Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Respect de la nature

 

Dieu et
la sauvegarde de la création

 

Avec la participation de Majorie Hope et James Young
sociologues au Wilmington College, Ohio, États-Unis :
Thomas Berry and a New Creation Story
et du Père Thomas Berry

 

12 janvier 2002
Une étude de l'université de Yale
a mis en évidence qu'aux États-Unis, l'intérêt pour la protection de la nature diminue quand la pratique religieuse augmente ! Et pourtant bien des chrétiens souhaitent réfléchir aux implications spirituelles des désastres écologiques et de la pollution, du réchauffement du climat, des tortues marines étouffés par les millions de sacs et bouteilles en plastiques rejetées par les bateaux, etc. tous désastres auxquels nous assistons actuellement.

Le Père Thomas Berry a lancé aux États-Unis, l'expression de « spiritualité écologique ».

« Les chrétiens, écrit-il, ont besoin de repenser leur vision du monde, de ne plus jeter sur l'univers un regard qui soit uniquement matériel mais qui soit aussi spirituel ; ils doivent se souvenir qu'ils en font eux-mêmes partie intégrante.
Mais notre orgueil et notre sentiment de puissance nous font perdre le sens de la transcendance de la terre et de notre dépendance à son égard. Nous ne savons plus lui marquer notre respect et notre reconnaissance et nous oublions le lien qui nous unit aux hommes, aux animaux et aux plantes qui sont comme nous des habitants de la planète.
La sauvegarde de la création nous incombe à tous, sans exclusive ».

Le Père Berry pense que la situation écologique de la terre est désormais si grave, qu'il ne suffit plus d'y apporter quelques améliorations techniques ; un changement radical est nécessaire dans notre manière de considérer le monde et même une véritable conversion religieuse, si toutefois nos Églises en sont encore capables.

Il est frappant de constater à quel point la théologie chrétienne ignore actuellement la question de la création. La transcendance et le caractère personnel de Dieu ont été tellement affirmés, qu'aucune importance n'est plus attribuée à la transcendance de la nature elle-même.
La prédication chrétienne s'est tellement focalisée, surtout depuis le 16e siècle, sur la culpabilité et la rédemption, qu'aucune place n'est laissée à la joie du Dieu de la nature. L'homme et sa spiritualité personnelle ont été valorisés alors que bêtes et plantes étaient réduites à une existence purement physique, sans âme ni droits, indignes en tous cas d'être partenaire de la race humaine.

La pensée biblique a contribué à dynamiser notre civilisation occidentale ; et c'est précisément son esprit de créativité et de progrès qui a engagé les hommes dans l'exploitation sans limite de la nature à laquelle nous assistons.
Notre force et notre volonté sont maintenant engagées à tirer le plus de profit possible des richesses naturelles et les chrétiens respectent plus la technique que la spiritualité de la religion !

.

Pourtant il n'en a pas toujours été ainsi.
-
François d'Assise
qui prêchait, dit-on aux poissons et aux oiseaux (nous les pêchons et nous les chassons sans respect) et
à qui l'on attribue le beau « Cantique de frère soleil » :

... Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère vent,
pour l'air et le nuage, pour le ciel pur et tous les temps
par lesquels à tes créatures tu donnes soutien.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur eau,
qui est très utile et humble, et précieuse et chaste...

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur terre notre mère,
qui nous soutient et nous nourrit,
et produit divers fruits avec les fleurs aux mille couleurs et l'herbe...

- Thomas d'Aquin, parlait autrefois de l'harmonie universelle de la création que désirait Dieu.

- Albert Schweitzer centrait toute sa pensée sur la phrase suivante : « Le fait le plus élémentaire que saisisse la conscience de l'homme peut être exprimé comme suit : Je suis vie qui veut vivre parmi d'autres vies qui veulent vivre ».
- Teilhard de Chardin voyait notre univers à la fois spirituel et matériel ; il disait que l'action de Dieu n'était pas tant de nous libérer de nos péchés mais de nous faire progresser en même temps que toute la création humaine et non-humaine conjointement jusqu'au merveilleux point oméga qu'il entrevoyait.
Mais Teilhard de Chardin était trop optimiste et n'avait pas prévu les effets destructeurs auxquels nous assistons actuellement du « progrès ».

.

 

Le Père Berry nous dit de regarder le monde : Les ressources naturelles de la nature sont l'objet d'une exploitation sans respect de la part de nos entreprises soutenues par notre opinion publique et donc évidemment par nos gouvernements. Et loin de participer à l'amélioration de la vie du monde, cette exploitation des ressources naturelles est organisée de façon à procurer le plus de profits possibles aux grandes entreprises et à leurs conseils d'administration, qui ne se préoccupent guère de spiritualité et de respect, de sorte que tout cela est source de pollution et de dégâts lamentables.
Le problème dépasse donc la seule analyse économique et politique de la production et du marché. Il y a disfonctionnement du monde et il s'agit par conséquent d'un problème spirituel et religieux.

C'est plus qu'une simple question de technique qui se pose à nous : nous devons réapprendre à habiter la terre que Dieu a créée, non seulement pour les hommes des pays riches et industrialisés mais aussi pour les hommes pauvres des pays du Tiers-monde et non seulement pour eux mais aussi pour les animaux. Les plantes aussi, d'ailleurs ont le droit de vivre.
Ne renonçons surtout pas à nos connaissances scientifiques, dit à juste titre le Père Berry, au contraire nous en avons plus besoin que jamais. Mais réorientons-les dans la bonne direction qui est celle du respect de la nature créée.

.

Dans les écoles, on présente aux enfants la nature de façon matérialiste et utilitaire, sans respect et sans leur faire comprendre qu'il faut rechercher une nouvelle façon de nous conduire que nous ignorons encore, et qu'ils devront chercher avec nous quand ils seront plus grands.

Dans les églises, en prédication et dans les catéchismes, nous devrions relire les grands textes bibliques :

- Genèse 1.24
Dieu dit : Que la terre produise toutes sortes d'animaux, animaux domestiques, petites bêtes et animaux sauvages de chaque espèce... Dieu vit que cela était bon... Dieu les bénit...

- Genèse 2.18
L'Éternel Dieu dit : il n'est pas bon que l'homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui sera son vis-à-vis. L'Éternel Dieu forma du sol tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel. Il les amena à l'homme pour voir comment il les appellerait.

- Psaume 104
Mon âme, bénis l'Éternel !
Éternel, mon Dieu, tu es infiniment grand ! Tu es revêtu d'éclat et de magnificence ! ...
Il conduit les sources dans des torrents qui coulent entre les montagnes.
Elles abreuvent tous les animaux des champs ; les ânes sauvages y étanchent leur soif.
Les oiseaux du ciel habitent sur leurs bords, et font résonner leur voix parmi les rameaux.
De sa haute demeure, il arrose les montagnes ; la terre est rassasiée du fruit de tes oeuvres.
Il fait germer l'herbe pour le bétail, et les plantes pour les besoins de l'homme
Le vin qui réjouit le coeur de l'homme et le pain qui soutient son coeur.
Les arbres de l'Éternel se rassasient, les cèdres du Liban, qu'il a plantés.
C'est là que les oiseaux font leurs nids ; la cigogne a sa demeure dans les cyprès,
Les montagnes élevées sont pour les boucs sauvages, les rochers servent de retraite aux lièvres.
Il a fait la lune pour marquer les temps ; le soleil sait quand il doit se coucher.
Tu amènes les ténèbres, et il est nuit : alors tous les animaux des forêts sont en mouvement ;
Les lionceaux rugissent après leur proie, et la demandent à Dieu.
Le soleil se lève : ils se retirent, et se couchent dans leurs tanières.
L'homme sort pour se rendre à son ouvrage, à son travail, jusqu'au soir.
Que tes oeuvres sont en grand nombre, ô Éternel ! La terre est remplie de tes biens ...
Tous ces animaux espèrent en toi, pour que tu leur donnes la nourriture en son temps.
Tu la leur donnes, ils la recueillent ; tu ouvres ta main, ils se rassasient de biens.
Tu caches ta face, ils sont tremblants ; tu leur retires le souffle, ils expirent.
Tu envoies ton souffle ils sont créés : tu renouvelles la face de la terre.
Que la gloire de l'Éternel subsiste à jamais ! Que l'Éternel se réjouisse de ses oeuvres !

- Psaume 148
Louez l'Éternel du bas de la terre, monstres marins, et vous tous, abîmes,
Feu et grêle, neige et brouillards, vents de tempête, montagnes, collines,
Arbres fruitiers et cèdres, animaux, reptiles, oiseaux,
Rois, peuples, princes, juges, garçons et filles, vieillards et enfants !
Louez le nom de l'Éternel !

- Proverbes 8
Moi la sagesse, je fais régner les rois, gouverner les princes ...
Lorsque l'Éternel disposa les cieux, j'étais là ; lorsqu'il fixa les nuages et que les sources de l'abîme jaillirent, lorsqu'il traça les fondements de la terre, j'étais à l'oeuvre auprès de lui.
Je faisais ses délices, je jouais devant lui tout le temps.
Je jouais sur la surface de la terre, et je trouvais mes délices parmi les humains.
Maintenant donc, mes fils, écoutez-moi !

- Jean 1
Tout a été fait par la Parole, rien n'a été fait sans elle ... et la Parole a été faite homme.

- Colossiens 1
Le Fils de Dieu est le premier né de toute la création.
En lui, tout a été créé dans les cieux et sur la terre,
tout a été créé par lui et pour lui .

 


Retour
Retour vers Dieu et la nature
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.