Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens     

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux



Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

     Généalogie


Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs



Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 


 




 


Sondage

Les croyants seraient plus heureux
 


 

  Rebecca Paveley

article de l'hebdomadaire anglican Church Times
du 24 novembre 2023


traduction Gilles Cstelnau         



27 novembre 2023

Une étude suggère que si l’on a une religion on est plus résilient et plus heureux que les gens sans religion.

 

L’Institut pour l’impact de la foi sur la vie (Institute for the Impact of Faith in Life, IIFL) vient de publier une étude « Gardez la foi : la santé mentale au Royaume Uni » qui s’intéresse à l’influence de la foi dans la vie des citoyens britanniques.

 

D’autres études ont montré une relation analogue entre le bonheur et la foi mais celle-ci et la première à se centrer sur le lien entre la foi et la santé mentale uniquement au Royaume Uni.

 

Le Royaume Uni est particulièrement intéressant à étudier, remarque cette étude, dans la mesure où il est à la fois de plus en plus sécularisé et de plus en plus ouvert à des religions différentes.

Les résultats du sondage suggèrent que la rapide sécularisation du Royaume Uni est allée de pair avec le déclin de l’esprit de résilience et le sentiment de bien-être.

 

L’étude a été faite en consultant 2004 adultes d’Angleterre, Pays de Galles, Écosse et Irlande du Nord, durant 10 jours à la fin de septembre dernier.

Parmi les personnes interrogées se déclarant chrétiennes, bouddhistes, sikhs, musulmanes et hindoues, près de 70 % ont dit se sentir en bien-être psychologique ce qui n’a été le cas que de 49 % des athées.

 

Les résultats étaient à peu près les mêmes en ce qui concerne le sentiment de bonheur : seuls 9 % des sans-religion se sont déclarés malheureux alors que 24 % des athées l’étaient.
Seulement 12 % des croyants ont dit se sentir pessimistes à l’égard de leur avenir, ce qui était le cas de 30 % des athées.

 

L’engagement dans la religion et la pratique religieuse ont également influencé le sentiment de bonheur. Les pratiquants réguliers manifestaient davantage de bien-être psychologique et de bonne santé mentale que les non-pratiquants ou les pratiquants occasionnels.

 

Le Dr Rakib Ehsan, auteur de ce rapport conclut : « Ces résultats donnent à penser en ce qui concerne la rapide sécularisation de la société britannique traditionnelle et la montée des tendances athées. La dé-christianisation et l’augmentation des sans-religion pourraient être considérées comme une victoire pour le progrès social, parmi ceux qui rejettent l’idée que la foi peut être une force dans la société moderne. Pourtant, ces résultats montrent que la déchristianisation a laissé l’Angleterre fragile en ce qui concerne sa résilience mentale et son bien-être psychologique et que des pans entiers de la population sont désarmés devant le stress de la vie et pessimistes à l’égard de leur avenir… Alors que la rapide sécularisation de l’Angleterre traditionnelle a pu être considérée comme une forme de progrès social, ceci apparaît comme n’étant pas le cas du point de vue de la santé mentale. »


Retour vers libres opinions

Vos commentaires et réactions

 

 haut de la page