Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


La Petite Danseuse de 14 ans

 


Degas Danse Dessin

 

Hommage à Degas avec Paul Valéry

 

 

musée d’Orsay

jusqu’au 25 février 2018

 

Gilles Castelnau



5 janvier 2018

Le titre de cette exposition est celui du livre que Paul Valéry passa des années à réaliser en mémoire d’Edgar Degas (1834-1917). Écrivain érudit, membre de l’Académie française, grand officier de la Légion d’honneur, Valéry s’efforça de réunir ses souvenirs et ses sentiments amicaux et admiratifs avec des reproductions de dessins de danseuses et de chevaux. Ouvrage étonnant que le marchand Ambroise Vollard tarda à publier et ne put éditer qu’en partie, en 1963 à moins de 350 exemplaires.

 

Portrait de l’artiste, dit aussi Degas au porte-fusain, 1855

 

Le musée d’Orsay en fait grand cas et répartit dans des vitrines dans toutes les salles de cette exposition des originaux et des reproductions, plus ou moins facilement lisibles d’ailleurs, qui entendent servir de guide au visiteur.

Edgar Degas, tout en fréquentant à Montmartre Monet, Pissarro, Bazille, Fantin-Latour et… Émile Zola, menait plutôt une vie mondaine et bourgeoise. Il allait au concert, à l’Opéra, aux courses de chevaux.
Sa morale personnelle était étroite et stricte, ce qui ne l’empêchait pas de s’intéresser aux ouvrières blanchisseuses et aux petites danseuses.

 

Repasseuses, 1884-1886

 

Son dessin si précis, la qualité avec laquelle il rendait les mouvements de ses modèles révèlent certainement des qualités de cœur de sa part. Pour avoir si bien observé et reproduit les gestes spontanés de ces humbles blanchisseuses et des petites danseuses il devait éprouver de la tendresse et de la compréhension à leur égard.

 

Danseuses au bouquet, saluant sur la scène, 1878

 

Mais il manifestait la même habileté avec les chevaux du champ de course !

 

Le Champ de courses. Jockeys amateurs près d’une voiture, entre 1876 et 1887

 

La distance qu’il montrait à l’égard de ses modèles était celle d’un aristocrate : il était de fait de famille noble, son nom s’écrivait de Gas).

 

Portrait de famille, dit aussi La Famille Bellelli, entre 1858 et 1867

 

Il pouvait simultanément fréquenter de près les petites danseuses dont on sait qu’elles émanaient du sous-prolétariat et succombaient parfois dans leurs fréquentations du foyer de l’Opéra à la tentation de la prostitution, apprécier la compagnie des jockeys du champ de course et aimer représenter fillettes et chevaux avec le même réalisme cruel et peut-être méprisant.

La Petite Danseuse de 14 ans (ci-dessus en exergue) que Degas sculpta, habilla de vêtements et coiffa de vrais cheveux et habilla d’un tutu et de chaussons fit scandale. Elle est certainement mignonne, attendrissante aussi, mais son museau est pointu et sa cambrure provocante.


Le Foyer de la danse à l’Opéra de la rue Le Peletier, 1872


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

nt :  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.