Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 

Judith décapitant Holopherne, vers 1612

 

Artemisia, pouvoir, gloire

et passions d’une femme peintre

 

 

Artemisia Gentileschi
1593 - 1653

 

Paris, musée Maillol
jusqu’au 15 juillet 2012


 

Gilles Castelnau

 

21 mars 2012

Au 17e siècle, surtout à Rome, les femmes n’étaient pas en situation de faire carrière et d’attirer l’attention sur leurs aptitudes et leur valeur. Elles pouvaient être belles et… se taire. Broder, chanter gentiment pour leur famille et peindre de jolis bouquets de fleurs.

Mais contrairement à toutes ses contemporaines, la jeune Artemisia Gentileschi manifeste une étonnante force intérieure. Elle peint magnifiquement des femmes ayant joué un rôle puissant, guerrier... viril pour tout dire.

 

Allégorie de la Rhétorique, vers 1650

 

L’Allégorie de la Rhétorique représente non seulement une belle femme à l’allure décidée mais prétendant écrire ou parler sans doute avec talent et superbe.

Ce dynamisme hérité du Caravage révèle la vigueur de personnages, des femmes surtout, somptueusement vêtues et engagée dans le bouillonnement réaliste d’un moment dramatique de leur vie.
Les biographes d’Artemisia Gentileschi ne manquent pas de mentionner que, jeune encore elle a été violée et a traversé avec courage l’horreur de l’interminable procès qui a suivi.

À l’âge de 23 ans, elle est devenue la première femme académicienne de son pays.

Le visiteur admirera le chatoiement des couleurs des vêtements, la beauté des visages de ces femmes ; il se laissera imlpressionner par l’impétuosité des scènes représentées. Il fera grand cas de la force vitale et du courage des femmes ainsi représentées.

Mais il s’interrogera aussi sur l’apreté de cette société où l’élan vital ne semble mpouvoir s’exprimer que dans la violence, le sang et le meurtre.

 

Judith et la servante avec la tête d’Holopherne, 1617-18

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.