Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images



im450.maternite.png

Aristide Maillol,  Maternité


Aristide Maillol


1861-1944


la quête de l'harmonie




musée  Paris-Orsay

jusqu'au 21 août 2022

l'exposition sera ensuite présentée à la Kunsthaus de Zürich
du 7 octobre 2022 au 23 janvier 2023,
puis à La Piscine de Roubaix
du 18 février au 21 mai 2023


Gilles Castelnau

 

 

4 mai 2022

 


Aristide Maillol est un méridional (il est de Banyuls) tranquille et heureux. Il est surtout connu pour ses grandes statues de femmes nues et paisibles, très nombreuses notamment dans les jardins du musée du Louvre.



im450.mediterrane.png

Méditerranée


 

Elles semblent indifférentes aux regards des passants, menant tranquillement une existence naturelle. Loin de manifester, comme les œuvres de Rodin, par exemple, des passions et des amours, elles n’expriment que l’élan d’une puissante vie intérieure.

Cette Méditerranée présentée au Salon d’Automne de 1905 « est belle, écrivait André Gide. Elle ne signifie rien, c'est une œuvre silencieuse ».

Elle est simple et lisse.

 

 

 

Maternité placé ci-dessus en exergue
portrait de Clotilde Maillol, épouse de l’artiste, avec leur fils Lucien, fin 1896-début 1897

Mais Maillol n’a commencé que bien tard à les sculpter. Jusqu’à l’âge de 36 ans, il peignait les femmes avec la discrétion d’un Puvis de Chavannes et la force des couleurs d’un Gauguin. C’est surtout cette carrière souriante – et bien ignorée - que le musée d’Orsay nous révèle.
Ce tableau de sa femme et de son fils nouveau-né est agréable et charmant et rayonne tout simplement d’un bonheur intérieur. La tête de sa femme et le visage de l’enfant (qui apparaît tout de même un peu !) semblent faire partie du monde coloré des fleurs qui les entourent.


 

im450.farail.jpg


Portrait de jeune fille vers 1890


 

La magnifique lumière dorée qui emplit tout le fond du tableau, les quelques feuilles de marronnier qui situent la demoiselle dans le monde de la nature et les quatre fleurs rouges de son extravagant chapeau lui donnent une fraîcheur et une vitalité qui touche à la transcendance.

Il s’agit, probablement, nous précise le cartel, d’une des filles de Gabriel Faraill, l’ami de Maillol qui lui en avait commandé le portrait.


 

im450.vague.jpg

La Vague, 1891-1898


 

Les vagues de la Méditerranée sont connues pour être redoutables mais celle-ci est imaginaire et aucune fille ne l’affronterait ainsi. Maillol se souviendra sans doute de cette attitude lorsqu’il sculptera ses grandes femmes du jardin du Louvre. En attendant, c’est du Gauguin qu’il nous propose.



 

/im450.enfant.jpg


L’Enfant couronné
, vers 1890-1892



C’est aussi du Puvis de Chavannes. La lumière émanant du fond du tableau, les quelques feuilles vertes, la belle couronne de feuilles ainsi que les fleurs blanches que l’enfant manipule suggèrent une vitalité intérieure sereine que recouvre l’immobilité hiératique.




im450.clotilde.jpg 


Clotilde Narcis, automne-hiver 1894


 

Il en est ainsi de Clotilde, son épouse bien-aimée.


 

/im450.lucie.png


Tante Lucie
(Lucie Maillol, 1861-1944), vers 1892


 

Aristide a été confié tout jeune à la sœur de son père qui l’a élevé et l’a soutenu jusqu’à ses débuts à Paris. Manifestement il en a gardé un souvenir sévère mais doux et calme, serein sans doute.



 

im450.desir.png

Désir, 1907


 

Cette scène semble d’abord représenter une relation amoureuse mouvementée. Peut-être la femme se défend-elle contre une attaque non désirée ? Mais ce n’est pas sûr. Le visiteur décidera.


 

im450.montagne.JPG


La Montagne
, 1937


 

La Méditerranée sort désormais de son socle de pierre et se redresse.  Sa chevelure flotte au vent. Bien que de pierre, elle se met en mouvement...




 Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction


 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.