Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

aa

Tête de petit garçon - Gamin de rue - Le harponneur

Vincenzo Gemito

Le sculpteur de l’âme napolitaine


Paris, Petit Palais

jusqu’au 26 janvier 2020

Gilles Castelnau

 

24 novembre 2019

Naples, 1852. Le petit Vincenzo naît dans une famille pauvre qui l’abandonne à la naissance. Il est recueilli par un simple maçon qui le met dès l’âge de 10 ans en apprentissage chez un sculpteur. Et c’est pour l’enfant un enchantement. On le découvre surdoué.
Deux ans après il est déjà admis à l'Institut royal des beaux-arts de Naples. Et à 16 ans le roi Victor-Emmanuel II lui achète une statue.
A 18 ans, en 1870, il s’installe avec son ami Antonio Mancini et d’autres jeunes artistes dans un cloître abandonné où il exécute, en terre cuite, des bustes des gamins de Naples extraordinairement ressemblants et attirant la sympathie.

 

Antonio Mancini, Le Petit Prêtre, 1870

 

Antonio Mancini préfère la peinture, Vincenzo Gemito continuera ses terres cuites.

 

aa

Tête de petite fille - Jeune Maure - Portrait de Guldo Marvasi


Il y manifeste non seulement un doigté remarquable mais aussi une grande sensibilité : ce sont ses copains et ses copines des bas-fonds de la ville qu’il a aimés et représente avec douceur et compréhension.

Il disait du buste de la « petite fille » ci-dessus : « avec son foulard sur la tête, elle ressemble aux "pastori", les personnages des crèches napolitaines. »

 


Pêcheur napolitain, 1877 bronze

 

1877. Il a 25 ans. Il est maintenant à Paris. Il fait admettre au Salon son « Pêcheur napolitain » dont il a tant travaillé chaque détail. Et l’année suivante il le présente à l’Exposition Universelle de 1878. Il y fait sensation.
Les Parisiens aimaient l’art italien, sa beauté et sa noblesse. Mais ils étaient déstabilisés par cette sculpture si raffinée d’un misérable garçon mal vêtu et mal nourri.
Degas et Rodin en étaient fascinés et le Tout-Paris se presse pour regarder.

Vincenzo Gemito, l’enfant des rues est devenu le grand sculpteur de ces années là. Mais, revenu à Naples, les commandes prestigieuses émanant du roi Victor-Emmanuel II lui-même ont sans doute été trop pour lui et lui ont fait tourner la tête. Dans un délire, il s’est claquemuré dans sa maison. Il a néanmoins continué à sculpter et à peindre avec la même empathie, la même tendresse humaine pour ses contemporains les pauvres napolitains :

Portrait de jeune fille, 1915

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction


 

haut de la page

 

acable  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.