Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


musée Picasso


Guernica


Pablo Picasso


musée Picasso, Paris

jusqu’au 29 juillet 2018

 

 

Gilles Castelnau

 

 

12 avril 2018 

La terrible Guerre civile d’Espagne opposa de 1836 à 1839 les républicains aux nationalistes du général Franco. A la demande de celui-ci, l’aviation de Hitler se livra le 26 avril 1937, à un bombardement ravageur qui détruisit la petite ville de Guernica.

Le gouvernement républicain espagnol commanda immédiatement un tableau à Pablo Picasso pour l’Exposition universelle sur le point de se tenir à Paris.

Le peintre qui résidait à Paris, réalisa dans les semaines qui suivirent, dans son atelier du 7 rue des Grands Augustins, plusieurs dizaines de dessins préparatoires dont certains constituent l’exposition présentée actuellement au musée Picasso de Paris.

 

 

Le tableau final se nomme tout simplement Guernica. Il est immense : 7,80 m de large sur 3,50 m. de haut. Il fut placé dans le pavillon espagnol qui se trouvait à côté des pavillons allemand (nazi) et italien (fasciste).
On raconte qu'à un officiel allemand qui visitait l’exposition et lui demandait :
Est-ce vous qui avez fait cela ?
Picasso ait répondu :
- Non, c’est vous !

Depuis que la République a été réinstaurée en Espagne, Guernica est exposé au musée Reina Sofia à Madrid.

 

Mère et son enfant mort devant une échelle
dessin préparatoire pour Guernica, Paris, 10 mai 1937


On reconnaîtra le dessin final sur le tableau tout à gauche.

 

Tête de femme
dessin préparatoire pour Guernica, Paris, 13 mai 1937
 

Cette tête de femme se trouve sur le tableau en haut, au centre droit.

 

Étude de tête de cheval
dessin préparatoire pour Guernica, Paris, 2 mai 1937

 

Le cheval est sur le tableau plutôt à gauche, sous la lampe.

Le taureau qui est en haut à gauche et le cheval sont des symboles que Picasso utilise fréquemment dans son amour pour l’Espagne, notamment en référence aux courses de taureaux. Guernica représente donc un taureau, un cheval et plusieurs têtes d’hommes et de femmes hagards de terreur et de souffrance.

En représentant ainsi cette horreur, Picasso n’y inclut aucune mention concrète de la tragédie effectivement traversée par la ville de Guernica de sorte que cet extraordinaire tableau peut symboliser tous les drames que l’humanité peut connaître au long des âges. Ceci explique aussi le succès considérable de cette œuvre.

 

Étude de composition
croquis pour Guernica, Paris, 1er mai 1937

Voici un premier état du brouillon de Guernica.

 

Tête de femme en pleurs avec un mouchoir
Post-scriptum à Guernica, Paris, 17 octobre 1937

 

Dans la suite Picasso a repris pour elles-mêmes ces têtes de femme en pleurs. Le titre considère celle-ci comme un post-scriptum à Guernica.

• « pleurs » : Femme en pleurs
26 octobre 1937

Pablo Picasso exécuta une série des « Femmes qui pleurent » d’après la série de la Mère à l’enfant visible dans la partie gauche de Guernica. Eles sont inspirées par les traits de sa compagne Dora Maar


 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

nt :  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.