Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 

Pouce



César, la rétrospective

 

 

Centre Pompidou

jusqu’au 26 mars2018

 

 

Gilles Castelnau

2 février 2018 

Tout le monde aime César.
Le Centre Pompidou a supprimé, au 5e étage, les cloisons d’expositions et c‘est une immense salle, ouvrant sur les baies vitrées de l’autre côté du bâtiment avec une splendide vue sur Montmartre où circule et se promène tranquillement le bon peuple de Paris paisible et... enchanté parmi les sculptures métalliques de César.

 


 


Les commissaires s’interrogent :
« Une voiture compressée peut-elle créer de l’émotion ? »
« Peut-on parler de sculpture devant un pouce moulé et agrandi ? »

et les visiteurs répondent à cette critique gratuite en souriant, en photographiant, en revenant sur leurs pas pour revoir une fois encore ces étranges compositions métalliques et froides qui nous paraissent néanmoins si vivantes !

 

Poule

On pourrait aussi poser la question :
« Quelle est la spiritualité de telles sculptures ? »
la réponse est évidemment :
« Aucune, pourquoi y en aurait-il une ? »
César s’amusait avec son fer à forger. C’est un simple (simple ?) exercice d’esthétique paradoxale à partir d’un fer à souder et de recherche de débris métalliques utilisables.

 


En découvrant par hasard une vieille presse abandonnée qu’il pouvait acheter à bas prix que César a eu l’idée de « compresser » des voitures sans autre désir que de découvrir ce que cela pouvait donner.

 

 

 

Mais il n’a pas cherché à exprimer ainsi ses préoccupations sociales, humaines, éthiques ou religieuses ! On ne découvre pas les profondeurs de son cœur et de son âme en regardant ces œuvres.
Il n’a rien cherché à exprimer. Il a cherché ce que l'on pouvait faire de plaisant avec des restes de ferraille. Il a joué, pour son plaisir et... pour le nôtre.


 


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

nt :  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.