Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 

Federico Zandomeneghi, Portrait de Diego Martelli au bonnet rouge, 1879

 

Les Macchiaioli

1850-1874

Des Impressionnistes italiens ?

 

 

 

Musée de Paris - Orangerie

jusqu’au 18 août 2013

Exposition présentée à Madrid, Fondation MAPFRE, du 20 septembre 2013 au 5 janvier 2014

 

Gilles Castelnau

 

27 avril 2013

Les Macchiaioli se différencient des peintres académiques et de leur représentation de scènes nobles en peignant une Italie proche du peuple, de son folklore et aussi de son enthousiasme pour a Renaissance engagée par Giuseppe Garibaldi.

Ils prennent ce nom de Macchiaioli constitué à partir de la « macchia », la « tache » sobriquet moqueur que les peintres traditionnels leur attribuaient par dérision. Il est vrai que le côté populaire et sans prétention de leurs tableaux déparait les expositions de peinture de leur époque.

Le portrait de Diego Martelli au bonnet rouge (ci-dessus) par exemple est celui d’un ami et mécène (fort riche et généreux) des peintres macchiaoli. Il est représenté dans la simplicité de ses vêtements d’intérieur sans élégance, coiffé d’un simple bonnet rouge tellement choquant par sa rusticité qu’il a donné son nom au tableau. La pause même de cet homme est sans apprêt, désinvolte. A cette époque ce manque de noblesse et de recherche ne pouvait qu’être pris pour de la provocation. Il était aussi familiarité bien sympathique avec des hommes considérés dans leur quotidien le plus ordinaire.

 

Vincenzo Cabianca, Conteurs toscans du XIVe siècle

 

Ce retour à l’Italie du Moyen Age est signe d’une recherche de l’authenticité humaine redécouverte à une époque mythique où la société était naturelle et sans recherche ou artifice.

 

Telemaco Signorini, Porteuse d’eau à La Spezia, 1861-62

 

Telemaco Signorini nous fait contempler et nous intéresse à cette jeune paysanne porteuse d’eau qui marche pieds nus et d’un air décidé qui n’est pas sans allure, dans la beauté de la mer et du grand ciel bleu. Humble humanité valorisée par le regard du peintre.

 

Alinari Silvestro Lega, Après le déjeuner, ou la pergola, 1868

 

On a comparé les Macchiaioli aux impressionnistes français. Il est vrai qu’ils s’appliquent parfois, eux aussi, à représenter la nature avec sa lumière, les reflets d’eau et ses couleurs délicates. Mais les impressionnistes français n’avaient pas le même regard social sur l’humanité et se séparaient des Manet, Courbet, ou Alfred Stevens.
(Voir sur ce site : Peinture de droite, peinture de gauche)

 

Silvestro Lega, Portrait de Giuseppe Garibaldi, 1861

 

Leur amour pour la « Renaissance » italienne et son champion Giuseppe Garibaldi les enracine véritablement dans la grande espérance populaire de l'époque.

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

vril  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.