Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

La plage de Fécamp, 1906


Albert Marquet

peintre du temps suspendu

 

Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

jusqu'au 21 août 2016

 

Gilles Castelnau

 

9 avril 2016

Albert Marquet a participé un temps au mouvement des Fauves. Il a même exposé avec eux au fameux Salon d’Automne de 1905. Il n’ est pas resté avec eux : leurs couleurs violentes, leur audace du dessin approximatif, leur volonté d’expression forte étaient justement trop pour lui qui était tout en nuances. Il a conservé leur esprit, les couleurs disposées en grands à-plats et leur simplification des formes mais il est revenu à une peinture plus calme.

La plage de Fécamp (ci-dessus en exergue) qu’il a peinte l’année suivante avec ses deux gentils marins montre déjà une grande douceur globale et le plaisir qu’il avait à représenter une mer et un ciel clairs et paisibles suggérant une profondeur qui incite à la contemplation et au rêve.

 

La baie de Naples, 1908

 

Il a voyagé en Italie et en Afrique du Nord. Mais partout les mêmes couleurs pastel du ciel et de la mer se fondent l’une dans l’autre et créent une atmosphère d’universelle tranquillité où silhouette du Vésuve lui-même s’estompe dans un lointain bleuté.

 

La Seine vue du quai des Grands-Augustins, 1906

 

A Paris, il habite sur le quai et peint la vue surplombante qu’il a de sa fenêtre. Il n’a manifestement pas eu de chance avec la météo. A Paris, tout est gris. Ni le ciel ni la Seine n’ont les couleurs enchanteresses qu’il a vues en Normandie ou dans le grand Sud

 

Quai Saint Michel avec fumée, 1908-1909

 

Tout est gris, certes, mais velouté et serein. Et justement l’eau de la Seine reflète harmonieusement les (légers) nuages du ciel et on sent à l'aise dans l’élégance de ce paysage où Marquet recherchait et nous communiquait sa quiétude intérieure sa contemplation rêveuse.

 

La Seine à Poissy, 1908

 

Il sortait aussi de Paris et partait peindre en proche banlieue. Le temps y était sans doute meilleur. Les couleurs dans ses tableaux. L’eau et le ciel dans leur gaité retrouvée nous ouvrent à un silence intérieur qui nous délivre de l’agitation et de la frénésie déjà menaçantes en ce début de XXe siècle.

 

L’Ile aux Cygnes, l’été, Herblay, 1919

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

arati  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.