Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 


Marie Laurencin, le Baiser vers 1927

 

Marie Laurencin


1883-1956

 

Paris, musée Marmottan Monet

jusqu’au 30 juin 2013

 

 

Gilles Castelnau

 

28 mars 2013

Les salles du musée Marmottan sont grandes et claires, les tableaux sont suffisamment espacés et des banquettes permettent de s’asseoir pour les contempler et d’entrer ainsi tranquillement dans l’heureux monde onirique, aux couleurs pastel, paisible et joyeux, où nous entraînent toutes ces jeunes filles charmantes, évaporées et au sourire absent.

 

Marie Laurencin, la Danse, 1919

 

Les corps s’effleurent, les yeux noirs n’expriment qu’intériorité, un baiser qui n’a de chaste que l’apparence, un sein nu découvert par hasard : une sensualité vague et prégnante, incontestablement ambiguë émane de tous ces tableaux.

 

Marie Laurencin, Trois jeunes femmes, vers 1953

 

Marie Laurencin est née à Paris. Elle s’est intégrée avec joie, elle femme, dans ce monde masculin de la peinture : le Bateau Lavoir où était Picasso, la Ruche avec Chagall, Modigliani et les autres.

Elle s’est tournée ensuite vers les milieux littéraires qu’elle a beaucoup fréquentés : à sa mort, sa bibliothèque personnelle comptait 5000 titres !

Son succès a été considérable. Elle était une portraitiste appréciée de la bonne société de Paris. Elle reçut la Légion d’Honneur et deux ans après, seize de ses tableaux étaient présentés comme une gloire nationale à l’Exposition Universelle de 1937.

 

Marie Laurencin à 33 ans, en 1916

 

Elle intériorisait la vie du monde et sa culture mais sa peinture n’en manifestait rien. Seuls les yeux noirs et sans expression de ses modèles laissaient imaginer la vie intérieure qui l’habitait.

Sa vie a pourtant traversé des périodes bien troublées. Mariée à un Allemand et ayant donc acquis la nationalité allemande et déchue de la nationalité française, elle a dû fuir Paris avec lui lors de la Première Guerre mondiale et se réfugier en Espagne pour éviter l’arrestation. Son mariage n’est guère heureux.

Elle a une mauvaise santé et subit de graves opérations.

Lors de l’arrivée au pouvoir du nazisme, son marchand en Allemagne doit cesser son activité et s’enfuir. Cela ne l’empêche pas de participer à la vie sociale brillante de la Collaboration dans le Paris occupé et d’y tenir publiquement des propos antisémites. Quelques jours avant la Libération, le maréchal Goering lui-même, grand amateur d’art, viendra personnellement sélectionner vingt huit de ses tableaux exposés au musée du Jeu de Paume afin de les emporter en Allemagne. Cela ne l’empêchera pas d’avoir été bouleversée de voir des Juifs porter dans la rue l’étoile jaune.

Elle sera brièvement arrêtée et emprisonnée à la Libération.

Jamais elle ne s’est engagée concrètement dans la vie du monde. Ni dans sa jeunesse comme son ami Picasso ou ceux de l’École de Paris en faveur des plus pauvres.

 

Pablo Picasso, les Repasseuses, 1904

 

Elle mènera ostensiblement une vie de luxe lors des efforts du Front Populaire et aux côtés des occupants nazi dans le Paris occupé. Sa peinture détourne les yeux de cette vie et les yeux noirs de ses jeunes filles aux regards absents désignent un au-delà sans rapport avec ce monde ci. C’est d’ailleurs peut-être la rêverie imaginaire émanant de ses tableaux qui nous détend, nous sourit et... nous séduit. Le visiteur pourra se le demander.

Marie Laurence se tournera de plus en plus vers une religion désincarnée qu’elle trouvera dans les nombreuses retraites qu’elle accomplira dans la compagnie des religieuses catholiques : Bénédictines du Temple à Meudon, sœurs de Saint Vincent de Paul au Moutiers, abbaye de Saint Benoît sur Loire, abbaye de Limon à Vauhallan. Elle lèguera d’ailleurs une partie de son héritage aux Orphelins d’Auteuil de Paris.

 

Marie Laurencin, Autoportrait au chapeau, vers 1927

 

Elle s’est représentée ainsi, telle qu’elle a vécu, telle qu’est se voulait : élégante, méditative, contemplative, rêveuse, absente, passive, immobile, tranquille, calme. Heureuse peut-être ?

 

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

vril  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.