Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 

 

L’arbre aux singes, septembre 1984

 

Keith Haring

1958-1990

 

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Centre « CentQuatre »
5 rue Curial, 75019 Paris

jusqu’au 18 août 2013

 

Gilles Castelnau

 

 7 mai 2013

Keith Haring est un jeune artiste américain au dessin vigoureux et expressif. dont toute la volonté, toute la passion, tout l’engagement s’est focalisé dans la lutte contre toutes les forces mauvaises oppressant, aliénant l’homme. Son art est populaire dans la mesure où, devant ses dessins, tout le monde se sent immédiatement concerné et interpellé par un message parfaitement clair et saisissant violent et sympathique, dans un humour décapant dont chacun saisit sans peine la vérité de l’humanisme.

« L’Arbre aux Singes » qui est en exergue montre de petits êtres que le titre appelle des singes mais qui font penser à notre humanité, nombreuse, agitée, animée et gaie, avec les couples qui s’entraident, se caressent s’épouillent, s’accouplent sans complexe. Un monde heureux, coloré et bien vivant. Vision optimiste de la vie.

 

Sans titre 9 avril 1985

 

Comment interpréter ce tableau. L’être rouge qui est porté en triomphe dans l’enthousiasme d’une foule unanime symbolise-t-il la victoire finale du peuple portant enfin au pouvoir son propre représentant ? Ou au contraire sa tête d’animal dénonce-t-elle la bestialité de la puissance actuellement dirigeante ? Chacun l’interprétera à son idée mais cette liberté même invite à une prise de conscience et à un engagement responsable.
On discernera évidemment dans les œuvres de Keith Haring une dénonciation du racisme, de l’homophobie, du moralisme puritain, de l’argent des puissants, du dogmatisme étroit et de l’esprit de domination de l’Église...

Ces années 1980 étaient les « Trente Glorieuses », mais si l'on ignorait encore la « crise » économique qui nous tourmente aujourd'hui, les raisons de militer suscitaient alors une prise de conscience et un engagemenet militant que nous oublions sans doute trop désormais.

 

Monstre, sans titre, 457 cm, 1983

 

On se réjouit de détailler dans ce tableau d’un monstre les multiples détails évoquant clairement notre existence quotidienne pour les dénoncer, les mettre en évidence. Son mufle est enchaîné comme celui d’un taureau par un maître que l’on ne connaît pas. Sa gueule crache le venin d’une langue fourchue à travers l’écran du poste de télévision, les billets verts marqués du sigle de dollars l’entourent et s’envolent ; de son arrière-train jaillit une autre gueule dont les langues rouges et fourchues, mensongères donc et paralysantes traversent et attachent un homme sans visage castré par une grande paire de ciseaux.

Le monstre tient une bible en mains dont ne sortent que des flammes et des serpents. Une croix est plantée dans un cerveau humain. La dénonciation de ce monstre est atroce mais elle se déploie avec rage et talent dans le domaine du ridicule de sorte que c’est le rire qui finalement, nous libérera de l’envoûtement de la Bête.

Keith Haring dessinait pour le peuple sur les murs des villes et dans le métro de New York où la police l’a plusieurs fois interpellé et emmené menotté au poste. C’est dans la proximité des plus humbles qu’il passera sa vie, en participant à leurs désespoirs, leurs souffrances, leurs aliénations, en leur insufflant par ses dessins, le dynamisme créateur qui appelle à l’engagement et suscite l’espérance.
Son succès était extraordinaire et ses œuvres se vendaient hors de prix mais en même temps il confectionnait lui-même de petits objets qui se vendaient pour quelques dollars dans les bazars des quartiers défavorisés.

 

Sans titre 1982

 

L’homme écrasé, au centre du tableau, guetté par deux loups dévorants en dessous de lui et entouré de nuages tranche sur les deux êtres ailés et resplendissant, transfigurés, vainqueurs ou divinisés qui s’élèvent en une apothéose dignes d’enfants de Dieu.

 

aa
aa
aa

Les 10 commandements

 

Keith Haring a réalisé ces 10 immenses peintures de 7 mètres de haut qui prenaient chacune place dans les arcade d’un grand bâtiment. Chacune symbolise un des 10 commandements de manière fort abstraite. Le visiteur s’efforcera d’en décrypter le sens comme l’a fait un catéchète qui raconte en utiliser régulièrement la reproduction avec les enfants du catéchisme. ( 1 )

Nul doute que Keith Haring, mort prématurément du sida à l’âge de 32 ans, se réjouirait de constater que l’esprit qui animait sa vie si brève et si belle se prolonge ainsi dans le cœur des enfants et... des animateurs d’Églises reconnaissantes.

 

Triptique

 

L’église Saint-Eustache à Paris conserve dans une chapelle nord du transept ce retable saisissant qui y a été déposé par une association d'aide aux malades du sida.

 

__________________________________________________

Les Dix commandements (Exode 20)

1. Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.

2. Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements.

3. Tu ne prendras point le nom de l'Eternel, ton Dieu, en vain; car l'Eternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.

4. Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l'Eternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l'Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour: c'est pourquoi l'Eternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié.

5. Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'Eternel, ton Dieu, te donne.

6. Tu ne tueras point.

7. Tu ne commettras point d'adultère.

8. Tu ne déroberas point.

9. Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.

10. Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

vril  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.