Bernadette Soubirous qui vivait dans la misère : « Je ne vous rendrai pas heureuse dans ce monde mais dans l’autre ».
Et les protestants ont du attendre l’instauration de la République en 1870 pour avoir le droit de réunir leurs synodes interdits depuis Louis XIV !

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.