Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

Peuple des Dan
Tame (1900-1965) masque Ngedi

 

Les maîtres de la sculpture

de Côte d’Ivoire

 


musée du quai Branly

jusqu’au 26 juillet 2015

 

Gilles Castelnau


L’exposition a déjà été présentée
au Museum Rietberg de Zürich,
à la Kunst-und Ausstellungshalle de Bonn
et à la Nieuwe Kerk d’Amsterdam


Voir aussi sur ce site
Ah ! les arts premiers !

Peuple des Dan, Tame masque Déanglé ». Masque aux traits féminins.

 

14 avril 2015

L'exposition réunit plus de 330 œuvres des sculpteurs de Côte d’Ivoire. Elle montre aussi des techniques et des outils d’artisanat (poterie, tissage, fabrication de bijoux).

des clips videos font participer à la vie des villages.

 

Il est clair que le fait de s’affubler d’un masque et de danser plus ou moins solennellement devant les habitants du village, ou encore d’attribuer d’autres fonctions que nous ignorons à ces masques révèle qu’ils contribuent à établir une relation avec le monde invisible de l’au-delà.

Peuple des Dan, Sra (1880-1935)

Les commissaires de cette exposition, Eberhard Fischer et Lorenz Homberger, qui sont des spécialistes de ces questions, ont préféré demeurer sur le plan purement artistique. Tout au plus avertissent-ils par ce texte affiché sur un mur :

Si le sculpteur conçoit librement les détails du masque, selon ses talents et sa propre sensibilité, il reçoit lors de la commande des indications précises du commanditaire sur l’expression qui caractérise l’objet souhaité. Les sculpteurs ouest-africains n’entretiennent pas nécessairement de rapport spirituel avec leur ouvrage : cela relève du commanditaire, déjà entré en contact avec des esprits protecteurs – masques, devins, époux dans l’au-delà... - avec qui la sculpture doit renforcer les liens. Le premier propriétaire du masque s’approprie la sculpture, en découvre la personnalité – sa voix, ses goûts, ses aversions -, la modifie selon ses besoins, par l’ajout de tissus, d’ornements, ou de symboles protecteurs, et décide du lieu de sa conservations, déterminant pour la couleur et la patine de l’objet.

 

Peuple des Baoulé, Maître dit de Kamer, environs 1920


Une jeune fille noire visitant l’exposition avec énormément d’attention et d’intérêt m’a dit tout ignorer de la signification de ces masques, de l’existence des esprits et de la religion animiste. Ce qui la saisissait était l’impression qu’elle découvrait la réalité de sa civilisation dans son état originel d’avant la « colonisation ».


a

        Peuple Gouro, Sabou di Boti (1930 - ...)

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.