Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

 

Cache-cache, 1873



Berthe Morisot

1841 - 1895

 

 

musée d’Orsay
jusqu’au 22 septembre 2019

 
L’exposition a déjà été présentée
Musée national des beaux-arts du Québec, Québec, du 21 juin au 23 septembre 2018
Fondation Barnes, Philadelphie, du 20 octobre 2018 au 14 janvier 2019
Dallas Museum of Art, Dallas, du 24 février au 26 mai 2019

 

 

Gilles Castelnau


19 juin 2019

73 tableaux et deux pastels en un éblouissement de couleur, de lumière et... de bonheur

En pleine explosion du mouvement impressionniste, voici qu’à la surprise générale, une femme se révèle au premier rang de la nouvelle peinture.

On n’avait jamais vu de femme peintre. On se plait à citer la malheureuse phrase qu’Édouard Manet écrit à Fantin-Latour : 
« Les demoiselles Morisot sont charmantes, c'est fâcheux qu'elles ne soient pas des hommes. Cependant, elles pourraient, comme femmes, servir la cause de la peinture en épousant chacune un académicien et en mettant la discorde dans le camp de ces gâteux. »

Les impressionnistes se détournaient de la peinture académique traditionnelle qui représentait de façon officielle des scènes allégoriques ou religieuses et des femmes prenant la pose. Ils sortent leurs chevalets dans la campagne ou la forêt et s’efforcent de saisir l’« impression » fugitives que provoque un rayon de lumière, les vaguelettes de l’eau ou un geste d’intimité souriante.

Leurs œuvres étaient, on le sait, systématiquement refusées par le jury réglementant l’accès au fameux Salon. Napoléon III avait bien fait organiser à titre exceptionnel en 1863 le Salon des Refusés mais ce fut une initiative sans lendemain.
Berthe Morisot était au premier rang d’un groupe d’amis - Monet, Renoir, Pissarro, Sisley, Cézanne, Berthe Morisot et Edgar Degas – qui se constituent en avril 1874 en  Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs et exposent leurs œuvres à leur gré.
Les impressionnistes se contentaient le plus souvent de peindre la nature. Est-ce justement parce qu’elle était une femme que, seule, Berthe Morisot a placé des femmes au milieu des scènes de la nature et se plaisait à représenter ainsi des moments souriants et intimes ?

Le tableau de Cache-cache placé ci-dessus en exergue montre ainsi une jeune femme emmenant son enfant dans la nature et s’efforçant de l’intéresser à un petit arbre.
Plus que les autres impressionnistes qui se bornaient à représenter – merveilleusement - la campagne, Berthe Morisot montre que l’on peut s’y impliquer et l’aimer.
Elle a présenté ce tableau à la fameuse exposition de 1874.

 

Sur l’herbe, dit aussi Sur la pelouse ou Dans le parc, vers 1874

 

La femme est élégante et son chapeau aurait certainement convenu à la princesse Kate d’Angleterre, mais elle ne craint pas de salir sa belle robe en s’asseyant dans l’herbe et encourage son joli chien noir à partir gambader librement.
Ses deux enfants sont empruntés et s’ennuient : n’étaient-ils donc pas habitués à sortir jouer hors de leur appartement parisien ? Voyez pourtant comme on est bien dans la nature !

 

Eugène Manet et sa fille, 1883

 


Berthe était amie et collègue d’Édouard Manet. Elle a épousé son frère. Elle s’est plue à cette scène familiale, tranquille et heureuse.

 

La Barrière à Bougival, 1884

 

Les roses trémières sont immenses, des liserons montent sur les buissons, la luxuriance de la nature envahit tout le tableau, la femme y est presque noyée.
Les Parisiens n’étaient pas préparés à ouvrir les yeux sur leur environnement. Berthe Morizot leur apprend à ouvrir les yeux sur la beauté du monde de la nature et leur montre que l’on peut s’y sentir à l’aise.

 

Jeune Femme au divan, 1885

 

On s’interrogera au sujet de cette jeune femme. Elle est peinte en coleurs aigres-douces, ses sourcils relevés et l’étgrange moue de sa petite bouche suggèrent qu’elle prend une distance peut-être ironique avec son entourage. Est-elle sympathique ? Est-elle souriante ? Est-elle sarcastique ?

 

La Jatte de lait, 1890

 


Cette jeune paysane est charmante. Loin des outils agricoles et des bâtiements de ferme, elle est intégrée à la nature, transcendée par elle.
On se sent infiniment plus proche d’elle que de la femme au divan.

 

Devant la psyché, 1890

 

Occupée à sa toilette, cette femme montre un sein. On est bien loin des vénus nues à la peau si blanche et aux gestes sophistiqués. Celle-ci n’est pas perdue dans les contemplations narcissiques de tant d’autres. Berthe Morisot est pudique et respecte les femmes.

 

Paule Gobillard en robe de bal, 1887

 

Berthe Morisot a peint sa nièce

 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

 

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.