Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images


 

Baigneuses à Tahiti, 1897

Gauguin


l’alchimiste

 

Grand Palais, Paris

jusqu’au 22 janvier 2018

 

Gilles Castelnau


 

31 octobre 2017

C’est une très grande et belle exposition que le Grand palais nous offre (plus de 200 œuvres nous dit-on, dont 60 peintures, 30 céramiques et autant de sculptures) et sa taille immense permet heureusement à la foule des visiteurs de s’étendre presque agréablement.

Paul Gauguin est aimé. On voit des parents qui lui amènent leurs enfants pour leur faire découvrir sans doute les couleurs vives et les paysages de rêve qui créent justement l’atmosphère enchantée qui séduit tout le monde.

Les « Baigneuses » placées ci-dessus en exergue évoluent avec beauté dans une nature imaginaire dont on ne sait pas très bien ce qui est représenté. Elles dansent avec grâce et de manière incompréhensible, elles sourient, montent aux arbres, elles semblent même planer.

 

a

la Ronde des petites bretonnes, 1888

 

Paysannes bretonnes, 1894


Déjà, alors qu’il était encore en Bretagne
, Gauguin peignait ainsi le village de Pont-Aven et ses habitantes, êtres détachés des contingences matérielles, appartenant à un monde irréel.

 

Arearea (Joyeusetés), 1892

 

Gauguin aimait les femmes. Il les représente immobiles et secrètes.

 

Soyez mystérieuses, 1890

 

« Soyez Mystérieuses » a-t-il écrit sur la banderole en haut à gauche de ce tableau de bois. Et le mystère surgit de ces visages énigmatiques et de ces étranges tortillons verts qui sont peut-être des algues marines.

 

Idole à la perle, 1892

 

On croit connaître Gauguin et ses peintures de vahinés, mais cette exposition nous fait découvrir des aspects de son œuvre que l’on n’avait jamais vus. On y voit, notamment, de nombreuses sculptures et des objets en bois qu’il confectionnait avec une habileté étonnante. Cette « idole » - qu’il a imaginée - est superbe avec ses rehauts peints et dorés, la perle et la chaînette en or. A Tahiti et aux îles Marquise Gauguin recherchera – et créera au besoin – les symboles d’une religion fondamentale, avec ses idoles.

 

L’invocation, 1903

Beauté saisissante de ces scènes exotiques, images (inventées) d’un univers encore primitif où l’on découvre peut-être un paradis d’innocence et de vérité humaine non polluée par la société industrielle et commerciale naissante en cette fin de 19e siècle.

 

La cueillette des fruits, 1899

 

Les femmes, à gauche, portent des fruits et des fleurs sous un ciel jaune, le cavalier semble dormir sur son cheval qui broute l’herbe… vision de Gauguin d’un paradis terrestre imaginaire.

 

Claire Bernardi et Ophélie Ferlier-Bouat, commissaires de l’exposition ont reproduit sur le mur ces paroles de Gauguin :

« L’art est une abstraction ; pensez plus à la création qu’au résultat, c’est le seule moyen de monter vers Dieu en faisant comme notre Divin Maître, créer. » (Gauguin à Émile Schuffenecker, 14 août 1888)



Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.