Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 

Raphaël, La Donna Velata, 1516


Raphaël

les dernières années 1483-1520

 

 

Musée du Louvre

jusqu’au 14 janvier 2013

 

Gilles Castelnau

 

18 novembre 2012

En janvier 2002 le musée du Luxembourg nous avait donné une magnifique exposition « Grâce et beauté » des femmes que Raphaël avait aimées et si bien peintes.

Son amour de la vie et de la beauté - particulièrement celle des femmes – rayonnait tant dans ses portraits qu’ils lui valaient une énorme célébrité. Il savait si bien donner une élégance sobre, raffinée et séduisante aux visages qu’il peignait, que ce soit celui d’une madone ou celui de sa maîtresse la Fornarina, appelée ci-dessus « La Donna velata ». Il s’intéressait d’ailleurs à leur séduction plus qu’à leur psychologie : ses madones ressemblaient à ses maîtresses et celles-ci étaient belles comme des madones.

 

La Vierge à l'Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste,
dite La Belle Jardinière
, 1505-1508

 

A la fin de sa vie il dirigeait un atelier de 50 artistes dont certains sont aussi renommés que Jules Romain (Giulio Romano) ou Gian Francesco Penni auxquels le Louvre rend hommage en exposant un grand nombre de leurs tableaux à la suite de ceux de Raphaël.

 

Giulio Romano (dit Jules Romain), Portrait de Jeanne d’Aragon, 1518

 

Gian Francesco Penni, la Madone au livre, 1512-1514

 

Les commissaires écrivent : « Il enrichit son modèle d’une grande variété d’expressions : la joie enfantine de Jésus et du Baptiste, l’amour maternel de la Vierge, la réflexion mélancolique de Joseph ou d’Anne. »

Cela est peut-être exagéré. Les magnifiques tableaux de Raphaël et de ses amis me semblent tout simplement typiques de la Renaissance qui permettait à l’humanité un épanouissement libre et heureux libéré de l’ère glaciaire de la religion médiévale : les visages des enfants Jésus et Jean-Baptiste n’incitent guère à une méditation religieuse profonde ; l’expression songeuse attribuée à la Vierge aussi bien par Raphaël que par ses élèves est bien la même que celle de la belle Donna velata ; et la « mélancolie » de Joseph ou d’Anne n’est pas grave et n’exprime en tous cas pas d’élévation spirituelle.

Les Préraphaélites.
C’est d’ailleurs bien ce qu’on pensé, longtemps après, au milieu du 19e siècle un groupe de jeunes peintres anglais novateurs qui reprocheront justement à Raphaël d’avoir mis en œuvre le grand mouvement qui s’est étendu jusqu’à l’ennuyeuse et conventionnelle Angleterre victorienne, d’une peinture magnifique et qu’ils jugeront académique, désincarnée, inexpressive et indigne de l’humanité. N’avaient-ils pas exposé un tableau de Raphaël portant l’inscription : « cracher ici » !
Ils ne figurent pas dans l'exposition du Louvre. Il faut aller à la Tate Gallery de Londres pour les voir. Mais les regarder permet de mieux prendre conscience de l'oeuvre de Raphaël.

Sans récuser évidemment la remarquable technique picturale de Raphaël, sans non plus retomber dans l’asphyxiante pensée unique du Moyen-Age, ils ont voulu remonter au-delà de Raphaël dans l’explosion humaniste de la Première renaissance dite du Quattrocento.

Les « pré-raphaéliques » - Millais, Hunt, Rossetti, Burne Jones, que l’on a pu voir en 1999 au musée d’Orsay - travaillaient eux aussi leur technique picturale et utilisaient notamment des couleurs brillantes mais ils voulaient retrouver dans les traditions anciennes de l'imaginaire anglais les idées originales permettant d’exprimer une présence au monde sérieuse, vécue passionnément, une spiritualité authentique et profonde.

 

John William Waterhouse, The Lady of Shalott, 1888

 

John Collier, Lady Godiva 1898

 

Burne Jones, l’Arbre du pardon, 1881

 

William Rossetti, Venus Verticordia

 

John Millais, Ophélie

 

 

William Hunt, la Lumière du monde
voir sur ce site un commentaire

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.