Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


SpiritualitÉ des images

 


Ceci n’est pas une pipe : La Trahison des images, 1929

 


René Magritte

 

1898-1967

 

la trahison des images



Centre Pompidou

jusqu’au 31 décembre 2016

 

 

Gilles Castelnau

 

23 novembre 2016

René Magritte est un peintre belge qui a connu le milieu Dada à Bruxelles dans les années 1920 puis est venu s’installer en 1927 en Région parisienne où il a fréquenté le groupe surréaliste français : André Breton, Salvador Dali, Paul Éluard, Max Ernst, Jacques Prévert etc.

Les surréalistes ne supportaient plus le conformisme étouffant et bien-pensant des années 1920-1930, la droitisation de la société (ils étaient volontiers communistes et critiquaient la religion, la patrie, les valeurs bourgeoises). Ils mettaient en question globalement la pensée unique et toutes les structures de la culture officielle de l'époque.
Magritte, quant à lui, réfléchissait par sa peinture au sens que peut prendre dans notre monde la représentation des objets, de la nature et du monde qui nous entoure :

Nous voyons le monde à l’extérieur de nous-mêmes et cependant nous n’en avons qu’une représentation en nous. dit-il en 1940.

 

Ceci n’est pas une pipe ; La trahison des images, 1929 en exergue ci-dessus.

Par cet exemple tout simple il fait remarquer la manière dont les choses se passent dans notre esprit.

Pouvez-vous la bourrer ma pipe ? Non, n’est-ce pas, elle n’est qu’une représentation. Donc si j’avais écrit sous mon tableau : "ceci est une pipe", j’aurais menti ! 

 

La Durée poignardée, 1938

Évidemment l’apparente simplicité de son expression fait penser à un jeu d’enfants.
Didier Ottinger, le commissaire de l’exposition écrit :

Juxtaposant une locomotive et une cheminée, Magritte nous invite à rapprocher voire à confondre, deux objets qui émettent des panaches de fumée. C’est un principe d’équivalence entre cheminée et locomotive que nous propose « La Durée poignardée ». Foyer et locomotive doivent leur raison d’être au feu qu’elles ont vocation à héberger. Ce principe de similitude fait de la cheminée le double de la locomotive. Elle devient l’agent par lequel la maison est propulsée, à toute vapeur, dans les plaines de la poésie et de l’imaginaire.

 

La Moisson, 1943


La victoire de l’Armée rouge à Stalingrad en 1943, apparaît à Magritte comme la promesse d’une ère nouvelle. Après les années de guerre et de privation, il veut faire de son art la célébration d’un hédonisme retrouvé, d’une joie de vivre. Sa Moisson dit la sensualité, la fécondité, l’abondance des temps à venir. Magritte entre dans sa « période Renoir » qu’il propose bientôt à André Breton comme dépassement du surréalisme ténébreux, en phase avec l’angoisse des années d’avant-guerre.

 

a

La Décalcomanie, 1966


Le visiteur qui regarde ce tableau croit se voir lui-même de dos, ce qui est naturellement tout à fait impossible. Il aperçoit aussi sa silhouette découpée et laissant apparaître le ciel et ses nuages et, au fond, la mer. A-t-il disparu ? N’est-il en réalité qu’un fantôme ? Une absence ? Magritte joue-t-il avec nous ou veut-il exprimer quelque chose de profond ? Lorsqu’on lui a demandé, un jour, ce qu’il y avait « derrière » ses tableaux, il a répondu qu’il n’y avait que le mur sur lequel ils étaient accrochés et derrière le mur, toute la nature...

 

Le Blanc-Seing, 1968


Il faut remarquer que l’arbre mince qui cache l’épaule, le manteau de la cavalière et la patte arrière du cheval s’enracine étrangement derrière l’arbre plus gros qui est pourtant lui-même derrière elle.
Et l’intervalle entre deux arbres est opaque et cache l’encolure du cheval.

Didier Ottinger écrit :

Comme les rideaux, les obstacles visuels entre nos yeux et le monde dissimulent autant qu’ils révèlent. Magritte a résolument fait le choix d’une peinture de l’esprit, contre celle soumise aux imperfections et aléas de l’œil. Ses images, qui revendiquent leur arbitraire peuvent dès lors faire le choix du savoir au détriment du perçu. Rien n’empêche le vide entre deux arbres de prendre visuellement le pas sur la forme qui le comble, rien ne s’oppose à ce qu’arrière et avant-plans n’intervertissent leur place dans la marqueterie qui constitue l’image.

« Quand on voit ce qu'on voit » dit-on souvent. Et Magritte nous démontre qu'en réalité on ne sait pas très bien ce qu'on voit, ce qu'on dit et... ce que l'on pourrait bien en penser !


Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réaction

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.