Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion



J'aime mon prochain...

sous conditions !

Confession des péchés

 

Gilles Carbonell

 

25 juin 2015

Dieu notre père, même nous qui sommes tes ministres, nous sommes imparfaits, tu le sais bien.
Mais ces derniers temps, nous avons plus particulièrement fait défaut.

• nous avons, certains d’entre nous, marqué notre désapprobation publique envers la loi qui reconnait l’union de personnes de même sexe et qui, de ce fait, leur donne le droit de se marier humainement. Et nous l’avons fait non pas en simples citoyens mais parfois en ministres de ton culte

• nous avons, certains d’entre nous, fait des déclarations publiques et privées contre l’idée que ces couples différents puissent désirer faire bénir leur union dans nos églises, et ce en opposition à la décision du synode de ton Eglise

• nous avons même, certains d’entre nous, réalisé et publié des interviews filmées – réelles ou simulées – où nous déclarions que la Bible stipule qu’un couple est constitué d’un homme et d’une femme et qu’on ne peut s’écarter des Ecritures... tout au moins de celles qui vont dans un sens qui nous convient

• nous avons, certains d’entre nous, annoncé la création de groupes divers – se prétendant « attestants » – destinés à faire pression sur l’opinion et à influencer les futurs pasteurs dans un sens conforme à nos propres opinions

• nous avons, certains d’entre nous, évoqué « l’amour inconditionnel de Dieu pour tous les hommes, manifesté en Jésus-Christ », en omettant de dire que certains, apparemment, étaient moins « tous les hommes » que d’autres

• nous avons fait tout cela dans le même temps que, tous les dimanches, nous proclamions la divine injonction pour tout un chacun d’aimer son prochain comme soi-même

Dieu notre père, aide-nous à nous mettre à la place de ceux de nos frères qui n’ont pas le même mode de vie que nous.
Aide-nous à comprendre enfin qu’aucune argumentation, même si elle était la plus bibliquement étayée (et nous savons bien que ce n’est pas le cas), ne peut guérir leur douleur d’être obligés de se cacher, de ne pas pouvoir vivre leur amour comme ceux qui se disent leurs frères, notamment de ne pas pouvoir faire bénir leur union, de ne pas pouvoir protéger leur compagnon ou compagne en cas de malheur, de ne pas pouvoir élever leurs enfants sans se dire que peut-être un jour ces enfants leur seront arrachés si leur compagnon ou compagne meurt prématurément.

Aide-nous à comprendre que, pendant que nous nous complaisons dans des joutes oratoires dignes de ces pharisiens que Jésus dénonçait et qui ont fini par le mettre à mort, pendant ce temps-là certains de tes enfants se tiennent à la porte et frappent, mais que nous ne leur permettons d’entrer qu’à condition qu’ils se tiennent humblement à leur place de mécréants qui n’obéissent pas à l’Ecriture.

Aide-nous à imaginer comment ces hommes et ces femmes pourraient encore assister aux cultes et demander les sacrements, en entendant et en lisant continuellement certains de tes ministres pointer vertueusement certains versets bibliques qui les accusent de commettre des « abominations ».

Aide-nous, finalement, à suivre Jésus et son enseignement, que nous avons délaissés pour nous perdre en vaines paroles.

Nous te demandons pardon pour tout cela.



Retour vers Gilles Carbonell
Retour vers "libres opinions"

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

v it libérs du sacré

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.