Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Libre opinion



 

Sommes-nous des médiocres ?

 

 

Gilles Carbonell

 

 

21 mai 2016

Très souvent – trop souvent – nous entendons ou lisons des choses désespérantes sur le genre humain : à entendre ou à lire certains auteurs, pasteurs, prédicateurs, nous serions préoccupés uniquement de notre confort et de notre réussite personnelle, nous serions obsédés par l'argent et le pouvoir ! Par exemple :
« ... [reconnaissons] les illusions nourries d'orgueil et les passions égoïstes qui nous entravent... », ou encore
« la médiocrité des comportements humains (recherche du pouvoir et de la domination, amour de la richesse, conformismes et sectarismes... ».

Tout cela évoque fâcheusement certaines confessions des péchés entendues dans des cultes dominicaux, au cours desquelles le pasteur ou le prédicateur annonce
« nous vivons dans le péché, la corruption et la haine du prochain... ».
Vient ensuite un inventaire à la Prévert de nos manquements, supposés continuels, aux prescriptions de Matthieu 25 : « j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’étais nu et vous m’avez vêtu...»
Dans ce domaine, la créativité est immense.

On pourrait même rapprocher cette manie perverse du
« c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute »,
que récitaient autrefois les catholiques en se frappant la poitrine (et qui d'ailleurs redeviendra leur texte officiel en 2017, comme l'a décidé le pape François).

Alors, on peut se poser cette question : est-ce que les tenants de cette pratique peu chrétienne pensent vraiment ce qu'ils disent ? Car enfin, s'il existe effectivement des personnes qui ont ce comportement condamnable, elles constituent une infime partie des 66 millions de Français. Cela a déjà été relevé de nombreuses fois, et l’abbé Pierre le signalait dans une interview :
« il est faux de dire que nous sommes des égoïstes, car chaque fois que l’on fait appel à la générosité populaire, à une mobilisation en faveur d’une cause, des quantités de gens répondent présent. »
Pourquoi cette attitude de fausse humilité ?

Et question complémentaire : ceux ou celles qui s'expriment ainsi parleraient-ils en réalité d'eux-mêmes en disant cela ? On reproche souvent aux autres ses propres manquements, alors ces orateurs et auteurs se sentent peut-être eux-mêmes bien peu dignes d'estime pour annoncer d’une voix forte :
« nous sommes des médiocres ».

Cela ressemble à l’attitude de ceux qui imaginent et décrivent Dieu comme une sorte de psychopathe vengeur et cruel, décidant impitoyablement des bonnes nouvelles mais aussi et surtout des catastrophes, des guérisons ou des aggravations, du décès des personnes chères, etc. et nous faisant payer au prix fort le moindre instant de bonheur. On soupçonne aisément que ceux qui voient Dieu comme cela l’ont peut-être conçu à leur propre image.

Ou alors, ils ne font que répéter sans réfléchir des phrases convenues, qui n'engagent à rien, qui ne font ni chaud ni froid à ceux qui les entendent ou les lisent. En somme, cela ressemblerait à du « prêt-à-penser » de bas étage.
Mais alors, pourquoi est-ce une habitude, cet auto-dénigrement ? Est-ce de la modestie, avec l’arrière-pensée que « celui qui s’abaisse sera élevé » ?
Est-ce une pratique courante chez les chrétiens, voire chez les protestants, que celle qui consiste à mélanger une grande quantité d’auto-satisfaction à une pincée d’humilité – mais ce serait alors une forme d’orgueil...

Et Dieu dans tout cela ? Eh bien, Dieu doit être horrifié d'entendre ce genre de paroles ; nous n'avons pas à dénigrer sa création, nous avons à être dans un dynamisme créateur, qui vise à écouter ce qu'il nous dit et à faire de notre mieux, certainement pas à nous satisfaire d'un « nous sommes vraiment lamentables ».

 


Retour vers Gilles Carbonell
Retour vers "libres opinions"

Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

v it libérs du sacré

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.