Protestants dans la Ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Spiritualité des images

 


 

Johann Heinrich Füssli Le Cauchemar, 1781

 

L’Ange du bizarre


le romantisme noir de Goya à Max Ernst (1770-1940)

 

 

Musée d’Orsay

jusqu’au 9 juin 2013

 

 

Gilles Castelnau

 

18 mars 2013

Le grand « Cauchemar » de Johann Heinrich Füssli (ci-dessus) nous accueille à l’entrée de cette extraordinaire exposition et nous introduit dans le fantasme de cet autre monde parallèle au nôtre, univers inquiétant et malsain générateur de mystère et d’angoisse. Tout ce que l’on nous montre ainsi existe peut-être à notre insu, dans nos songes et nos ignorances…

Angoisse de cette jeune femme dominée, envoûtée par un monstre grimaçant qui va peut-être s’accoupler (délicieusement ?) avec elle et contemplée par un cheval au regard fou qui ensuite la dévorera. Rêve libertin dans un XVIIIe siècle finissant, réalisé dans une Angleterre plutôt puritaine mais déjà friande de fantastique.

 

Carl Friedrich Lessing, Paysage montagneux avec ruines (1830)

 

Le romantisme allemand développera ensuite cette capacité d’imagination qui, devant la ruine d’un château ancien, se proposera d’effrayer le spectateur du tableau qui ne pourra manquer de penser que les scènes les plus étranges, extraordinaires et effrayantes ont pu s’y passer.

 

William Degouve de Nuncques, Nocturne au parc royal de Bruxelles, 1897

 

C’est dans le même esprit que William Degouve de Nuncques donnera au tranquille parc royal de la ville une atmosphère si irréelle que le visiteur ne pourra qu’appréhender de pénétrer en un tel lieu ou, à l’évidence, n’importe quelle présence menaçante pourrait surgir de la manière la plus inattendue et inquiétante.

 

Serafino Macchiati, le Visionnaire, 1904

 

Avec le peintre italien Serafino Macchiati le monde de l’au-delà ne se situe plus dans l’esprit peut-être enfiévré du spectateur mais est réellement représenté. La scène où un fantôme à la silhouette transparente apparait à un homme terrifié, dans une pièce sombre et sans les couleurs de la vie, semble montrer la factualité de cette terrible expérience. Le spiritisme était d’ailleurs à cette époque, plus que de nos jours où il existe aussi, une passion courante dans les milieux intellectuels. En France Allan Kardec, Victor Hugo, George Sand, en Angleterre Arthur Conan Doyle en étaient d’illustres représentants.

 

Carlos Schwabe, La Mort et le fossoyeur, 1900

 

Le peintre suisse demeurant à Paris, Carlos Schwabe, lui aussi, entend nous faire participer à sa vision de l’invisible en représentant la mort elle-même.

 

Retour vers spiritualité des images
Vos commentaires et réactions

 

haut de la page

 

vril  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.